IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

App Store : l'Inde pourrait être le prochain pays à obliger Apple à modifier sa politique concernant les achats in-app

Le , par Stéphane le calme

75PARTAGES

14  0 
Apple fait face à une enquête antitrust en Inde pour avoir prétendument abusé de sa position dominante sur le marché des applications en forçant les développeurs à utiliser son système exclusif d'achat intégré, selon une source et des documents consultés par Reuters.

L'affaire indienne a été enclenchée par un groupe à but non lucratif peu connu qui soutient que les frais d'Apple pouvant atteindre 30% nuisent à la concurrence en augmentant les coûts pour les développeurs d'applications et les clients, tout en agissant également comme une barrière à l'entrée sur le marché. « L'existence de la commission de 30% signifie que certains développeurs d'applications n'atteindront jamais le marché… Cela pourrait également nuire aux consommateurs », était-il indiqué sur la plainte qui a été vue par Reuters.

Contrairement aux affaires judiciaires indiennes, les dossiers et les détails des affaires examinés par la Commission indienne de la concurrence (CIC) ne sont pas rendus publics. Dans les semaines à venir, la CIC examinera l'affaire et pourrait ordonner à son service d'enquête de mener une enquête plus large, ou la rejeter complètement si elle n'y trouve aucun fondement, a indiqué une source proche du dossier.

« Il y a de fortes chances qu'une enquête puisse être ordonnée, également parce que l'UE a lancé une enquête », a déclaré la personne, qui a refusé d'être identifiée car les détails de l'affaire ne sont pas publics.

Le plaignant, l'association à but non lucratif « Together We Fight Society », basée dans l'État indien du Rajasthan, dans l'ouest de l'Inde, a déclaré à Reuters dans un communiqué qu'il avait déposé une plainte dans l'intérêt de la protection des consommateurs et des startups indiens.

En Inde, bien qu'iOS d'Apple tournait à peine sur 2% des 520 millions de smartphones fin 2020 (le reste utilisant Android) d'après les mesures de Counterpoint Research, ce dernier affirme que la base de smartphones de la société américaine dans le pays a plus que doublé au cours des cinq dernières années.

Et en Inde en particulier, le régulateur mène actuellement une enquête similaire en ce qui concerne les paiements intégrés dans les applications Android, Google exige que les développeurs se servent de son système de paiement propriétaire dès lors qu'ils passent par Play Store. Google et Android dominent le marché indien des smartphones, avec le système d'exploitation actif sur 98% des 520 millions d'appareils utilisés dans le pays fin 2020.

Il sera intéressant de voir si davantage de pays vont suivre la tendance juridique actuelle. En attendant, faisons un tour d'horizon pour voir les changements qui s'opèrent dans le monde.


Cas de la Corée du Sud

La Corée du Sud a adopté un projet de loi écrit pour empêcher les principaux propriétaires de plateformes comme Google et Apple de limiter les développeurs d'applications aux systèmes de paiement intégrés. Le projet de loi devrait maintenant être promulgué par le président Moon Jae-in, dont le parti a défendu la législation.

Le projet de loi a été adopté à 180 voix contre zéro, faisant de la Corée du Sud la première grande puissance économique à adopter une telle législation.

Le projet de loi sud-coréen offrira la possibilité aux utilisateurs de choisir un système de paiement lors de l'achat d'applications.

« Cette loi va certainement créer un précédent pour d'autres pays, ainsi que pour les éditeurs d'applications et les créateurs de contenu du monde entier », a déclaré à l'AFP Kang Ki-hwan, de la Korea Mobile Internet Business Association.

Le projet de loi est un coup dur pour Google et Apple qui exigent tous deux que les achats intégrés ne transitent que par leurs systèmes, au lieu des processeurs de paiement externes, permettant aux grandes enseigne de la technologie de percevoir une réduction de 30%. Si les entreprises technologiques ne se conforment pas à la nouvelle loi, elles s'exposent à des amendes pouvant atteindre 3 % de leurs revenus sud-coréens.

