IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Des baisses de revenus de 15 à 20 % pour les développeurs iOS ont été observées suite au déploiement de l'App Tracking Transparency
La nouvelle barrière d'Apple sur les publicités ciblées

Le , par Stéphane le calme

144PARTAGES

13  0 
Rappel du contexte

Des entreprises comme Facebook et Google tirent une grande partie de leurs chiffres d’affaires de la publicité, un marché de plusieurs milliards de dollars par an. Il est alors primordial pour ces grandes enseignes de s’assurer de la bonne santé de cette activité. Si Google détient Android et que les règles de confidentialités ne sont pas aussi hostiles à la publicité, ce n’est pas le cas pour Apple et iOS. L’entreprise entend faire de sa plateforme le système d’exploitation le plus sûr sur le marché pour ses utilisateurs et cela met des bâtons dans les roues de certains.

Avec iOS 13, les annonceurs peuvent utiliser un numéro d'identification unique appelé IDFA (Identifier For Advertisers – identifiant pour annonceurs) afin de mieux cibler les publicités et estimer leur efficacité. Pour rappel, il s’agit d’un numéro d’identification unique du terminal chiffré, qui est attribué par le système d’exploitation ; l’IDFA sur iOS et l’AAID sur Android. Mais iOS 14 prévoyait que chaque application qui souhaite faire usage de ces identifiants demandera aux utilisateurs d'opter pour le suivi lors du premier lancement de l'application.

En clair, les paramètres de confidentialité d'iOS 14 permettent de réduire le ciblage publicitaire des entreprises. Facebook l’a bien compris et a déclaré en août que cette mise à jour allait gravement nuire à une partie de ses activités, dont le suivi des utilisateurs. La société a précisé que ces paramètres d’iOS 14 d'Apple pouvaient entraîner une baisse remarquable de plus de 50 % de son activité de publicité sur son outil Audience Network.

Ce dernier permet aux annonceurs d'étendre leurs campagnes Facebook et Instagram à l'ensemble d'Internet via des milliers d'applications de haute qualité. Audience Network aide les développeurs de logiciels pour les plateformes mobiles à fournir des publicités in-app ciblées aux utilisateurs en fonction des données de Facebook. Facebook prétend qu’il ne serait plus d’aucune utilité si ces paramètres d’iOS 14 venaient à être déployés.


iOS 14.5 et l'App Tracking Transparency (ATT)

En les empêchant d’avoir accès à l’IDFA (Identifier for Advertisers), qui les autorise à suivre le parcours des utilisateurs et utilisatrices d’iPhone sur différentes applications et de comprendre leurs préférences pour leur proposer de la publicité ciblée, l’App Tracking Transparency est une énorme barrière au suivi publicitaire et vient donc gêner les activités des annonceurs.

Depuis le déploiement d’iOS 14.5, seuls 20 % des utilisateurs et utilisatrices appuient sur « oui » lorsque leur téléphone leur demande s’ils souhaitent recevoir de la publicité ciblée.

Le pire serait à venir. Selon Brian Bowman, qui est à la tête d’une entreprise spécialisée dans le marketing sur mobile, le gros des retombées ne pourra être estimé que lorsque le taux d’adoption d’iOS 14.6 (la dernière version) dépassera les 80 %. Il estime que si les revenus moyens de ces entreprises sont en baisse de 15 à 20 % depuis avril dernier, certaines accusent déjà de pertes de l’ordre de 40 %.

Aussi, étant dans l'incapacité de proposer un ciblage précis à leurs clients, ces derniers s’en détournent en faveur de plateformes comme TikTok , Facebook ou Google, qui font des expériences sur leurs algorithmes pour s’adapter à ces contraintes.


Les observations du PDG de Consumer Acquisition sur 300 millions de dollars de dépenses publicitaires

Des critiques d'Apple tels que le PDG d'Epic Games, Tim Sweeney, se sont plaints du comportement anticoncurrentiel présumé d'Apple avec l'App Store. Mais Brian Bowman, PDG de Consumer Acquisition, a souvent tiré la sonnette d’alarme sur la décision d'Apple de privilégier la confidentialité des utilisateurs par rapport aux publicités ciblées en modifiant l'accès à son identifiant pour les annonceurs (IDFA).

