IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Bruxelles va ouvrir une enquête antitrust contre Apple dans le domaine du streaming musical
Suite à une plainte de Spotify

Le , par Stéphane le calme

145PARTAGES

8  0 
Tout a commencé en 2016 lorsque, dans le combat pour contrôler le marché du streaming musical, une mise à jour de l’application Spotify sur iOS a été refusée. Spotify, sans évoquer explicitement les motifs de rejet, s’en est prise à Apple. Elle a accusé la firme de Tim Cook d’utiliser son processus de validation de l’App Store pour mettre en avant son propre service de streaming de musique. En guise de justification, Apple a expliqué que l’éditeur ne respecte pas les règles commerciales. En effet, Spotify ne proposait plus à ses utilisateurs la possibilité de s’inscrire à son offre premium depuis son application. Une décision qui ne plairait pas à beaucoup d’utilisateurs, mais qui permettait au service d’éviter de payer les 30 % de commission à Apple comme l’exigent les règles de l’App Store. Or, Spotify proposait de le faire en passant par son site officiel, ce qui serait contraire aux règles imposées par Apple, qui stipulent qu’un développeur doit proposer la possibilité de s’abonner depuis l’application si un tel abonnement pouvait être souscrit ailleurs.

La firme de Cupertino a estimé que les propos tenus par Spotify sont infondés et ne justifient guère son agacement. De plus, la firme a déclaré regretter le fait que Spotify a décidé de rendre l’affaire publique. Bruce Sewell, directeur juridique d’Apple, a envoyé un courrier pour clarifier la situation avec une certaine ironie : « Il ne fait aucun doute que Spotify a largement bénéficié de son association avec l’App Store. Depuis votre arrivée en 2009 sur l’App Store, la plateforme d’Apple vous a fourni 160 millions de téléchargements pour votre application, engendrant des centaines de millions de dollars de revenus incrémentiels pour Spotify. C’est pourquoi nous sommes troublés que vous demandiez à être exemptés des règles qui s’appliquent à tous les développeurs ».

Apple a souligné dans sa lettre que ses règles s’appliquent à tout le monde, dans le but de favoriser la compétition et non pas de la dissoudre. Les autres services concurrents de streaming de musique proposent leurs applications sur l’App Store et sont soumis aux mêmes conditions. Pour la firme, Spotify demande un traitement de faveur, elle voudrait profiter des avantages de l’écosystème mis en place par Apple sans suivre les règles et payer une compensation. Bruce Sewell a précisé les motifs du rejet de la mise à jour de l’application Spotify, à savoir l’impossibilité de s’abonner directement depuis l’application iOS et l’affichage d’une simple bannière d’information, une tentative « manifeste de contourner les règles d’achats in-App de l’App Store ». Enfin il a noté qu’il serait heureux de permettre et de faciliter la validation de la mise à jour de Spotify sur iOS, dès qu’elle sera conforme aux règles et réincorporera la fonction d’abonnement dans l’application.


Trois ans plus tard, la tension s’est amplifiée

Le combat a pris une autre dimension. En effet, selon un rapport du Financial Times, la Commission européenne prévoit de lancer une enquête sur la concurrence à l’encontre de l’affirmation de Spotify selon laquelle le fabricant d’iPhone utiliserait sa position de gardien de l’App Store pour « désavantager délibérément d’autres développeurs d’applications ».

Dans une plainte déposée à la CE en mars, Spotify a déclaré qu'Apple avait « incliné le terrain de jeu » en exploitant iOS, la plateforme et l'App Store pour la distribution, ainsi que son propre rival de Spotify, Apple Music.

Daniel Ek, PDG de Spotify, a notamment avancé ceci :

« Ces dernières années, Apple a introduit dans l'App Store des règles qui limitent délibérément le choix et étouffent l'innovation au détriment de l'expérience utilisateur, agissant essentiellement à la fois comme joueur et comme arbitre pour désavantager délibérément les autres développeurs d'applications. Après avoir tenté sans succès de résoudre les problèmes directement avec Apple, nous demandons maintenant à la CE de prendre des mesures pour assurer une concurrence loyale.