La loi est un amendement apporté au Telecommunications Business Act de la Corée du Sud, et elle pourrait avoir un impact important sur la façon dont le Play Store de Google et l'App Store d'Apple font des affaires à l'échelle mondiale. L'Assemblée nationale de Corée du Sud a adopté le projet de loi mardi.

Aucune des deux sociétés n'en est satisfaite. Dans un communiqué, Google a défendu ses frais de service, qui, selon lui, « aident à garder Android gratuit » et donnent aux développeurs « les outils et la plateforme mondiale pour accéder à des milliards de consommateurs dans le monde ».

« Tout comme cela coûte de l'argent aux développeurs de créer une application, cela nous coûte de l'argent de créer et maintenir un système d'exploitation et une boutique d'applications », a déclaré un porte-parole de Google. « Nous réfléchirons à la manière de nous conformer à cette loi tout en maintenant un modèle qui prend en charge un système d'exploitation et une boutique d'applications de haute qualité, et nous partagerons davantage dans les semaines à venir ».

Cas du Japon

Apple a déclaré qu'elle laissera les développeurs des applications de type « lecteur » (pensez à Netflix, Spotify et l'application Kindle d'Amazon) relier directement leurs clients à leur propre site Web d'inscription, où ils pourraient potentiellement contourner entièrement le système de paiement intégré d'Apple (et sa commission de 30 %).

Dans un communiqué de presse, Apple affirme que cette décision mettra fin à une enquête de la Commission japonaise du commerce équitable (JFTC) et qu'elle ne s'appliquera qu'à ce type d'applications de « lecteur » pour le moment (une catégorie qui a été conçue à l'origine par Apple pour apaiser des entreprises comme Netflix et Hulu en leur permettant de laisser les utilisateurs se connecter simplement à leur compte existant au lieu de souscrire à un nouvel abonnement via l'App Store et d'avoir à payer les frais d'Apple). La particularité de cette mesure c'est qu'elle s'étendra sur le monde.

Voici le communiqué d'Apple à ce propos :

« Apple a annoncé aujourd'hui une mise à jour à venir sur l'App Store qui clôt une enquête de la Japan Fair Trade Commission (JFTC). La mise à jour permettra aux développeurs d'applications de "lecteur" d'inclure un lien dans l'application vers leur site Web pour que les utilisateurs puissent créer ou gérer un compte. Alors que l'accord a été conclu avec la JFTC, Apple appliquera ce changement à l'échelle mondiale à toutes les applications de lecture du magasin. Les applications de lecture fournissent du contenu précédemment acheté ou des abonnements à du contenu pour des magazines, des journaux, des livres, de l'audio, de la musique et des vidéos numériques.

« Pour garantir une expérience utilisateur sûre et transparente, les directives de l'App Store exigent que les développeurs vendent des services numériques et des abonnements à l'aide du système de paiement intégré à l'application d'Apple. Étant donné que les développeurs d'applications de lecture ne proposent pas de biens et services numériques intégrés à l'application à l'achat, Apple a convenu avec la JFTC de permettre aux développeurs de ces applications de partager un lien unique vers leur site Web pour aider les utilisateurs à configurer et à gérer leur compte.

« Avant que le changement n'entre en vigueur au début de 2022, Apple mettra à jour ses directives et son processus de révision pour s'assurer que les utilisateurs d'applications de lecture continuent d'avoir une expérience sûre sur l'App Store. Bien que les achats intégrés via le système de commerce App Store restent les méthodes de paiement les plus sûres et les plus fiables pour les utilisateurs, Apple aidera également les développeurs d'applications de lecture à protéger les utilisateurs lorsqu'ils les relient à un site Web externe pour effectuer des achats ».

