IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Apple est autorisé à déployer son système qui va réduire le ciblage publicitaire des Français sur iOS 14 au grand regret des annonceurs.
L'éditeur fait toujours face à une enquête antitrust

Le , par Stéphane le calme

57PARTAGES

8  0 
Avec iOS 14, Apple a prévu un système qui va réduire le ciblage publicitaire des entreprises. Des annonceurs en France ont saisi l'Autorité antitrust pour lui demander de suspendre ladite fonctionnalité. Si Apple a obtenu gain de cause, l'éditeur fait toujours face à une enquête pour savoir s'il favorise injustement ses propres produits et services.

En règle générale, grâce aux technologies utilisées, les annonceurs peuvent savoir qu'une personne qui achète un produit à un certain endroit en ligne y a été conduite par une publicité, par exemple dans un jeu. Avec iOS 13, les annonceurs peuvent utiliser un numéro d'identification unique appelé IDFA (Identifier For Advertisers – identifiant pour annonceurs) afin de mieux cibler les publicités et estimer leur efficacité. Pour rappel, il s’agit d’un numéro d’identification unique du terminal chiffré, qui est attribué par le système d’exploitation ; l’IDFA sur iOS et l’AAID sur Android. Mais iOS 14 prévoit que chaque application qui souhaite faire usage de ces identifiants demandera aux utilisateurs d'opter pour le suivi lors du premier lancement de l'application.

En clair, les paramètres de confidentialité d'iOS 14 vont permettre de réduire le ciblage publicitaire des entreprises : lors du lancement d'une application, une fenêtre sollicitant le consentement explicite de l’individu pour être pisté sur le net va apparaître. L'objectif est de s'assurer que le mobinaute est d’accord que l’on suive ses activités en ligne, ou s’il s’y oppose pour préserver la confidentialité de ses sessions de navigation et, donc, limiter la collecte de données à des fins publicitaires.

Apple a voulu donner du temps aux enseignes numériques et a repoussé le déploiement de ces paramètres au début de 2021, insistant sur le fait que ses outils vont apporter « un bénéfice important en matière de protection de la vie privée des utilisateurs en obligeant les développeurs à demander la permission des utilisateurs avant de partager leurs données avec d’autres entreprises à des fins publicitaires, ou avec des courtiers en données ».

En octobre, une coalition d’annonceurs (Interactive Advertising Bureau France (IAB France), Mobile Marketing Association France (MMA France), Union Des Entreprises de Conseil et Achat Media (UDECAM), et Syndicat des Régies Internet (SRI) ont saisi l’Autorité de la concurrence pour contrer les projets publicitaires d’Apple avec iOS 14 et son identifiant IDFA. Les annonceurs ont indiqué leur crainte d’assister à un refus généralisé du public à ce suivi, ce qui aurait alors une conséquence sur leur activité.


Peu de temps avant, en juillet 2020, c'est dans une lettre ouverte adressée à Tim Cook qu'ils ont fait part de leur préoccupation :
  • Premièrement, il semble que la fenêtre contextuelle d'activation de l'IDFA présentée par Apple lors de sa conférence ne soit pas conforme aux exigences d'informations du RGPD concernant la collecte de consentement pour les publicités personnalisées. Une partie des informations demandées par Apple se trouve également dans les plateformes de gestion du consentement (CMP) qui sont déjà largement utilisées dans le monde des applications dans cette région. Il est donc au mieux redondant dans le contexte de l'UE et aura des conséquences fortes et négatives sur l'expérience globale des utilisateurs mobiles avec des présentations répétitives, mais non interopérables aux utilisateurs et la collecte du même consentement.
  • Deuxièmement, la fenêtre contextuelle proposée semble ne pas être largement personnalisable par le développeur de l'application et n'est pas interopérable avec les normes du marché de la publicité numérique, telles que le cadre de transparence et de consentement (TCF) de l'IAB Europe, qui, entre autres valeurs, normalise les utilisations des données et les fournisseurs présentés aux utilisateurs. La fonction « AppTrackingTransparency » n'a aucun concept d'utilisation de données standard ou de présentation du fournisseur. Par conséquent, le nouveau pop-up Apple ne peut pas être utilisé par le secteur de la publicité numérique pour se conformer aux exigences du RGPD applicables à la publicité en ligne.
  • Troisièmement, les paramètres de conception prédéfinis et non personnalisables de la fenêtre contextuelle à afficher présentent un risque élevé de refus de l'utilisateur en fonction de l'UX et du moment où il est présenté. L'éditeur n'a pas la possibilité de demander son consentement à l'avenir, même si l'utilisateur donne son consentement via son propre CMP à un stade ultérieur. De plus, les éditeurs n'ont pas la possibilité de mettre en évidence ou d'expliquer la valeur de cette demande, à savoir la monétisation du contenu qui peut être fourni gratuitement aux utilisateurs. Ces paramètres pourraient avoir un impact négatif important sur les revenus publicitaires des éditeurs d'applications iOS ainsi que sur les acteurs du marketing mobile.

