Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Apple se servirait de l'App Store pour copier les meilleures idées pour son écosystème
Grâce à son accès à une véritable mine d'informations

Le , par Stéphane le calme

82PARTAGES

12  0 
Clue, une application populaire utilisée par les femmes pour suivre leurs règles, a presque atteint le sommet de la catégorie Santé et forme physique d’Apple. Mais l'application s'expose à une perte de vitesse. En effet, Apple prévoit ce mois-ci d'incorporer certaines fonctionnalités essentielles de Clue, telles que son cycle menstruel et la prévision de la période féconde, dans sa propre application Health préinstallée dans chaque iPhone. Cette application est gratuite, contrairement à Clue, qui peut être téléchargé gratuitement, mais qui rapporte de l'argent grâce aux ventes d'abonnements et de services dans son application. L’incorporation par le passé par Apple de fonctionnalités incluses dans d’autres applications tierces a souvent entraîné leur disparition.

Cette menace qui plane sur Clue vient encore rappeler la dualité du rôle d'Apple dans cet écosystème : fournisseur d’accès à des applications indépendantes et concurrent majeur. « C’est une relation amour-haine, bien sûr. Vous ne pouvez pas vous permettre d'embêter le laitier quand vous n'avez qu'un seul laitier », a déclaré Ida Tin, PDG de Clue. Bien que Tin pense que sa société berlinoise peut coexister avec Apple, elle souligne une « distribution asymétrique de la puissance » dans l’industrie de la technologie.

Les développeurs en sont venus à accepter le fait que, sans prévenir, Apple peut rendre leur travail obsolète en annonçant une nouvelle application ou fonctionnalité qui utilise ou intègre leurs idées. Certaines applications ont tout simplement cédé sous la pression et ont fermé boutique dans certains cas. En règle générale, les développeurs ne poursuivent pas Apple en raison des difficultés et des coûts liés à la lutte contre l'éditeur d'iOS et des conséquences qu’ils pourraient subir du fait qu’ils dépendent de la plateforme.

Un incident qui n'est pas isolé

Durant l’édition 2016 de sa conférence dédiée aux développeurs, Apple a présenté une nouvelle application pour sa montre connectée qu’il a baptisée Breathe. Cette dernière a été conçue pour aider les utilisateurs à atténuer le stress quotidien en les guidant à travers des séances de respiration chronométrées, qui peuvent être lancées à partir de sa montre connectée et des rappels peuvent être programmés à l’avance.

Cependant, un développeur du nom de Ben Erez, s’est montré outré et a prétendu qu’Apple a volé son application, qui a d’ailleurs le même nom et est disponible sur l’App Store depuis plus d’un an déjà sous l’étendard de KSI Technology LLC.

« Nous avons eu le même concept, la même orthographe, la même fonctionnalité dans l’App Store à l’intention des téléphones portables et des montres connectées depuis déjà plus d’un an. Nous avons conçu cette application parce que les applications existantes de type “pleine conscience” étaient insuffisantes en ce qu'elles sont toutes axées sur des sessions intenses de 5-20 minutes, une fois par jour. Nous voulions une expérience de pleine conscience qui pouvait être ressentie tout au long de la journée en petits morceaux », a-t-il confié.


Selon Erez, l’application a été lancée en avril 2015 et a été téléchargée plus de 6500 fois. Il affirme que non seulement Apple a subtilisé le nom de l’application, mais également ses fonctionnalités.

« Breathe est une application de pleine conscience qui vous aide à rester détendu en vous envoyant des “rappels de respiration” doux tout au long de la journée. Il suffit de configurer les moments pendant lesquels vous souhaitez recevoir les Breathers ainsi que la fréquence à laquelle vous voulez les recevoir - nous nous occupons du reste ! Nous sommes ravis de vous aider à être plus calme, plus sain et plus heureux », peut-on lire sur le descriptif de l’application.

Il faut se rappeler que la première application Android d’Apple (Move to iOS) a été accusée d’être la copie d’une autre application baptisée Copy My Data et développée par Media Mushroom. C’est la revue spécialisée PhAndroid qui avait fait cette découverte. Elle s’était alors intéressée de plus près aux deux applications. Le nom du paquet d’Apple package=”com.apple.movetoios” tandis que ceux de Copy My Data était android:name=”com.mediamushroom.copymydata”. PhAndroid a remarqué que les deux applications avaient beaucoup de fonctionnalités et de code en commun et, fait le plus étrange, la chaîne de caractères com.mediamushroom.copymydata était toujours dans le code de Move to iOS d’Apple.

Un abus de position dominante ?