« La confiance sur l'App Store est tout pour nous. L'objectif de l'App Store est toujours de créer une expérience sûre et sécurisée pour les utilisateurs, tout en les aidant à trouver et à utiliser d'excellentes applications sur les appareils qu'ils aiment », a déclaré Phil Schiller, Apple Fellow qui supervise l'App Store. « Nous avons un grand respect pour la Commission japonaise du commerce équitable et apprécions le travail que nous avons accompli ensemble, qui aidera les développeurs d'applications de lecture à faciliter la configuration et la gestion de leurs applications et services par les utilisateurs, tout en protégeant leur vie privée et en préservant leur confiance ».

La JFTC a confirmé l'accord dans un communiqué de presse, affirmant que la décision d'Apple « éliminerait la violation présumée de la loi antimonopole ». La commission, qui enquête sur Apple depuis 2016, a déclaré que la société s'était engagée à faire rapport sur l'état de la transparence de l'examen des applications une fois par an pendant les trois prochaines années. Selon la JFTC, Apple a proposé de modifier ses directives d'examen des applications en réponse à l'enquête.

Cas des États-Unis

Apple laissera enfin les développeurs informer les utilisateurs des options d'achat disponibles en dehors de l'App Store iOS. Le fabricant d'iPhone a accepté cette concession et d'autres, y compris 100 millions de dollars de paiements aux développeurs, dans le cadre d'une proposition de règlement d'un recours collectif déposé par deux développeurs d'applications en 2019.

Apple et les développeurs plaignants qui ont poursuivi la société ont déposé des requêtes exhortant un juge fédéral à approuver le règlement.

Le règlement verra Apple créer des directives modifiées qui permettront aux développeurs d'utiliser des communications, telles que le courrier électronique, pour partager des informations sur les méthodes de paiement en dehors de leur application iOS. Les développeurs n'auront pas à payer de commission à Apple sur les achats effectués en dehors de leur application ou de l'App Store.

Le règlement met fin à un recours collectif de deux ans qui a été intenté par environ 67 000 développeurs dont les applications résidaient sur le marché de l'App Store.

« Apple a accepté de réviser ses directives App Store pour permettre aux développeurs de toutes les catégories d'applications de communiquer avec des clients consentants en dehors de leur application, y compris par e-mail et d'autres services de communication, à propos de méthodes d'achat autres que l'achat via l'application... Cette injonction est extrêmement précieux. En informant les clients des options de paiement alternatives, les développeurs peuvent éviter de payer les commissions d'Apple et, en outre, exercer une pression concurrentielle sur Apple pour discipliner ses prix », ont déclaré les plaignants.

Le terme de règlement ne permettrait pas aux développeurs d'informer les utilisateurs sur les options d'achat non App Store au sein des applications elles-mêmes, nécessitant que cette communication ait lieu en dehors des applications. Les créateurs d'applications pourraient contacter les clients à l'aide d'adresses e-mail et de numéros de téléphone obtenus dans leurs applications et leur dire comment acheter des abonnements et d'autres contenus numériques sur les propres sites Web des développeurs ou ailleurs.

Apple n'autorise actuellement pas les développeurs à « utiliser les informations de contact (e-mails, numéros de téléphone, etc.) obtenues dans une application pour contacter leur base d'utilisateurs en dehors de l'application », ce qui « empêche effectivement les développeurs d'alerter leurs clients sur d'autres options de paiement », rappellent les plaignants. « Le règlement proposé lève cette restriction, et il le fait pour toutes les catégories d'applications ».

Le fabricant d'iPhone a également accepté de publier un rapport de transparence annuel qui fournit des statistiques sur le nombre d'applications rejetées et les raisons pour lesquelles elles ont été rejetées, le nombre de comptes clients et développeurs désactivés, des données objectives concernant les requêtes et les résultats de recherche, et le nombre d'applications supprimées de l'App Store.