Sur la base de l'analyse de Consumer Acquisition de 300 millions de dollars de dépenses publicitaires sociales payées, IDFA a eu un impact dévastateur, a déclaré Bowman dans une interview. Durant cet exercice, Bowman a déclaré que les annonceurs iOS connaissent une baisse des revenus de 15 à 20 % et une inflation du trafic organique non attribué.

En avril, Apple a commencé à publier iOS 14.5, incitant les utilisateurs à indiquer s'ils autorisaient le suivi de leurs données à des fins publicitaires. Apple pense que cela met la confidentialité au premier plan. Mais Consumer Acquisition et bon nombre de ses annonceurs développeurs de jeux craignent que cela n’ait un effet dévastateur sur la publicité personnalisée.

Seuls 20% des consommateurs disent oui à l'invite de transparence du suivi des applications d'Apple, ce qui signifie qu'ils permettront aux applications de personnaliser les publicités en suivant leurs données personnelles. Pour le trafic évalué par l'entreprise de Bowman, les performances se sont estompées. Sur les plateformes sociales payantes, l'optimisation des événements en aval et les « performances d'audience similaires » s'érodent également.

Les annonceurs ne sont pas totalement impuissants. Pour regagner de l’efficacité, certains recommandent de permettre aux algorithmes sociaux payants de regrouper les utilisateurs en fonction des comportements (cela rappelle un peu FLoC de Google) et des tendances créatives. Bowman pense (ou du moins, garde l'espoir) qu'Apple annulera ou adoucira les changements IDFA d'ici le Black Friday.

Voici une transcription éditée d'une partie de l'entretien.

Comment est la vie post-IDFA ?

Brian Bowman : Eh bien, nous ne sommes pas encore dans le post-IDFA. Nous sommes toujours en transition. C'est ce à quoi je m'attendais. Il y a une perte d'une partie des revenus, selon l'évolution des gens. Je ne m'attends pas à ce que le plein impact se fasse sentir avant la fin juillet. Le déploiement d’iOS 14.6 a été lent, mais la vitesse d’adoption est évidemment en train de croître. Apple a intentionnellement retardé la transparence du suivi des applications jusqu'à la version 14.6. Certains clients ont perdu 30 à 40 % de leur chiffre d'affaires. D'autres ressentent moins d'impact. C'est le bordel.

Qu'est-ce que cela signifie en ce qui concerne les autres choses qui causent cette baisse de revenus? Je pense que vous avez également dit que les IPC (indice des prix à la consommation, l'instrument de mesure de l'inflation.) étaient partout.

Bowman : Quant à la cause de la baisse des revenus, d'une part, les clients qui dépendent d'audiences similaires, ciblant spécifiquement les « baleines » par exemple, les personnes ayant une propension plus élevée à payer, sont les plus touchées aujourd'hui. Il y a un effondrement des enchères VO. La capacité de cibler spécifiquement les personnes qui vont effectuer des transactions est diminuée et continuera de s'éroder au fur et à mesure du déploiement de l'ATT (l’App Tracking Transparency).

Il est clair que lorsque vous regardez les trois grands – Facebook, Google, TikTok – ils expérimentent des modifications de l'algorithme, ce qui provoque d'étranges perturbations dans les CPM. Les CPM d'un client particulier augmenteront de 300 à 500 % pendant quelques jours, puis redescendront comme par magie. Il y a des expériences en cours, clairement, pour essayer de mieux comprendre le marché.

Et pour ceux qui sont moins touchés, qu'y voyez-vous ?

Bowman : Les mêmes choses que nous avons toujours dites, c'est-à-dire si vous avez la chance d'être dedans – prenons le cas par exemple de jeux occasionnels. La bonne façon de le dire d'un point de vue algorithmique, si vous ciblez une très large base d'utilisateurs qui déboursent de manière générique et cohérente, est que vous n'avez pas besoin d'une niche ou d'un type d'humain particulier. Ce sont les moins impactés. En fait, ceux-ci en bénéficieront probablement.