Les publicitaires ont d’ailleurs signalé qu’Apple ne semble pas appliquer cette règle du futur recueil du consentement à son propre outil publicitaire, Search Ads, ce qui ouvre des problèmes d’abus de position dominante et d’égalité concurrentielle : « L'initiative d'Apple soulève des problèmes de concurrence, en particulier pour les acteurs du secteur spécialisés dans la promotion et la mesure des applications mobiles. La capacité de ces entreprises à mener des activités commerciales et à fournir leurs services pourrait être sévèrement restreinte, tandis que les services d'Apple ne seraient pas dans le champ d'application de cette nouvelle fenêtre contextuelle concernant les données personnelles à des fins publicitaires. En conséquence, les services de publicité Apple tels que Apple Search Ads sur l'App Store renforceront leur avantage concurrentiel. Pour rappel, l'App Store est le seul App Store disponible via iOS, un environnement d'application clé qui représente 90 % du temps passé par les utilisateurs mobiles ».

Mais l'Autorité de la concurrence ne l'a pas entendu de cette oreille.

Isabelle de Silva, qui est à la tête de l'Autorité de la concurrence, a déclaré qu'elle avait travaillé en étroite collaboration avec le régulateur français de la confidentialité des données CNIL pour décider de rejeter la demande de suspension de la fonctionnalité. Elle a assuré que la CNIL a estimé que la boîte de dialogue pop-up mise en place par Apple pourrait bénéficier aux utilisateurs dans un environnement publicitaire en ligne de plus en plus complexe, et a été présentée de manière claire et impartiale, comme l'exigent les règles de protection des données RGPD de l'Union européenne.

Ces règles ont pesé lourdement sur la décision de l'Autorité, a déclaré de Silva, alors que l'Autorité allait à l'encontre des recommandations de ses propres enquêteurs, qui étaient en faveur de la suspension des fonctionnalités de confidentialité d'Apple. L'enquêteur principal avait même évoqué le risque de « privacy washing », a déclaré de Silva, ou la possibilité que la défense de la vie privée d'Apple soit plus en apparence que sur le fond. Le privacy washing reviendrait à orienter sa communication externe ainsi que son marketing afin de transmettre des messages positifs auprès de ses clients autour de la protection de la vie privée alors même que les dispositifs en interne ne seraient pas ou peu abouti.

« Il peut y avoir un privacy washing, nous ne sommes pas naïfs », a-t-elle déclaré. « Cependant, le RGPD nous lie et en tant que membre d'un système juridique européen, je pense que tout le monde doit en tenir compte. » Néanmoins, elle a déclaré que l'Autorité continuerait à rechercher si Apple favorisait ses propres services et produits, une décision étant attendue au plus tard au début de l'année prochaine.

France Digitale attaque Apple devant la CNIL, évoquant le deux poids deux mesures d'iOS 14

Plus tôt ce mois-ci, France Digitale, qui représente 2000 start-ups françaises, a déposé plainte auprès de la CNIL contre Apple, lui demandant de se pencher sur les pratiques de l'éditeur d'iOS concernant l'affichage de publicité ciblée au sein de ses propres services, qui ne seraient pas conformes aux lois européennes. Le lobby allègue que la fonctionnalité de suivi d'Apple lui permet de partager les données collectées avec des sociétés affiliées sans en informer les utilisateurs à l'avance.