Le duopole Apple-Google dans le viseur de plusieurs régulateurs dans le monde

La Russie exige que les appareils tournant sur Android ou iOS soient vendus avec des applications préinstallées créées par des développeurs russes, et l'Australie envisage de réglementer des services comme Apple Pay et Google Pay. Aux Etats-Unis, trois sénateurs ont proposé en août une loi visant à réguler les deux firmes dominantes et contraindre le duopole Google-Apple à s'ouvrir beaucoup plus à la concurrence. Les parlementaires européens discutent également d'une telle loi.

Source : Reuters

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Stéphane le calme
Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
Le 10/10/2021 à 0:06
Apple fait appel dans le procès contre Epic Games, malgré ce que l'éditeur a appelé une « victoire retentissante »,
retardant potentiellement les modifications de l'App Store sur des années

Apple a fait appel de la décision prise dans l'affaire l'opposant à Epic Games et demande une suspension de l'injonction qui permet aux développeurs d'ajouter des liens vers d'autres systèmes de paiement directement dans leurs applications, selon des représentants de l'entreprise et des documents déposés vendredi. Si l'appel d'Apple est accepté, ce qui sera décidé par un juge en novembre, un changement de règle permettant potentiellement aux développeurs de contourner la commission de l'App Store de 15 à 30 % pourrait ne prendre effet qu'une fois les appels dans l'affaire terminés, un processus qui pourrait prendre années.

En septembre, la juge Yvonne Gonzalez Rogers a émis une ordonnance restrictive dans l'affaire Epic contre Apple, imposant de nouvelles restrictions aux règles de l'App Store d'Apple et mettant fin à des mois d'âpres joutes juridiques.

Dans le cadre de la nouvelle injonction, Apple a une ordonnance restrictive permanente lui « interdisant de défendre aux développeurs d'inclure dans leurs applications et leurs boutons de métadonnées, des liens externes ou d'autres appels à l'action qui dirigent les clients vers des mécanismes d'achat, en plus des achats intégrés et de la communication avec les clients via des points de contact obtenus volontairement de clients via l'enregistrement de compte dans l'application ».

En bref, les applications iOS doivent être autorisées à diriger les utilisateurs vers des options de paiement au-delà de celles proposées par Apple. L'injonction devrait prendre effet le 9 décembre à moins d'une décision différente par une juridiction supérieure.

Avec un manque à gagner s'élevant potentiellement à plusieurs milliards de dollars et une certaine perte de contrôle sur l'App Store en jeu, Apple a fait appel pour contester cette conclusion. Apple a largement gagné cette affaire au point où la société est allée jusqu'à qualifier la décision de « victoire retentissante » ; la juge Gonzalez Rogers a statué en faveur d'Apple dans neuf des dix réclamations qu'Epic a déposées contre la société. Par exemple, le tribunal a affirmé qu'Epic Games avait violé son contrat avec Apple lorsqu'il a mis en œuvre le système de paiement alternatif dans l'application Fortnite. En conséquence, Epic doit payer à Apple 30% de tous les revenus collectés via le système depuis sa mise en œuvre, soit une somme de plus de 3,5 millions de dollars.


Cependant, Apple a perdu sur un point important : la juge a conclu qu'Apple avait violé les règles « anti-steering » de la Californie et a exigé qu'Apple laisse les développeurs se connecter à des systèmes de paiement externes. Suite à cette décision, Apple ne peut plus restreindre les propriétaires d’iPhone à utiliser son système de paiement (ce qui pourrait porter un coup dur au modèle économique de l’App Store).

Aussi, dans son appel de vendredi, Apple a mis en avant l’argument de la protection des utilisateurs. Apple a déclaré dans le dossier de vendredi que se conformer à l'ordonnance pourrait lui causer du tort et nuire aux consommateurs. Il a déclaré qu'il s'attend à gagner un appel contestant l'ordonnance et qu'il souhaite que le processus juridique, qui pourrait durer environ un an, se déroule en premier.