Sur votre échelle d'apocalypse, où en sommes-nous ?

Bowman : Je crois toujours que les développeurs d'applications de petite et moyenne taille qui dépendent des revenus publicitaires seront considérablement touchés. Cet impact commencera à se faire sensiblement sentir en juillet et en août. Les entreprises qui sont en mesure d'avoir une grande empreinte de données de première partie, comme AppLovin ou EA, qui possède désormais Glu, seront moins impactées, car elles sont capables de comprendre, à travers un très grand nombre d'utilisateurs, qui les payeurs sont.

Dans le très haut de gamme, les entreprises qui amassent un jardin clos d'IDFV (Identifier for Vendors est un code attribué à toutes les applications par un développeur et est partagé entre toutes les applications par ce développeur sur votre appareil) sont sur la bonne voie pour faire mieux. Les développeurs de petite et moyenne taille n'ont tout simplement pas la capacité financière de passer aux achats intégrés. Vous avez besoin de beaucoup d'argent pour le faire. Au fur et à mesure que les CPM (employé dans un contexte de publicité display sur Internet, le CPM (coût pour mille) correspond au principal mode de facturation des espaces publicitaires en display) deviennent plus chers, à la fois sur Android et iOS, ils seront impactés négativement. Encore une fois, je ne sais pas, mais je suppose qu'il est illogique pour moi qu'Android soit impacté. Il semble que les gens transfèrent de l'argent vers Android pour essayer de récupérer l'efficacité qu'ils ont perdue sur iOS. Cela crée une dynamique de marché où c'est plus cher.

Est-ce que ça marche très bien ? Cela semble aider un peu, mais si le comportement ne change pas et que la plupart des gens dépensent de l'argent sur iOS et non sur Android, cela ne change rien.

Bowman : Exactement. C'est une tentative à court terme pour trouver une alternative et voir ce qui se passe. Nous voyons également de l'argent affluer vers TikTok et d'autres plateformes, car bien sûr, les gens veulent diversifier les risques.

Source : entretien avec Brian Bowman

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Bill Fassinou
Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
Le 22/09/2022 à 23:04
Meta est poursuivi pour avoir contourné les règles de confidentialité d'Apple afin d'espionner les utilisateurs
la plainte met en cause le navigateur intégré des applications Facebook et Instagram

Meta a été poursuivie mercredi pour avoir prétendument mis au point une solution de contournement secrète permettant à l'entreprise de contourner les dispositifs de protection de la vie privée mis en place par Apple au début de l'année dernière pour protéger les utilisateurs d'iPhone contre le suivi de leur activité sur Internet. Dans une proposition de plainte en recours collectif déposée mercredi devant le tribunal fédéral de San Francisco, deux utilisateurs de Facebook accusent la société d'avoir contourné les règles de confidentialité d'Apple et enfreint les lois étatiques et fédérales limitant la collecte non autorisée de données personnelles.

Lors de la conférence WWDC 2020, Apple a annoncé qu'avec la sortie d’iOS 14, l’IDFA (IDentifier For Advertisers - identifiant de publicité) serait désormais une fonctionnalité opt-in, ce qui signifie que les utilisateurs doivent donner leur consentement explicite à la fois à l’annonceur et aux applications de destination pour les autoriser à les suivre sur Internet. L’IDFA est la norme adoptée par Apple permettant aux réseaux publicitaires mobiles de suivre des utilisateurs et de leur diffuser des publicités ciblées. Il en va de même pour les applications publicitaires, leurs partenaires publicitaires et leurs partenaires d’attribution.

Les paramètres de confidentialité de l'iOS 14 vont permettre de réduire le ciblage publicitaire des entreprises. Meta (alors Facebook inc.) l’avait compris et avait déclaré à l'époque que cette mise à jour que la marque à la pomme se préparait à lancer nuirait gravement à une partie de ses activités, notamment la publicité en ligne qui s'appuie sur le suivi des utilisateurs. Selon des estimations de l'entreprise de réseaux sociaux, les nouvelles règles de confidentialité introduites par la firme de Cupertino pourraient coûter jusqu'à 10 milliards de dollars à Meta rien que cette année.