« Apple exploite une plateforme qui, pour plus d'un milliard de personnes dans le monde, constitue la passerelle vers Internet. Apple est à la fois propriétaire de la plateforme iOS et de l'App Store - et concurrent de services tels que Spotify. En théorie, c'est bien. Mais dans le cas d’Apple, ils continuent à se donner un avantage injuste à chaque tournant.

« Pour illustrer ce que je veux dire, laissez-moi vous donner quelques exemples. Apple exige que Spotify et les autres services numériques paient une taxe de 30% sur les achats effectués via le système de paiement Apple, y compris la mise à niveau de notre service Gratuit vers notre service Premium. Si nous payions cette taxe, cela nous obligerait à gonfler artificiellement le prix de notre abonnement Premium bien au-dessus du prix de Apple Music. Et pour que nos prix restent concurrentiels pour nos clients, nous ne pouvons pas le faire.

« Sinon, si nous choisissons de ne pas utiliser le système de paiement d’Apple, nous appliquons une série de restrictions techniques et limitant l’expérience à Spotify. Par exemple, ils limitent notre communication avec nos clients, y compris notre portée au-delà de l'application. Dans certains cas, nous ne sommes même pas autorisés à envoyer des courriers électroniques à nos clients qui utilisent Apple. Apple bloque également régulièrement nos mises à niveau qui améliorent l'expérience. Au fil du temps, cela a entraîné le blocage de Spotify et d'autres concurrents des services Apple tels que Siri, HomePod et Apple Watch ».


Ce que Spotify réclame ?

Daniel Ek indique

« Nous ne demandons pas de traitement spécial. Nous souhaitons simplement bénéficier du même traitement que de nombreuses autres applications de l’App Store, comme Uber ou Deliveroo, qui ne sont pas soumises à la taxe Apple et n’ont donc pas les mêmes restrictions ».

Voici ce qu’ils demandent :
  • Premièrement, les applications devraient pouvoir être en concurrence loyale sur le fond et non en fonction du propriétaire de l'App Store. Nous devrions tous être soumis au même ensemble de règles et de restrictions équitables, y compris Apple Music.
  • Deuxièmement, les consommateurs devraient avoir un choix réel de systèmes de paiement et ne pas être « bloqués » ou obligés d’utiliser des systèmes avec des tarifs discriminatoires tels que ceux de Apple.
  • Enfin, les magasins d'applications ne devraient pas être autorisés à contrôler les communications entre les services et les utilisateurs, notamment en imposant des restrictions injustes au marketing et aux promotions dont bénéficient les consommateurs.

La réaction d’Apple

Apple a eu l’occasion de s’exprimer officiellement sur le sujet. La Pomme a fait savoir que Spotify ne serait pas où il en est aujourd’hui sans l’App Store, et que le service cherchait à obtenir le beurre (la distribution et le système de paiements) et l’argent du beurre (100% des revenus générés par l’App Store). Ce à quoi Spotify a répondu en qualifiant Apple d’entreprise monopolistique.

« Au cours des dix dernières années, l'App Store a contribué à créer plusieurs millions d'emplois, généré plus de 120 milliards de dollars pour les développeurs et créé de nouvelles industries grâce à des entreprises créées et développées entièrement dans l'écosystème de l'App Store.

« Fondamentalement, l'App Store est une plateforme sécurisée où les utilisateurs peuvent faire confiance aux applications qu'ils découvrent et aux transactions qu'ils effectuent. Et les développeurs, des ingénieurs débutants aux grandes entreprises, peuvent être assurés que tout le monde respecte les mêmes règles.

« Voilà comment cela devrait être. Nous voulons que davantage d'entreprises d'applications prospèrent, y compris celles qui entrent en concurrence avec certains aspects de nos activités, car elles nous incitent à être meilleurs.

« Ce que Spotify exige est quelque chose de très différent. Après avoir utilisé l'App Store pendant des années pour développer leur activité de manière spectaculaire, Spotify souhaite conserver tous les avantages de l'écosystème de l'App Store, y compris les revenus substantiels générés par les clients de l'App Store, sans apporter aucune contribution à ce marché. En même temps, ils distribuent la musique que vous aimez tout en apportant une contribution de plus en plus réduite aux artistes, musiciens et auteurs-compositeurs qui la créent - allant même jusqu'à traduire ces créateurs en justice.