Pour l'éditeur de l'App Store, les moyens de paiement alternatifs, notamment disponibles sous la forme de boutons pointant vers des liens externes, présentent des risques certains. L'entreprise explique : « Si Apple peut examiner les liens fournis dans la version de l’application envoyée en certification, rien ne pourra empêcher un développeur de modifier la destination de ces liens ou le contenu des pages. Par ailleurs, Apple ne peut pas déterminer si l’utilisateur qui a cliqué sur un de ces liens a bel et bien reçu les contenus pour lesquels il a payés. »

« Apple reçoit déjà plusieurs centaines de milliers de demandes des utilisateurs chaque jour, et autoriser les moyens de paiement alternatifs va les augmenter », note l'entreprise. Il faut préciser que les moyens de paiement alternatifs représentent surtout un manque à gagner pour Apple puisqu'il ne sera pas possible de prélever une commission si son système de paiement n'est pas utilisé. Aussi, Apple demande du temps à la justice pour mieux évaluer les risques, tout en étudiant les volets juridiques, technologiques et économiques de ce qu’il décrit comme un bouleversement dans son écosystème.

« À un niveau élevé, je pense que, sans restrictions réfléchies en place pour protéger les consommateurs, les développeurs et la plateforme iOS, ce changement nuira aux utilisateurs, aux développeurs et à la plate-forme iOS en général », a déclaré Trystan Kosmynka, directeur principal d'App Review d'Apple.

Apple pourrait être en mesure de modifier sa politique sur l'App Store et d'engager des discussions avec le juge, éliminant ainsi le besoin d'une injonction, ont déclaré des représentants d'Apple.

Au cours de la dernière année, Apple a fait plusieurs petites concessions aux critiques de ses règles de distribution d'applications en réponse aux poursuites et à l'attention réglementaire dans le cadre d'une stratégie visant à limiter les changements plus importants de son App Store. Apple a fait valoir qu'il devrait être en mesure de décider quels logiciels sont autorisés à fonctionner sur les iPhones afin d'offrir ce que la société dit être une meilleure expérience utilisateur.

Dans un dossier décrivant son raisonnement, Apple cite certaines concessions qu'il a faites dans le cadre d'un règlement séparé avec de petits développeurs en août. Ce règlement est toujours en attente de l'approbation du juge Rogers.


Epic Games poursuit son appel

De son côté, Epic fait séparément appel de la conclusion de la juge qui a balayé ses accusations de comportement monopolistique et anticoncurrentiel notamment via le système de paiement d'Apple. De plus, Epic a aussi été condamné à payer des dommages et intérêts à Apple pour avoir imposé son système de paiement dans la version iOS de Fortnite.

Epic Games est toujours banni du magasin d’app et selon la décision de justice, Apple a tout à fait le droit de garder l’éditeur de jeu loin de sa plateforme. Epic s’est donc battu pour le droit des autres développeurs à proposer des systèmes de paiement alternatifs, mais ne pourra pas en profiter lui-même.

Le rêve de Tim Sweeney en lançant ce procès était de briser le contrôle d'Apple sur les logiciels sur iOS. Cela ne s'est pas produit, et tant que la décision est valable en appel, le contrôle d'Apple sur iOS semble plus solide que jamais. Selon les règles de l'injonction, la seule façon pour Sweeney de nuire à Apple est que les développeurs décident de proposer aux utilisateurs d'utiliser leur système de paiement et priver ainsi Apple de sa commission.

Apple avait déjà lâché du lest

Un peu plus tôt, Apple a accepté un règlement de recours collectif qui permettra aux développeurs d'applications de mettre en œuvre des systèmes de paiement en dehors de l'App Store et de communiquer directement avec les clients à leur sujet. Auparavant, une application serait supprimée de l'App Store si elle contournait les systèmes de paiement d'Apple et les commissions d'achat in-app. Le règlement lèvera cette restriction et sera applicable à toutes les applications.