Si les protestations de Meta n'ont pas empêché le lancement de l'iOS 14, l'entreprise semble avoir trouvé le moyen de contourner les limitations mises en place par Apple. En tout cas, c'est ce qu'affirme une plainte déposée mercredi à San Francisco par deux utilisateurs de Facebook. Selon des sources proches du dossier, une plainte similaire a été déposée devant le même tribunal la semaine dernière. Ils ont accusé le géant de la technologie "de contourner les règles de confidentialité mise en place par Apple en 2021 et de violer les lois étatiques et fédérales limitant la collecte non autorisée de données personnelles".

Les accusations se fondent sur un rapport publié en août dernier par le chercheur en cybersécurité Felix Krause. Krause, un ancien employé de Google, a soutenu que Meta exploite le "navigateur intégré" - une fonctionnalité qui permet aux utilisateurs de Facebook et Instagram de visiter un site Web tiers sans quitter la plateforme - pour "injecter" un code JavaScript qui permet de surveiller toutes les interactions des utilisateurs. Cette pratique est considérée dans la plupart des cas comme un type d'attaque malveillante. Elle permet à Meta de suivre les utilisateurs à travers le Web après qu'ils aient cliqué sur des liens sur Facebook et Instagram.

Pour parvenir à cette conclusion, Krause a conçu un outil capable de détecter si du code JavaScript est injecté dans la page qui s’ouvre dans le navigateur intégré aux applications Instagram, Facebook et Messenger lorsqu’un utilisateur clique sur un lien qui le redirige vers un lien externe. Après avoir ouvert l’application Telegram et cliqué sur un lien ouvrant une page tierce, aucune injection de code n’a été détectée. En répétant la même expérience avec Instagram, Messenger et Facebook, l’outil a détecté que plusieurs lignes de code JavaScript avaient été injectées après avoir ouvert la page dans le navigateur intégré à ces applications.

Il a observé ce comportement sur iOS comme sur Android. Toutefois, aucun code de ce type n’est ajouté au navigateur intégré de WhatsApp. Selon Krause, le fichier JavaScript externe que l’application Instagram injecte est connect.facebook.net/en_US/pcm.js, un code permettant de créer un pont pour communiquer avec l’application hôte. Krause a conclu que l’injection de scripts dans des sites Web tiers pourrait, même si aucune preuve ne confirme que Meta s’y adonne, permettre à l'entreprise de surveiller toutes les interactions des utilisateurs, comme les interactions avec chaque bouton et chaque lien.

Après la publication de cette découverte, Meta aurait réagi en déclarant que l’injection de ce code aidait à regrouper les événements, comme les achats en ligne, avant que ceux-ci soient utilisés pour la publicité ciblée et des mesures pour Facebook. Meta aurait ajouté : « pour les achats effectués via le navigateur intégré à l’application, nous demandons le consentement de l’utilisateur pour enregistrer les informations de paiement à des fins de remplissage automatique ». Mais Krause a déclaré qu'il n’y a aucune raison légitime au fait que Meta intègre un navigateur à ses applications et force les utilisateurs à l'utiliser pour visiter des liens externes.

« Cela permet à Meta d'intercepter, de surveiller et d'enregistrer les interactions et les communications de ses utilisateurs avec des tiers, fournissant des données à Meta qu'elle agrège, analyse et utilise pour augmenter ses revenus publicitaires », peut-on lire dans la plainte. L'action en justice soutient que la collecte d'informations sur les utilisateurs via les applications Facebook et Instagram permet à Meta de contourner la réglementation d'Apple en matière de protection de la vie privée, qui exige que toutes les applications tierces obtiennent le consentement des utilisateurs avant de suivre leur activité en ligne et hors ligne.