« Spotify a parfaitement le droit de déterminer son propre modèle commercial, mais nous nous sentons obligés de réagir lorsque Spotify résume ses motivations financières dans des discours trompeurs sur qui nous sommes, ce que nous avons construit et ce que nous faisons pour soutenir les développeurs indépendants, les musiciens, les auteurs et les compositeurs. créateurs de toutes les bandes ».


La Commission européenne décide de mener une enquête

Après avoir examiné la plainte et auditionné des clients, des concurrents et d’autres acteurs du marché, la Commission de la concurrence de l’UE a décidé de lancer une enquête antitrust officielle sur le comportement d'Apple, selon trois personnes proches de l’enquête qui se sont confiées au Financial Times.

Les autorités de contrôle de l'UE peuvent exiger des entreprises qu'elles modifient leurs pratiques commerciales jugées illégales et infliger des amendes pouvant atteindre 10 % du chiffre d'affaires global d'une entreprise. Avec ce paramètre, si la condamnation arrivait cette année, cela représenterait au pire une amende de 23,7 milliards d’euros (sur le chiffre d’affaires de 2018).

Les enquêtes n’ont pas de date limite et peuvent mettre des années à prendre fin. Toutefois, les entreprises peuvent accélérer le processus et éviter les amendes en proposant de régler les problèmes avec des promesses contraignantes de changement de comportement.

Google s’est vu infliger une amende de 1,49 milliard d'euros au mois de mars de cette année pour violation de la législation antitrust dans le domaine du courtage et de la recherche. L’année dernière, Google a écopé d’une amende record de 5 milliards de dollars pour avoir commis des violations d’Android.

Des appels ont été lancés pour envisager de dissoudre la société de recherche. Cependant, en visite aux États-Unis, Margrethe Vestager, commissaire chargée de la concurrence, a déclaré publiquement qu’elle était opposée à la dissolution des entreprises. Au lieu de cela, Vestager s'est engagé à réglementer l'accès aux données.

« Dissoudre une entreprise, dissoudre une propriété privée serait très ambitieux et vous auriez besoin d'un argument très solide pour que cela produise de meilleurs résultats pour les consommateurs sur le marché que si vous pouviez utiliser des outils plus traditionnels. Nous traitons avec la propriété privée. Les entreprises qui construisent et investissent et réussissent grâce à leur innovation », a-t-elle déclaré lors d'une interview accordée à SXSW plus tôt cette année.

Sources : Financial Times, Spotify, Apple

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?

Voir aussi :

Apple annonce le lancement d'Apple Arcade, un service d'abonnement à des jeux pour les plateformes iOS, Mac et Apple TV
Google lance Flutter 1.2, son SDK open source de développement d'apps mobiles iOS et Android, et Dart DevTools, une suite d'outils de programmation
Apple ralentit votre iPhone, mais explique pourquoi vous ne pouvez lui en tenir rigueur en comparant les mises à jour iOS aux rénovations de cuisine
Microsoft recommande aux utilisateurs de son OS Windows 10 Mobile de passer à iOS ou Android, la fin du support de ce dernier approchant à grands pas

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Stéphane le calme
Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
Le 28/04/2021 à 22:07
La Commission européenne pourrait inculper Apple dans les jours à venir pour abus de position dominante,
suite aux plaintes concernant le prélèvement de 30 % sur les achats in-app

En juin 2020, la Commission européenne a annoncé l'ouverture de deux enquêtes antitrust concernant les règles sur App Store et Apple Pay de la grande enseigne américaine Apple. L'objectif de l’UE est simple : comprendre les pratiques commerciales anticoncurrentielles dénoncées par la concurrence qui indique avoir été bloquée. La première enquête visait à déterminer si Apple a enfreint les règles de concurrence de l'UE avec ses politiques d'App Store, suite aux plaintes déposées par Spotify et Rakuten concernant le prélèvement de 30 % sur les abonnements et des ventes d'ebooks par Apple sur son App Store. La Commission européenne a décidé de se pencher également sur Apple Pay pour déterminer si les conditions générales d'Apple concernant son système de paiement sont contraires aux à ces règles.