Le fabricant d'iPhone a accepté cette concession et d'autres, y compris 100 millions de dollars de paiements aux développeurs, dans le cadre d'une proposition de règlement d'un recours collectif déposé par deux développeurs d'applications en 2019.

Le règlement verra Apple créer des directives modifiées qui permettront aux développeurs d'utiliser des communications, telles que le courrier électronique, pour partager des informations sur les méthodes de paiement en dehors de leur application iOS. Les développeurs n'auront pas à payer de commission à Apple sur les achats effectués en dehors de leur application ou de l'App Store.

Le règlement met fin à un recours collectif de deux ans qui a été intenté par environ 67 000 développeurs dont les applications résidaient sur le marché de l'App Store.

« Apple a accepté de réviser ses directives App Store pour permettre aux développeurs de toutes les catégories d'applications de communiquer avec des clients consentants en dehors de leur application, y compris par e-mail et d'autres services de communication, à propos de méthodes d'achat autres que l'achat via l'application... Cette injonction est extrêmement précieux. En informant les clients des options de paiement alternatives, les développeurs peuvent éviter de payer les commissions d'Apple et, en outre, exercer une pression concurrentielle sur Apple pour discipliner ses prix », ont déclaré les plaignants.

Le terme de règlement ne permettrait pas aux développeurs d'informer les utilisateurs sur les options d'achat non App Store au sein des applications elles-mêmes, nécessitant que cette communication ait lieu en dehors des applications. Les créateurs d'applications pourraient contacter les clients à l'aide d'adresses e-mail et de numéros de téléphone obtenus dans leurs applications et leur dire comment acheter des abonnements et d'autres contenus numériques sur les propres sites Web des développeurs ou ailleurs.

Apple n'autorise actuellement pas les développeurs à « utiliser les informations de contact (e-mails, numéros de téléphone, etc.) obtenues dans une application pour contacter leur base d'utilisateurs en dehors de l'application », ce qui « empêche effectivement les développeurs d'alerter leurs clients sur d'autres options de paiement », rappellent les plaignants. « Le règlement proposé lève cette restriction, et il le fait pour toutes les catégories d'applications ».

Il n'est pas clair si Apple apportera le changement dans un proche avenir ou attendra que le règlement soit approuvé et mis en œuvre. Il n'y avait aucune mention du Mac App Store dans les requêtes de règlement.

Source : Apple

Voir aussi :

Apple laissera enfin les développeurs informer les utilisateurs des options d'achat hors App Store, une « tentative désespérée d'éviter le jugement des tribunaux » selon Epic
12  0 
Avatar de 23JFK
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 12/09/2021 à 22:35
Citation Envoyé par archqt Voir le message
...
Gratuit... Quand vous devez payer $100 tous les ans pour maintenir la possibilité de soumettre des apps. Ils ont largement les moyens de maintenir leurs servers sans ponctionner à des taux usuriers.
10  0 
Avatar de Bruno
Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
Le 10/11/2021 à 7:55
Le juge ordonne à Apple d'autoriser les options de paiement externes pour l'App Store d'ici le 9 décembre, refusant le sursis
l'injonction du juge nuira-t-elle aux consommateurs ?

À la suite d'une audience virtuelle tenue dans la journée du 9 novembre, la juge Yvonne Gonzalez Rogers a rejeté la demande d'Apple de retarder la mise en œuvre d'une injonction permanente qui l'obligera à apporter des modifications importantes à l'App Store. La juge Yvonne Gonzalez Rogers de l'affaire Epic contre Apple déclare qu'Apple doit se conformer à une ordonnance permettant aux développeurs d'ajouter des liens et des boutons vers des options de paiement externes, et rejette la motion de suspension de l'entreprise. « La requête d'Apple est basée sur une lecture sélective des conclusions de cette Cour et ignore toutes les conclusions qui ont soutenu l'injonction », peut-on lire dans sa nouvelle ordonnance.