En réponse aux allégations des plaignants, Meta a admis que l'application Facebook suit l'activité du navigateur (intégré), mais a réfuté les allégations selon lesquelles les données des utilisateurs étaient collectées illégalement. En outre, le rapport de Krause a noté que la pratique qui consiste à injecter du code dans des pages d’autres sites Web soulèverait des risques à plusieurs niveaux :

  • confidentialité et analyse : l’application hôte peut suivre littéralement tout ce qui se passe sur le site Web comme chaque pression, saisie, comportement de défilement, quel contenu est copié et collé, ainsi que les données affichées comme les achats en ligne ;
  • vol des informations d’identification des utilisateurs, des adresses physiques, des clés API, etc. ;
  • annonces et références : l’application hôte peut injecter des publicités sur le site Web, ou remplacer la clé API des annonces pour voler des revenus à l’application hôte, ou remplacer toutes les URL pour inclure un code de référence ;
  • sécurité : les navigateurs ont passé des années à optimiser la sécurité de l’expérience utilisateur sur le Web, comme afficher l’état du chiffrement HTTPS, ou encore avertir l’utilisateur au sujet des sites Web non chiffrés, etc. ;
  • l’injection de code JavaScript supplémentaire sur un site Web tiers peut entraîner des problèmes susceptibles de casser le site Web ;
  • les extensions de navigateur et les bloqueurs de contenu de l’utilisateur ne sont pas disponibles ;
  • les liens profonds ne fonctionnent pas bien dans la plupart des cas ;
  • souvent, il n’est pas facile de partager un lien via d’autres plateformes (par exemple, par e-mail, AirDrop, etc.).


Si vous souhaitez échapper au suivi de Meta à travers le navigateur de ses applications, vous pouvez dans un premier temps ouvrir la page Web dans un navigateur extérieur à l’application. Généralement, un bouton permet de le faire. Si ce bouton n’est pas disponible, vous allez devoir copier et coller l’URL pour ouvrir le lien dans le navigateur de votre choix. Une autre solution assez simple qui permet d’échapper au regard e Meta est d’utiliser la version Web de ces applications.

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?
Que pensez-vous des allégations portées contre Meta ?

Voir aussi

Les développeurs examinent des techniques invasives de suivi des utilisateurs dans l'iOS 14 pour contourner la prochaine mise à jour de la confidentialité d'Apple

Meta, l'entreprise mère de Facebook et Instagram, injecterait du code JS dans les sites Web pour suivre les utilisateurs, selon une récente découverte faite par le chercheur Felix Krause

Facebook prévoit un déficit de 10 milliards de dollars de revenus à cause des fonctions de confidentialité sur iOS, qui rendent le pistage des mobinautes plus difficile depuis le lancement d'iOS 14.5

96 % des utilisateurs d'iPhone ont refusé le suivi des applications depuis le lancement d'iOS 14.5, ce qui montre que la grande majorité des gens veulent préserver leur vie privée
5  0 
Avatar de Pierre Louis Chevalier
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 16/07/2021 à 18:44
Le tarif des pubs est variable, plus la pub est ciblée plus elle rapporte.
Donc le passage de la pub ciblée à des pubs non ciblées pour une majorité des utilisateurs entrainerais je cite : "Des baisses de revenus de 15 à 20 %".
3  0 
Avatar de OrthodoxWindows
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 19/04/2022 à 19:51
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
Trouvez-vous les conclusions des chercheurs crédibles ?
Oui.
Êtes-vous surpris par le constat des chercheurs qui notent qu'ATT n'est pas aussi robuste qu'Apple veut bien le faire croire ?
Non. IOS et Android sont des systèmes pourvu d’infrastructure spécialement développé pour le principe d'espionnage de suivi des utilisateurs dans le cadre de la publicité ciblé.
Pourquoi Windows, GNU/Linux et MacOS n'ont pas besoin de système de gestion d'autorisation ????
Parce que c'est l'antivirus est le pare-feu qui ce charge de ça. Dans Windows, une application comme Facebook serais détecté par l'antivirus/bloqué par le pare-feu.
La preuve de cela, c'est que les application de réseau sociaux type Facebook et de jeu type CandyCrush n'existent sous Windows que dans la plate-forme UWP..... qui fournit un système de gestion des autorisations, contrairement à Win32.
3  0 
Avatar de Pierre Louis Chevalier
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 16/07/2021 à 17:37
Sans ton consentement désormais Apple bloque la publicité ciblée, celle qui te suit de site en site, par exemple tu as voulu acheter un tournevis sur un site et puis pendant 2 semaines tu ne va voir que des pubs pour les tournevis, et ce y compris sur plusieurs sites, ce qui est assez gavant il faut le dire, en France par exemple c'est Critéo qui fait ça.