« Nous devons veiller à ce que les règles d'Apple ne faussent pas la concurrence sur les marchés où Apple est en concurrence avec d'autres développeurs d'applications, par exemple avec son service de streaming de musique, Apple Music, ou avec Apple Books », a déclaré Margrethe Vestager, chef de la division antitrust de l'UE. « J'ai donc décidé d'examiner de près les règles de l'App Store d'Apple et leur conformité avec les règles de concurrence de l'UE ».

Dans la première affaire, la Commission européenne a lancé une enquête sur l'utilisation obligatoire du système d'achat in-app d'Apple et sur les règles empêchant les développeurs d'applications d'informer les utilisateurs d'iPhone et d'iPad des options moins chères disponibles ailleurs. Cette affaire fait suite à une plainte déposée en 2019 par le service suédois de streaming de musique Spotify.

À l'époque, Apple avait recalé une mise à jour pour l’application Spotify sur iOS. Une chose avec laquelle le suédois n'était pas d'accord et avait donc porté deux chefs d'accusation contre l'entreprise auprès de la Commission. Il a accusé la firme de Tim Cook d’utiliser son processus de validation de l’App Store pour mettre en avant son propre service de streaming de musique.


En fait, Apple possède également une application de streaming de musique appelée Apple Music. En réponse à cette première accusation, Apple a déclaré que l’éditeur suédois ne respecte pas les règles commerciales. Notons qu'au moment des faits, Spotify ne permettait plus à ses utilisateurs de s’inscrire à son offre premium depuis son application. Cela lui permettait d’éviter de payer les 30 % de commission à Apple comme l’exigent les règles de l’App Store. Au lieu de cela, Spotify proposait de s'inscrire au service premium depuis son site officiel, ce qui serait contraire aux règles imposées par Apple.

Ces dernières stipulent qu’un développeur doit proposer la possibilité de s’abonner depuis l’application si un tel abonnement pouvait être souscrit ailleurs. La deuxième accusation de Spotify concerne donc les 30 % de commission qu'il juge « exagérée ». À ce propos, la firme de Cupertino avait déclaré que les propos tenus par Spotify étaient infondés et ne justifiaient guère son agacement. De plus, elle avait déclaré regretter le fait que Spotify avait décidé de rendre l’affaire publique. Bruce Sewell, directeur juridique d’Apple, avait d'ailleurs envoyé un courrier pour clarifier la situation avec une certaine ironie.

« Il ne fait aucun doute que Spotify a largement bénéficié de son association avec l’App Store. Depuis votre arrivée en 2009 sur l’App Store, la plateforme d’Apple vous a fourni 160 millions de téléchargements pour votre application, engendrant des centaines de millions de dollars de revenus incrémentiels pour Spotify. C’est pourquoi nous sommes troublés que vous demandiez à être exemptés des règles qui s’appliquent à tous les développeurs ». Apple avait souligné dans sa lettre que ses règles s’appliquent à tout le monde, dans le but de favoriser la compétition et non pas de la dissoudre.

Spotify a affirmé qu'Apple utilise son App Store pour étouffer l'innovation en restreignant injustement ses concurrents et pour limiter le choix des consommateurs au profit de son propre service Apple Music. Dans une plainte déposée à la CE en mars 2019, Spotify a déclaré qu'Apple avait « incliné le terrain de jeu » en exploitant en sa faveur sa plateforme iOS et sa boutique en App Store. Daniel Ek, PDG de Spotify, a notamment avancé ceci en 2019 :

« Ces dernières années, Apple a introduit dans l'App Store des règles qui limitent délibérément le choix et étouffent l'innovation au détriment de l'expérience utilisateur, agissant essentiellement à la fois comme joueur et comme arbitre pour désavantager délibérément les autres développeurs d'applications. Après avoir tenté sans succès de résoudre les problèmes directement avec Apple, nous demandons maintenant à la CE de prendre des mesures pour assurer une concurrence loyale ».