Le déséquilibre des pouvoirs entre Apple et les applications de sa plateforme pourrait se transformer en une faille rare dans l’armure de la société dans un contexte où les législateurs américains passent au peigne fin les grandes entreprises du numérique dans l'optique de savoir si elles abusent de leur pouvoir. La Federal Trade Commission et le ministère de la Justice, qui appliquent les lois antitrust aux États-Unis, se sont partagé l’examen des GAFA : Amazon et Facebook étant sous la surveillance de la FTC, et Apple et Google sous celle du ministère de la Justice. .

Une fois la juridiction établie, l'étape suivante consiste pour les deux agences fédérales à décider si elles souhaitent ouvrir des enquêtes formelles. Les résultats ne seront probablement pas rapides. Une précédente enquête FTC de Google a pris plus de deux ans. Aux États-Unis et dans le monde entier, les entreprises technologiques font face à des réactions négatives, alimentées par les inquiétudes de leurs concurrents, des législateurs et des groupes de consommateurs, selon lesquelles les entreprises ont trop de pouvoir et nuisent aux utilisateurs et aux entreprises rivales.

Mais en attendant, des utilisateurs iOS ont lancé des plaintes contre Apple, l'accusant d'avoir enfreint la législation fédérale antitrust en monopolisant la vente d'applications payantes, ce qui a entraîné une hausse des prix par rapport à ce qu’ils auraient été si ces mêmes applications avaient été disponibles depuis d’autres sources. Bien que les développeurs fixent les prix de leurs applications, Apple collecte les paiements des utilisateurs d’iPhone, en conservant une commission de 30% sur chaque achat. L’un des points litigieux dans cette affaire est de savoir si les développeurs d’application récupèrent le coût de cette commission en le transmettant aux consommateurs.


Un accès à une mine d'informations pour prendre des décisions stratégiques

Lorsque Apple a intégré une lampe de poche à son système d'exploitation en 2013, elle a rendu instantanément une myriade d'applications redondantes offrant cette fonctionnalité. Toutes les applications, de l’application « Measure » incluse à l’iPhone à son emoji animé intégré étaient à l’origine des applications de l’App Store.

Dans les mises à jour logicielles de septembre de cette année, Apple a ajouté la possibilité d'utiliser un iPad comme deuxième écran d'ordinateur, une fonctionnalité offerte à l'origine par une application populaire appelée Duet Display. Ses claviers iPhone et iPad incluront la possibilité de taper en balayant, imitant des applications telles que SwiftKey.

Le malheur d'avoir une idée copiée par Apple a même un terme de l'industrie. "Getting Sherlocked" revient à l'époque où l'outil de recherche de bureau d'Apple appelé "Sherlock" a emprunté de nombreuses fonctionnalités d'un outil complémentaire tiers appelé "Watson", qui n'existe plus.

L'imitation est courante dans le secteur des technologies. « Nous avons toujours eu le courage de voler de bonnes idées », a déclaré Steve Jobs, cofondateur d'Apple.

Mais ce qui différencie la pratique d’Apple, c’est son accès à une mine de données que personne n’a. L'App Store, où les applications originales ont été proposées et mises en concurrence pour les téléchargements, recueille une grande quantité d'informations sur les types d'applications qui ont réussi - même en surveillant le temps que les utilisateurs y passent. Ces données sont largement partagées par les dirigeants du géant de la technologie et pourraient être utilisées pour prendre des décisions stratégiques concernant le développement de produits, a déclaré Phillip Shoemaker, directeur de la revue App Store chez Apple de 2009 à 2016. « Je pense qu'Apple tire beaucoup d'inspiration des applications disponibles sur l'App Store », a-t-il déclaré.

« Une concurrence saine, dans toutes les catégories, pousse constamment tous les développeurs d'applications, y compris Apple, à s'améliorer», a déclaré le porte-parole d'Apple, Fred Sainz, dans un communiqué. « Nous n'aurions pas d'autre solution, car c'est ainsi que nos utilisateurs obtiendront les meilleures expériences possible ». Il a ajouté que l'App Store compte plus de 2 millions d'applications, ce qui montre « qu'une bonne idée peut venir de n'importe où et toucher la vie des gens partout ».


Une concurrence déloyale ?

Les grandes enseignes de la technologie ne sont pas simplement puissantes parce qu’elles sont rentables. Elles sont également omniscientes sur leurs plateformes, capables d’utiliser les informations relatives à des concurrents plus petits à leur avantage et d’étendre leur portée grâce à une plus grande fonctionnalité.