Dans sa plainte, l'organisation estime que les pratiques d'Apple causent « un préjudice significatif » envers les utilisateurs d'iPhone, mais aussi envers « les start-ups françaises qui respectent scrupuleusement les règles posées par le RGPD et craignent subir, pour une partie d'entre elles, un abus de position dominante ». France Digitale appelle la CNIL à « prendre toute mesure visant à faire cesser les pratiques ainsi dénoncées. »

L’organisation note aussi que l’utilisateur n’est pas suffisamment informé du traitement appliqué à ses données personnelles. « Nous ne laisserons pas une insupportable situation de deux-poids deux-mesures s’installer sur le marché de la publicité en ligne! », a déclaré le directeur général de France Digitale, Nicolas Brien. « Si les faits sont avérés, cela voudrait dire qu’Apple se permet sur ses applications des choses qu’il n’autorise pas pour les développeurs d’applications tierces »

Sources : décision de l'Autorité de la concurrence, lettre publique à Tim Cook

Voir aussi :

Google a décidé de réduire de 30 à 15 % la commission qu'il perçoit des achats in-app sur Android, proposant une approche légèrement différente de celle présentée par Apple l'année dernière
Apple aurait verrouillé le compte iCloud d'un utilisateur dont le nom de famille contiendrait la valeur booléenne ''True'', généralement connu comme mot-clé dans des langages de programmation
Marquée obsolète depuis 2016, l'API Applet sera bientôt définitivement supprimée de Java, y a-t-il des raisons de regretter les applets Java ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Bill Fassinou
Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
Le 04/05/2021 à 10:44
Facebook et Instagram menacent de faire payer l'accès sur iOS 14.5 si vous ne leur communiquez pas vos données
et espère contraindre Apple à alléger les règles de confidentialité ajoutées à l'iOS 14

Facebook continue d'inciter les utilisateurs de Facebook et d'Instagram sur iOS à ne pas refuser le pistage publicitaire, une pratique dont dépend une grande partie du chiffre d'affaires de l'entreprise. Après avoir utilisé la manière douce depuis l'été dernier, Facebook sort désormais le grand jeu en menaçant subtilement les utilisateurs d'iPhone de rendre ses plateformes Facebook et Instagram payantes s'ils s'opposent au pistage publicitaire. Ce qui s'apparente à une menace est un message diffusé par Facebook aux utilisateurs utilisant l'iOS 14.5, publié à la fin du mois d'avril.

Zuckerberg et les siens demandent de garder Facebook gratuit

Si Google semble pour le moment muet concernant la situation, peut-être en raison de la domination de son propre système d'exploitation Android et de son moteur de recherche, Facebook multiplie les actions depuis l'annonce de l'iOS 14. Depuis le début de ce mois, Facebook et sa filiale Instagram menacent les utilisateurs de devoir payer pour leurs services, mais seulement si les utilisateurs n'autorisent pas la paire à les suivre d'une application à l'autre après avoir installé iOS 14.5. Le leader mondial des réseaux sociaux a expliqué dans un message le lien entre la gratuité de ces plateformes et la publicité ciblée.



« Cette version d’iOS nous impose de demander votre permission pour récolter des informations liées à cet appareil pour améliorer vos publicités. Nous utilisons les données liées à votre activité sur d’autres applications et sites Web afin de vous montrer des publicités plus personnalisées, garder Facebook gratuit, aider les entreprises qui comptent sur la publicité pour toucher leurs clients », explique le message que Facebook affiche à un utilisateur après qu'il a installé l'iOS 14.5. Selon des captures d'écran postées par les utilisateurs sur les réseaux sociaux, le message est répliqué à l’identique sur Instagram.

Facebook n'a pas apporté des commentaires sur ce message, mais au regard de ses multiples actions depuis l'arrivée de l'iOS 14, il est possible de dire que la société change de tactique. En outre, cela ne signifie pas que la publicité ciblée a disparu pour autant, Apple y a juste imposé des limites. Même si un utilisateur refuse de se faire suivre d'un site Web ou d'une application à un autre par Facebook et Instagram, il verra toujours de la publicité lors de sa navigation, mais elles seront dorénavant moins ciblées. En cas de refus, Facebook s'appuiera uniquement sur les comportements de l'utilisateur sur ses propres plateformes.

« Pour aider les gens à prendre une décision plus éclairée, nous montrons également notre propre écran, ainsi que celui d'Apple. Il fournira plus d'informations sur la façon dont nous utilisons les publicités personnalisées, qui soutiennent les petites entreprises et permettent aux applications de rester gratuites. Si vous acceptez les invites pour Facebook et Instagram, les publicités que vous voyez sur ces applications ne changeront pas. Si vous refusez, vous verrez toujours des publicités, mais elles seront moins pertinentes pour vous », avait déclaré Facebook au sujet de l'iOS 14 en février dernier.