« Pour illustrer ce que je veux dire, laissez-moi vous donner quelques exemples. Apple exige que Spotify et les autres services numériques paient une taxe de 30 % sur les achats effectués via le système de paiement Apple, y compris la mise à niveau de notre service gratuit vers notre service Premium. Si nous payions cette taxe, cela nous obligerait à gonfler artificiellement le prix de notre abonnement Premium bien au-dessus du prix de Apple Music. Et pour que nos prix restent concurrentiels pour nos clients, nous ne pouvons pas le faire ».

En mars, la Commission a indiqué qu'elle avait terminé son enquête. D’après le Financial Times, la Commission européenne devrait engager des poursuites judiciaires contre Apple dès cette semaine.

Spotify est loin d’être la seule entreprise à critiquer les pratiques supposément monopolistiques d’Apple. D’autres géants comme Netflix ou encore Rakuten ont ainsi rejoint une coalition contre la marque à la pomme pour cette raison. L’éditeur de jeux vidéo Epic Games est allé beaucoup plus loin en déposant plainte contre la firme dans plusieurs pays du monde. Finalement, Apple a décidé de lâcher du lest en abaissant le coût de la commission de 30 à 15 % pour les développeurs gagnant moins de 1 million de dollars par an.

Si Apple est finalement reconnu coupable d'avoir enfreint les règles de l'UE, après une longue période d'appels potentiels, l'entreprise encourt une amende pouvant atteindre les 10 % de ses revenus mondiaux. Par ailleurs, Bruxelles fait passer une nouvelle loi sur les marchés numériques qui cherche à définir quand les entreprises de la Big Tech se comportent de manière anticoncurrentielle afin que les remèdes puissent être appliqués plus rapidement.

Source : Financial Times

Et vous ?

Que pensez-vous de la commission de 30 % qui était prélevée par Apple ?
Le fait qu'Apple l'ait fait passer, sous réserve de certaines conditions, à 15 % est-il susceptible de faire changer les choses ?
Partagez-vous l'opinion de Spotify qui estime « qu'Apple a introduit dans l'App Store des règles qui limitent délibérément le choix et étouffent l'innovation au détriment de l'expérience utilisateur, agissant essentiellement à la fois comme joueur et comme arbitre pour désavantager délibérément les autres développeurs d'applications » ?
10  0 
Avatar de Bill Fassinou
Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
Le 05/03/2021 à 12:37
Apple pourrait faire face à une plainte antitrust de l'UE d'ici l'été prochain
en rapport avec la plainte de Spotify

La Commission européenne a maintenant terminé l'enquête qu'elle avait ouverte sur Apple dans le domaine du streaming musical à la suite de la plainte de Spotify il y a deux ans. Le fabricant de l'iPhone avait été accusé par le service suédois de streaming musical d’utiliser son processus de validation de l’App Store pour mettre en avant son propre service de streaming de musique. Les conclusions de l'enquête ne sont peut-être pas très bonnes pour Apple. En effet, des sources proches du dossier ont déclaré jeudi qu'Apple devrait bientôt être confronté à une plainte antitrust de l'UE dans le cadre de l'affaire qui l'oppose à Spotify.

Bruxelles envisagerait une plainte contre Apple d'ici l'été prochain

La Commission européenne pourrait envoyer à Apple avant l'été la communication des griefs exposant les violations présumées des règles antitrust de l'UE. L'affaire fait en effet suite à une plainte déposée par Spotify en mars 2019. À l'époque, Apple avait recalé une mise à jour pour l’application Spotify sur iOS. Une chose avec laquelle le suédois n'était pas d'accord et avait donc porté deux chefs d'accusation contre le géant de Cupertino auprès de la Commission. Il a accusé la firme de Tim Cook d’utiliser son processus de validation de l’App Store pour mettre en avant son propre service de streaming de musique.



En fait, Apple possède également une application de streaming de musique appelée Apple Music. En réponse à cette première accusation, Apple a déclaré que l’éditeur suédois ne respecte pas les règles commerciales. Notons qu'au moment des faits, Spotify ne permettait plus à ses utilisateurs de s’inscrire à son offre premium depuis son application. Cela lui permettait d’éviter de payer les 30 % de commission à Apple comme l’exigent les règles de l’App Store. Au lieu de cela, Spotify proposait de s'inscrire au service premium depuis son site officiel, ce qui serait contraire aux règles imposées par Apple.