Lorsque les entreprises vendent leurs produits sur Amazon, par exemple, ce dernier peut voir avant tout le monde si une nouvelle catégorie réussit. De même, Apple profite grandement de l'inventivité de millions de développeurs d'applications, d'abord lorsque leurs applications incitent les clients à continuer à utiliser l'iPhone et ensuite si les applications parviennent à inciter les utilisateurs à effectuer des paiements.

Des plateformes technologiques telles qu'Apple et Amazon peuvent utiliser ces informations pour « identifier les menaces émergentes potentielles, puis les acquérir et trouver le moyen de les désavantager », a déclaré Maurice Stucke, professeur à la faculté de droit de l'Université du Tennessee et auteur de plusieurs livres sur la politique antitrust.

Une fois qu'Apple a dupliqué l'idée d'une application, la version interne bénéficie souvent de fonctionnalités que les développeurs externes ne sont pas autorisés à utiliser. Apple Music, par exemple, est le seul service de streaming autorisé à tirer pleinement parti de Siri. Apple annonce vouloir modifier cette politique dans son nouveau système d'exploitation, iOS 13. L'application Apple Walkie-Talkie, lancée après que des applications indépendantes aient prouvé l'attrait du concept, est la seule qui peut fonctionner sur Apple Watch.

Source : Washington Post

Et vous ?

Cela vous semble-t-il surprenant ?
Que pensez-vous de l'attitude d'Apple ?
Développez-vous des applications mobiles ? Si oui, pour quelle plateforme ?
Vous êtes-vous déjà fait copier votre application ou des fonctionnalités de votre application ?

Voir aussi :

Apple favoriserait ses propres applications lors du classement des résultats de recherche sur l'App Store depuis iOS, l'entreprise s'explique
Apple révèle le nombre de demandes de suppression des applications de l'App Store par les gouvernements, pour la première fois dans un rapport
Les applications de la catégorie Enfants ne peuvent pas inclure de publicités, selon les directives d'évaluation de l'App Store
App Store : la Cour suprême US autorise les poursuites antitrust contre Apple, accusé d'être la raison de la hausse des prix des applications

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de transgohan
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 06/09/2019 à 8:33
fait le plus étrange, la chaîne de caractères com.mediamushroom.copymydata était toujours dans le code de Move to iOS d’Apple.
Si je comprends bien ils font même pire que de la simple concurrence déloyale ou de la copie d'idées...
Ils reprennent directement le code des applications intéressantes ! Je suis étonné qu'ils n'aient pas de procès sur cet aspect.

Cela fait longtemps que je considère qu'Apple n'est bon qu'en design, et je vais finir par m'en convaincre avec des news comme ça...
Si la majorité de leurs logiciels / fonctionnalités ne sont que des reprises.
9  0 
Avatar de herr_wann
Membre actif https://www.developpez.com
Le 06/09/2019 à 9:04
Le vendeur en ligne leader sur le marché Ama... fait pareil il me semble en obligeant les vendeurs utilisant sa plate-forme à donner le nom de ses fournisseurs. Dès qu'un produit se vend bien, il suffit à Ama... de le proposer pour moins cher en achetant de grandes quantités et en proposant son produit en tête de liste.
4  0 
Avatar de transgohan
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 06/09/2019 à 10:51
Citation Envoyé par Ehma Voir le message
Pas tout à fait, ils ont vraiment été capables d’innover : RTP Midi, Bonjour, CUPS, ...
Bonjour n'est pas de l'innovation de leur part, ils y ont participé mais ils ne sont pas les seuls. Même Microsoft était dans la boucle.
C'est juste qu'ils ont été les seuls à mettre en place la première implémentation, et à la maintenir.
http://www.zeroconf.org/

Pareil pour RTP Midi, ils n'en sont pas l'auteur... Ils n'ont fait que l'implémenter.
Tout comme Arduino, Yamaha, et tout un tas de constructeurs dans le monde du son.

CUPS ? Pas de bol encore une fois ce n'est pas d'Apple mais de Easy Software Products...
C'était même sur Mandriva avant même d'arriver sur Mac OS.
2  0 
Avatar de pmithrandir
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 09/09/2019 à 11:08
Le problème ici est bien l'abus de position dominante, et le non respect de la concurrence libre et non faussée.

Si la branche d'Appel en charge de la création des applications a accés a des informations sur un concurrent par l'intermédiaire d'un autre produit de la marque, il doive pour être en accord avec la loi la partager avec tous les autres concurrents(donc la rendre publique).
Dans le cas contraire, ils ne font plus de la concurrence loyale, et c'est interdit.
Cela veut dire que le vol d'idée n'est pas illégal, mais toutes les sociétés doivent le faire avec les mêmes chances.