« Accepter ces invites n'entraîne pas la collecte de nouveaux types de données par Facebook. Cela signifie juste que nous pouvons continuer à offrir de meilleures expériences aux utilisateurs », avait rassuré l'entreprise. Il convient également de noter que les règles de l'App Store d'Apple interdisent aux applications de proposer des incitations aux utilisateurs pour qu'ils acceptent d'être suivis. Il n'est pas clair dans l'immédiat si Facebook et Instagram enfreignent ou non cette règle, mais il s'en faut de peu. Si cela s'avère être le cas, Apple pourrait bannir les deux applications comme cela a été le cas avec Fortnite d'Epic Games en 2020.

Qui de Mark Zuckerberg ou de Tim Cook l'emportera ?

En effet, avec la sortie de l'iOS 14, Apple a annoncé qu'à l'avenir les développeurs iOS seront tenus de fournir des informations sur la façon dont leurs applications collectent les données des utilisateurs et devront aussi demander explicitement leur autorisation avant de les suivre à travers les applications et les sites Web appartenant à d'autres sociétés. Autrement dit, sur iOS 14, iPadOS 14 et tvOS 14, les applications devront recevoir l'autorisation de l'utilisateur avant de le suivre sur des applications ou des sites Web tiers, ou pour accéder à l'identifiant publicitaire de l'appareil.

S'affichant comme un fervent défenseur de la vie privée des consommateurs, Apple a fait de l'iOS 14 une étape importante pour redonner progressivement aux utilisateurs de l'iOS le contrôle sur leur vie privée. Elle a commencé par déployer ses fonctionnalités au cours des derniers mois et avec la sortie de l'iOS 14.5 fin avril. Google et Facebook quant à eux sont deux géants de la publicité ciblée, le premier étant le leader du marché, un marché qui représente plusieurs dizaines de millions par an. Il est donc primordial pour ces grandes enseignes de s’assurer de la bonne santé de cette activité.

Si Google détient Android et que les règles de confidentialités ne sont pas aussi hostiles à la publicité, ce n’est pas le cas pour Apple et iOS. La société entend faire de sa plateforme le système d’exploitation le plus sûr sur le marché pour ses utilisateurs et cela met des bâtons dans les roues de certains. Le message de Facebook pourrait être considéré comme une façon pour lui de faire pression sur le fabricant de l'iPhone. Des rumeurs circulent que Facebook aurait demandé un traitement de faveur de la part d'Apple, mais que ce dernier s'y est opposé. En outre, Facebook s'est engagé dans une lutte contre ces nouvelles règles.

« Nous tenons tête à Apple pour les petites entreprises du monde entier. De nombreux membres de la communauté des petites entreprises ont partagé leurs préoccupations concernant la mise à jour logicielle forcée d'Apple, qui limitera la capacité des entreprises à diffuser des publicités personnalisées et à atteindre efficacement leurs clients. Bien que la limitation de l'utilisation des publicités personnalisées ait un impact sur les grandes entreprises comme la nôtre, ces changements seront dévastateurs pour les petites entreprises, ajoutant une pierre à l’édifice des nombreux défis auxquels elles sont confrontées actuellement », avait déclaré Facebook en décembre dernier, s'affichant en défenseur des PME.

En somme, les écrans d'avertissement de Facebook et d'Instagram suggèrent de manière flagrante que les utilisateurs peuvent « aider à garder les deux plateformes gratuites » en autorisant les publicités. Ce qui, à son tour, suggère que le déclin pourrait amener les entreprises à faire payer l'accès à l'avenir.

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?
Payeriez-vous pour utiliser Facebook et Instagram ? Pourquoi ?
Selon vous, Apple nuit-il aussi aux petites entreprises comme l'estime Facebook ?
Pensez-vous que les entreprises devraient dépendre autant de la publicité personnalisée ?

Voir aussi

Apple pourrait commencer à appliquer les nouvelles règles de notification de confidentialité des applications dans les semaines à venir, malgré les démarches de Facebook contre la mesure

Facebook publie un chiffre d'affaires de 26,1 milliards de dollars au premier trimestre, dépassant de loin les attentes de Wall Street et double quasiment son bénéfice net en un an

iOS 14 : Facebook incite les utilisateurs à ne pas refuser le pistage publicitaire, assurant que le pistage permet d'aider les entreprises qui reposent sur la publicité

Les développeurs examinent des techniques invasives de suivi des utilisateurs dans l'iOS 14 pour contourner la prochaine mise à jour de la confidentialité d'Apple