Ces dernières stipulent qu’un développeur doit proposer la possibilité de s’abonner depuis l’application si un tel abonnement pouvait être souscrit ailleurs. La deuxième accusation de Spotify concerne donc les 30 % de commission qu'il juge "exagérée". À ce propos, la firme de Cupertino avait déclaré que les propos tenus par Spotify étaient infondés et ne justifiaient guère son agacement. De plus, elle avait déclaré regretter le fait que Spotify avait décidé de rendre l’affaire publique. Bruce Sewell, directeur juridique d’Apple, avait d'ailleurs envoyé un courrier pour clarifier la situation avec une certaine ironie.

« Il ne fait aucun doute que Spotify a largement bénéficié de son association avec l’App Store. Depuis votre arrivée en 2009 sur l’App Store, la plateforme d’Apple vous a fourni 160 millions de téléchargements pour votre application, engendrant des centaines de millions de dollars de revenus incrémentiels pour Spotify. C’est pourquoi nous sommes troublés que vous demandiez à être exemptés des règles qui s’appliquent à tous les développeurs ». Apple avait souligné dans sa lettre que ses règles s’appliquent à tout le monde, dans le but de favoriser la compétition et non pas de la dissoudre.

Pour voir plus clair dans l'affaire, la Commission européenne avait décidé en juin 2020 de mener sa propre enquête sur les pratiques et les règles appliquées par Apple sur l'App Store. L'enquête a désormais pris fin et les autorités antitrust semblent ne pas avoir été convaincues par les propos justificatifs d'Apple. Elles songeraient donc à le poursuivre pour violation des règles de la concurrence dans l'union. Toutefois, Bruxelles n'a fait aucune déclaration sur le sujet depuis la rumeur.

L'App Store favorise-t-il vraiment la concurrence comme le dit Apple ?

Ces cinq dernières années, de nombreux différends entre Apple et ses concurrents tirent leurs sources des règles en vigueur dans l'App Store. Cela s'est notamment intensifié depuis la plainte de Spotify en mars 2019. Ainsi, outre l'affaire Spotify, la Commission enquête également sur les règles de l'App Store concernant toutes les applications concurrentes de la marque à la pomme. De même, elle enquête aussi sur les règles régissant la distribution des e-books et des livres audio via l'App Store, ainsi que sur les conditions générales de son service de paiement mobile Apple Pay.

Jeudi, l'organisme britannique de surveillance de la concurrence a ouvert une enquête sur les pratiques d'Apple, tandis que l'agence équivalente néerlandaise serait sur le point de prendre une décision sur sa propre affaire concernant l'App Store. Par ailleurs, dans la seconde moitié de l'année dernière, Epic Game, le développeur de la très populaire franchise Fortnite, a aussi essayé de passer outre les 30 % de commission d'Apple, mais a tout de suite été confronté à la riposte du fabricant de l'iPhone. Fortnite a été immédiatement retiré de l'App Store et Apple a évoqué presque les mêmes que dans le cas de Spotify.

Cependant, il est important de noter ici qu'Epic n'a pas supprimé la possibilité de faire des achats dans son application iOS. En fait, l'éditeur de jeu a plutôt soumis une mise à jour qui donnait la possibilité à ses utilisateurs de choisir la façon dont ils souhaitent faire des achats dans l'application : soit via son propre système de paiement in-app ou soit via celui d'Apple. Bien sûr, Epic a porté plainte contre Apple en alléguant, tout comme Spotify, qu'Apple abuse de sa supposée position dominante sur l'App Store. Il a également protesté contre les 30 % de commissions qu'Apple prend chez un développeur après chaque achat effectué dans son application.

Dans sa riposte, qualifiée de "féroce" par beaucoup, Apple avait menacé Epic de révoquer son accès à tous les outils de développement nécessaires pour créer des logiciels pour les plateformes Apple. Il avait également décidé de bloquer toutes les offres concernant le moteur de jeu Unreal d'Epic aux développeurs tiers. Pourtant Apple n'a jamais prétendu que ce dernier avait enfreint une de ses politiques. En gros, non content d'avoir supprimé Fortnite de l'App Store, Apple s'était attaqué à toute l'activité d'Epic dans des domaines indépendants.