Cela me rappelle aussi les 2 procés à l'encontre de microsoft et google sur le navigateur installé par defaut, procès tous deux perdus avec des belles amendes payées et l'obligation de proposer les produits concurrents principaux a tous leurs clients lors de l'installation. (ou l'on a considéré qu'il y avait collusion entre le fournisseur de système d'exploitation, élément essentiel de la machine, et le créateur d'application qui devait jouer le jeu de la concurrence libre et non faussée).
2  0 
Avatar de Stérilux
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 06/09/2019 à 6:50
Cela vous semble-t-il surprenant ?
Non, chez microsoft c'était aussi comme ça. (ça fait plus de 20ans que je n'ai plus remis le nez dessus)
Une boite sort un logiciel intéressant, microsoft l'intègre, la boite porte plainte contre microsoft, elle se retrouve ruiné, microsoft rachète les brevets pour 3 fois rien.
Toutes les grosses boites font de même.

Que pensez-vous de l'attitude d'Apple ?
Que c'est une boite capitaliste, tout est bon pour faire de l'argent. Pour eux c'est normal de dépouiller les petits pour s'enrichir et devenir encore plus gros, c'est le propre du capitalisme.

Développez-vous des applications mobiles ? Si oui, pour quelle plateforme ?
Oui, android (en attendant de trouver mieux)

Vous êtes-vous déjà fait copier votre application ou des fonctionnalités de votre application ?
Non, par contre j'ai déjà fait l'inverse Si on une idée est bonne autant l'exploiter. Sauf que je fais dans le libre, voir 30% aller directement dans les poches d'apple/android me donne des boutons.
2  1 
Avatar de CoderInTheDark
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 06/09/2019 à 16:15
Le film "les pirates de la silicone vallée" montrait bien comment marchaient les deux rapaces Aple et Microssoft.
Comment Xerox s'est fait voler des idées.
La sourie entre autre car le management était trop stupide pour comprendre cette inovation
1  0 
Avatar de 23JFK
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 06/09/2019 à 19:43
Il y a vraiment des personnes que cela étonne ?
1  0 
Avatar de sergio_is_back
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 06/09/2019 à 8:17
Ils auraient tord de se priver !
2  2 
Avatar de Anselme45
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 06/09/2019 à 9:49
Quel scoop! Apple comme toutes les autres GAFAM n'aurait donc pas pour seuls principes la morale, l'éthique et le respect du client?

Mais quel monde horrible!
0  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 09/09/2019 à 10:24
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
Il faut se rappeler que la première application Android d’Apple (Move to iOS) a été accusée d’être la copie d’une autre application baptisée Copy My Data et développée par Media Mushroom. C’est la revue spécialisée PhAndroid qui avait fait cette découverte. Elle s’était alors intéressée de plus près aux deux applications. Le nom du paquet d’Apple package=”com.apple.movetoios” tandis que ceux de Copy My Data était android:name=”com.mediamushroom.copymydata”. PhAndroid a remarqué que les deux applications avaient beaucoup de fonctionnalités et de code en commun et, fait le plus étrange, la chaîne de caractères com.mediamushroom.copymydata était toujours dans le code de Move to iOS d’Apple.
Est-ce que ceux qui ont développé Copy My Data ont essayé de porter plainte parce que des morceaux de leur code avaient été copié dans une autre application ?
Vu l'armée d'avocats d'Apple j'essaierais même pas...

Apple aime bien faire des procès en disant qu'on leur a piqué des idées.
Le "rectangle aux bouts arrondis" appartient officiellement à Apple
D670,286. Ce chiffre devrait faire ressurgir quelques mauvais souvenirs à Samsung. Il s'agit du numéro d'enregistrement de l'un des derniers brevets déposés par Apple. On se souvient que pendant le procès qui opposait les deux géants, le sud-coréen avait souvent dénoncé le fait qu'Apple brevetait à tout va en matière de design, sans protéger de réelles innovations. Le jour du verdict, Samsung avait considéré qu'en le condamnant, la justice américaine avait donné un monopole à un "rectangle avec des bouts arrondis".
Tout le monde copie les idées des autres. « les bons artistes copient, les grands artistes volent ».
Tarantino a fait plein de films géniaux, mais c'est qu'un tas de choses copié à gauche à droite.

Bon par contre si tu fais une copie d'une application il ne faut pas garder les noms des packages...
Ils auraient du récrire le code au lieu de faire des copier/coller.
0  0