Les développeurs sont impactés à cause de ceux qui proposent des freewares financés par la pub, du coup leurs revenus baissent aussi.

Si les gens décident que le modèle économique gratuit basé sur la pub ne leur plait plus, alors il faut qu'ils s'attendent à la fin de la gratuité sur internet et le passage au payant, donc ça veux dire par exemple :
- Site d'information gratuit -> sites payants (Médiapart etc)
- Logiciels frewares -> logiciels payants.
- réseaux sociaux gratuits (Facebook etc) -> réseaux sociaux payants (exemple onvasortir qui est devenu payant, twiter qui va sortir des options payantes), ...
2  0 
Avatar de archqt
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 16/07/2021 à 21:13
Citation Envoyé par Pierre Louis Chevalier Voir le message
Le tarif des pubs est variable, plus la pub est ciblée plus elle rapporte.
Donc le passage de la pub ciblée à des pubs non ciblées pour une majorité des utilisateurs entrainerais je cite : "Des baisses de revenus de 15 à 20 %".
Ah voilà la bonne explication, maintenant c'est clair
Merci
2  0 
Avatar de archqt
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 16/07/2021 à 14:02
J'ai pas compris exactement d'où vient le problème.
On peut bloquer un ID maintenant qui permettait de vous "tracer". Et maintenant comme on ne sait plus quels sont vos "goûts" la publicité ne peut plus vous cibler exactement.

Pourquoi y a t il dans ce cas une baisse des revenues ? il manque des informations pour savoir comment sont répartis les gains vis la publicité en ligne.

Si quelqu'un peut m'éclairer de sa lanterne. Merci
1  0 
Avatar de archqt
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 16/07/2021 à 17:57
Citation Envoyé par Pierre Louis Chevalier Voir le message
Sans ton consentement désormais Apple bloque la publicité ciblée, celle qui te suit de site en site, par exemple tu as voulu acheter un tournevis sur un site et puis pendant 2 semaines tu ne va voir que des pubs pour les tournevis, et ce y compris sur plusieurs sites, ce qui est assez gavant il faut le dire, en France par exemple c'est Critéo qui fait ça.

Les développeurs sont impactés à cause de ceux qui proposent des freewares financés par la pub, du coup leurs revenus baissent aussi.

Si les gens décident que le modèle économique gratuit basé sur la pub ne leur plait plus, alors il faut qu'ils s'attendent à la fin de la gratuité sur internet et le passage au payant, donc ça veux dire par exemple :
- Site d'information gratuit -> sites payants (Médiapart etc)
- Logiciels frewares -> logiciels payants.
- réseaux sociaux gratuits (Facebook etc) -> réseaux sociaux payants (exemple onvasortir qui est devenu payant, twiter qui va sortir des options payantes), ...
Si le site ou l'application veut afficher de la publicité Apple ne peut pas l'empêcher. Qu'ils puissent empêcher ce fameux ID d'être fourni pour éviter une publicité ciblée je veux bien le comprendre. Cela veut donc dire que sans ce ID, le fournisseur de publicité de fourni rien ou moins ?
1  0 
Avatar de IsabelleDvn
Nouveau Candidat au Club https://www.developpez.com
Le 31/03/2022 à 1:44
Quasiment 1 an après la mise à jour d'Apple, voici l'impact important qu'a subi Facebook sur ses publicités: https://digital.hec.ca/blog/mise-a-j...ites-facebook/

0  0