Apple va retarder l'application d'un élément de sa politique de confidentialité sur iOS 14 qui menace Facebook et le marché de la publicité mobile sur son écosystème
9  0 
Avatar de Madmac
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 08/05/2021 à 14:49
Citation Envoyé par calvaire Voir le message
je veux pas faire l'avocat du diable mais une application nécessite des développeurs pour la coder.
Il faut bien les payer, soit l'application est payante soit bah il faut trouver una autre source de revenus.
Je propose de poser la question suivante: préfere tu payer l'application 3$ ou bien envoyer tes données à l'entreprise pour les revendre ou pour afficher des pub ciblé ?l
Il y a un aspect du problème qui n'a pas été abordé:

- Tu ne détiens aucune information sur les données qu'ils détiennent.
- Tu ignore comment ces données vont-être utilisé et par qui (par exemple: Aimerais-tu que ton employeur actuel puisse savoir que tu recherches activement un autre emploi?)
- Tu ignores comment ces données vont être interprétées (Par exemple: Quelqu'un qui recherche des informations sur les médicaments sur le Sida n'est pas forcément atteint de la maladie. Mais certaines personnes pourraient le croire et refuser de t'embaucher pour cette raison. Certaines personne associent Manga avec pédophilie. Une perception semble peut -transformé la vie d'une personne en enfer, si les gens se mettent à croire que Facebook est une source fiable)
- Tu n'as aucune idée si ces informations t'affectent négativement.

Et enfin si c'est le cas tu n'as aucun recours possible.
6  1 
Avatar de emilie77
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 04/05/2021 à 11:30
J'aimerais savoir le prix de FB/insta sans pubs, sans suivi, sans communication et utilisation de mes données...
5  1 
Avatar de kain_tn
Membre expert https://www.developpez.com
Le 08/05/2021 à 19:10
Citation Envoyé par calvaire Voir le message
A bon ? les contributions d'intel/amd (pour les pilotes), ibm(pour des perfs et des améliorations de FS), de Steam (proton et wine), sont du tres bon
Apple a aider dernièrement de grands logiciels comme VLC ou Blender pour le portage vers la puce M1. Un potage en générale c'est pas juste un portage, ca peut etre l'occasion d'apporter des optimisations (pas que pour le M1) et du refactoring plus propre au code et du bug fix. Des choses qui vont m'apporter à moi utilisateur de vlc sur windows/linux/android.
Dans toute ta liste, tu n'as cité qu'un seul GAFAM: Apple. Les autres sont certes de très très grosses sociétés mais pas des GAFAM, du coup je rejoins le point de vue de denisys sur le sujet.

Citation Envoyé par calvaire Voir le message
Oui c'est pour un retour sur investissement et alors ? je suis bien content que mon linux tourne bien avec les pilotes de base.
Ces entreprises finances/codent les parties qui les intéresses mais ces parties peuvent intéresser d'autres personnes aussi, c'est un cercle vertueux.
Tout à fait! S'il y a autant de pilotes aujourd'hui c'est bien parce que tout un tas de sociétés l'utilisent pour du matériel embarqué par exemple.

Citation Envoyé par calvaire Voir le message
Mais on s'éloigne du sujet....
Ce que je voulais dire c'est que un développeur il doit bien se nourrir et donc trouver un business modele pour son logiciel (pareil pour une entreprise et une gafam)
Là on est en phase.

Citation Envoyé par calvaire Voir le message
les gens ne veulent pas payer pour un navigateur ou un moteur de recherche ou pour aller sur youtube donc il faut trouver autre chose.
Je suis sur que 99% des gens préfère donner leurs données et voir des pubs que de payer un abonnement YouTube.
Là je ne te rejoins pas complètement: si les gens savaient ce que l'on peut faire de leurs données (y compris quand elles sont anonymisées), ils seraient bien plus nombreux à rejeter ce modèle quitte à choisir quelque chose de payant. L'arnaque, c'est que même quand tu payes aujourd'hui, la vente de données est tellement alléchante que pas mal d'applications pompent quand même les données...
5  1 
Avatar de denisys
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 08/05/2021 à 17:52
Citation Envoyé par calvaire Voir le message
je veux pas faire l'avocat du diable mais une application nécessite des développeurs pour la coder.
Il faut bien les payer, soit l'application est payante soit bah il faut trouver una autre source de revenus.
Je propose de poser la question suivante: préfere tu payer l'application 3$ ou bien envoyer tes données à l'entreprise pour les revendre ou pour afficher des pub ciblé ?

Apres on a des dérives du style l'application est payante et en plus tu te fait siphonner, mais ce que je veux dire c'est que personne ne travail gratuitement et il faut bien financer les créateurs.
Les gens utilisent google, youtube et facebook car c'est gratuit et en retour ils donnent leurs données. Tout le monde sait cela surtout avec les scandales qu'on a depuis quelques années et pourtant ça ne dérange pas grand monde.