Par la suite, un juge a tout de même interdit à Apple de nuire au moteur de jeu Unreal. De son côté, Epic a formé une coalition avec d'autres entreprises mécontentes des politiques appliquées par Apple sur l'App Store afin de mener des actions de protestation. Epic, le service de rencontres Match Group, Spotify et des dizaines d'autres développeurs ont formé ce qu'ils appellent la "Coalition for App Fairness". Apple semble s'être mis à dos pas mal de développeurs l'année dernière, et les choses ne vont pas en s'arrangeant, car de nombreuses enquêtes et plaintes antitrust contre lui, Google et Facebook sont également en cours aux États-Unis.

Et vous ?

Pensez-vous que l'App Store favorise vraiment la concurrence ?
Pensez-vous qu'Apple jouit d'une position dominante sur l'App Store ?
Selon vous, une plainte antitrust de l'UE contre Apple serait-elle justifiée ?

Voir aussi

Bruxelles va ouvrir une enquête antitrust contre Apple dans le domaine du streaming musical, à la suite d'une plainte de Spotify

Des centaines de développeurs d'applications veulent rejoindre la Coalition for App Fairness, un groupe pour la défense de la liberté de choix et la concurrence loyale sur l'App Store

Epic demande à la Cour d'obliger Apple à rétablir Fortnite sur l'App Store. Notant une diminution de 60 % des joueurs sur iOS, l'éditeur se dit prêt à lancer une vitrine de téléchargement concurrente

Apple reçoit l'ordre de ne pas bloquer le moteur Unreal Engine d'Epic au travers d'une décision de justice qui confirme le droit du géant de la marque à la pomme d'éjecter Fortnite de l'App Store

La justice rejette les demandes de réparation d'Apple découlant de sa bataille contre Epic sur Fortnite. Elle estime qu'Apple doit présenter des faits et non se contenter de lancer des affirmations
6  0 
Avatar de spyserver
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 17/06/2020 à 14:33
Une autre aberration du système c'est l'impossibilité d'avoir le pass navigo sur un iPhone alors que tellement de gens pourrait en profiter c'est n'importe quoi ...

Pareil plus récemment avec le blocage des apps qui font du streaming de jeu video alors qu'Apple ne propose mm pas quelque chose !

Etre ouvert sur ces points la ne nuirait pas à Apple au contraire, je comprends pas les décisions des dirigeants ...
0  0 
Avatar de archqt
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 18/06/2020 à 22:16
Ils veulent juste de le thune
0  0 
Avatar de defZero
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 18/06/2020 à 20:20
Je ne sais pas si c'est fait exprès, mais quand j'ai lu l'intitulé de l'article, j'ai bien rie

L'App Store et Apple Pay d'Apple ciblés par les autorités antitrust de l'UE,
En raison des pratiques commerciales anticoncurrentielles visant à bloquer les concurrents
...Oui, bloquer les concurrents est en effet anti-concurrentielles, sinon qu'est ce qu'y le serait ?

Que pensez-vous de ces nouvelles enquêtes ?

Gardez l'argent des enquêtes, les pratiques de ces boîtes sont décrite noire sur blanc dans leurs CGV & CGU.
En les lisant, il faudrait vraiment avoir l’esprit tordus pour y voir autre choses qu'un obstacle à la concurrence.
Mais bon, ce n'est pas comme si MS, Apple et les autres boites de technologies ne le faisaient pas depuis 35 ans maintenant.
D’ailleurs, venir se plaindre maintenant, c'est vraiment se foutre de la gueule du monde.
A croire que nos dirigeant ont déjà gaspillés leurs rentes et qu'ils doivent faire les poches de leurs petits camarades.

Pensez-vous qu’elles conduiront Apple à revoir ses pratiques commerciales ?

Je ne croit pas, non .
LA vrai question serait plutôt de savoir, comment une boite qui à pour emblème une pomme croqué depuis 30 ans, peut-elle être hype au point d'avoir convaincu des gens de vendre un rein pour s'offrir leurs bouses ?
Quand on sait que la plupart de leurs client ne toucheraient même pas un fruits croqué sur une table pour le mettre au composte, c'est cocasse .
0  1