Quand tu paye un windows ou un abonnement youtube/google musique, tu finances indirectement des logiciels open source style linux (Oui ce sont les gafam qui payent les dev Linux)
l'argent tombe pas du ciel
Pour moi, il y a du bon et du moins bon, dans ton point de vue.
En ce qui concerne l’application pour 3 a 5 balles.
Ils ne sont pas beaucoup à le proposer.
Mais ils existent.
Ils sont plutôt marginaux.
Mais ils existent.

Et ce ne sont, surtout pas les GAFAM, qui proposent ce genre de contrats.
Quand en ce qui concerne les GAFAM, payent les dev Linux.
C’est à consommer avec modération.
Effectivement, un GAFAM, peut utiliser les services d’un dev Linux, moyennant finance.
Généralement, pour développer une spécificité, pour le GAFAM.
Mais en fait, les GAFAM, contribuent, au noyau Linux.
Mais, ce n’est pas une contribution financière, généralement.
Mais une contribution en matière de code.
Mais rarement, par bonne générosité.
Derrière, il y a une attente de retour sur investissement.
Qui ne tombe pas forcement dans le portefeuille du dev Linux, de la communauté Linux.

Si je ne me trompe pas !
3  0 
Avatar de ormond94470
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 22/05/2021 à 10:56
C'est tout bénef pour Apple, s'ils font payer Facebook et instagram, Apple va récupérer 30% de commissions...
3  0 
Avatar de dragonjoker59
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 25/03/2021 à 14:44
Les pauvres petits annonceurs... :'(
1  0 
Avatar de smarties
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 04/05/2021 à 11:48
Si les gens sont obligés de payer pour accéder à Facebook, il se rendront peut être compte de l'inutilité du service.
Sinon, il y aura toujours l'accès via le navigateur possible.
2  1 
Avatar de YohanWyart
Candidat au Club https://www.developpez.com
Le 08/05/2021 à 18:49
Comme si Facebook était la seule application pour faire ce genre de chose. Bye-bye Facebook et welcome a la créativité !
2  1 
Avatar de tanaka59
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 08/05/2021 à 21:25
Bonsoir

Facebook et Instagram menacent de faire payer l'accès sur iOS 14.5 si vous ne leur communiquez pas vos données et espère contraindre Apple à alléger les règles de confidentialité ajoutées à l'iOS 14

Quel est votre avis sur le sujet ?
Bien fait pour Facebook si leur business model est devenu archaïque ... Cela montre que la pub à outrance et la gargarisation à base de data perso atteint des limites .

Payeriez-vous pour utiliser Facebook et Instagram ?
Cela dépend .

Pourquoi ?
On paye bien un abo télécom pour correspondre . On paye bien le timbre pour l'envoi de colis ou lettre. On paye bien pour utiliser des sites de rencontres/dating. Payer pour un service de correspondance genre réseaux social , pour épurer la fréquentation et / ou les contenus publié, cela peut se discuter. Eviter les trolls/boulets ou certains comportements dangereux.

Selon vous, Apple nuit-il aussi aux petites entreprises comme l'estime Facebook ?
Non

Pensez-vous que les entreprises devraient dépendre autant de la publicité personnalisée ?
Pas du tout, c'est que le modèle dérive de trop ...

Citation Envoyé par Madmac
C'est facile de voir le service qu'il te donnent. Mais tu ne mesure pas les services que tu perd. Ou que tu va perdre éventuellement. Car cela devient de plus en plus cher de produire du contenu ou même d'en offrir bénévolement. Tu ne crois pas qu'un site comme devellopez.net ne mériterait pas de support financier?
On pourrait envisager la vente de goodies ou alors "les dons" pour financer l’hébergement.

96 % des utilisateurs d'iPhone ont refusé le suivi des applications depuis le lancement d'iOS 14.5, ce qui montre que la grande majorité des gens veulent préserver leur vie privée

Quel commentaire faites-vous du nombre d’utilisateurs qui ont refusé le suivi des applications ?
C'est énorme

Avez-vous mis à jour votre iPhone à la dernière version ? Avez-vous également désactivé le suivi sur votre iPhone ?
J'ai pas de produit Apple

Selon vous, le nombre de ceux qui ont accepté le suivi des applications va-t-il augmenter ou diminuer ?
Diminuer.
2  1