Epic Games, le développeur de Fortnite, un jeu en ligne qui oppose les joueurs dans une bataille royale animée jusqu'au dernier survivant, a mené ces derniers mois une campagne de relations publiques et juridique contre Apple. Epic a parodié la publicité emblématique d'Apple "1984" et a fait valoir devant les tribunaux que la société agit de manière anticoncurrentielle en n'autorisant que les applications approuvées sur le milliard d'iPhone dans le monde et en forçant les développeurs à utiliser le système de paiement in-app, qui prélève des commissions de vente pouvant atteindre 30 %.


Epic Games, qui a également développé le moteur de jeu Unreal Engine, a lancé en 2018 sa propre plateforme de distribution de jeux. Son argument de vente pour attirer les développeurs : prélever 12 % seulement des revenus de ventes sur la plateforme, ce qui laisse effectivement 88 % aux gens qui bossent dur pour développer les jeux. Epic révèle que l’Epic Games Store (EGS) pourrait être responsable de 35 à 50 % du marché des jeux sur PC d'ici 2024.

Les chiffres publiés par la société en 2020 suggèrent que l'EGS pourrait croître beaucoup plus rapidement que prévu. Les chiffres publiés par la société révèlent que l'EGS pourrait être responsable de 35 à 50 % du marché des jeux sur PC d'ici 2024. Ce qui serait un énorme succès, si l'on considère que Steam détient actuellement environ 75 % de ce marché. « Étant donné que nous sommes nous-mêmes développeurs, nous avons toujours voulu une plateforme avec une bonne économie qui nous met directement en relation avec nos joueurs », a expliqué Tim Sweeney, le PDG d'Epic Games. « Grâce au succès de Fortnite, nous avons cela désormais et nous sommes prêts à le partager avec les autres développeurs ».

Apple avait cherché à mettre en pause une ordonnance qui l'obligerait à autoriser les boutons, liens et messages in-app sur les moyens de payer pour les applications sans utiliser son propre système de paiement in-app, qui facture des commissions aux développeurs. Au cours des derniers mois, Apple a fait l'objet d'un examen de plus en plus minutieux de la part des développeurs et des autorités de réglementation concernant les pratiques de son App Store. Epic Games, créateur de Fortnite, s'est montré particulièrement critique à l'égard de l'App Store, qu'il a qualifié à plusieurs reprises de monopole.

« Ce sera la première fois qu'Apple autorise les liens en direct dans une application pour du contenu numérique. Cela va prendre des mois pour résoudre les problèmes techniques, économiques, commerciaux et autres, a déclaré Mark Perry, avocat d'Apple. C'est extrêmement compliqué. Il doit y avoir des garde-fous et des directives pour protéger les enfants, les développeurs, les consommateurs et Apple. Et elles doivent être écrites dans des directives qui peuvent être expliquées, mises en œuvre et appliquées. »

En Mai de cette année, Tim Cook, PDG d’Apple a témoigné pendant plus de deux heures à Oakland, en Californie, en tant que témoin final de la défense d'Apple contre les accusations d'Epic selon lesquelles les contrôles et les commissions de l'App Store du fabricant de l'iPhone ont créé un monopole dont Apple abuse illégalement. En particulier, la juge semble préoccupée par la rigidité de la commission de 30 % et par les règles d'Apple interdisant aux développeurs de communiquer des moyens d'acheter des biens numériques hors plateforme. Elle a déclaré que les bénéfices qu'Apple tire des développeurs de jeux « semblent être disproportionnés ».

Sur une hypothétique situation dans laquelle la monnaie V-Bucks du jeu Fortnite était disponible à un prix plus bas sur le Web que dans l'application iOS elle-même, « Quel est le problème de permettre aux utilisateurs d'avoir le choix, en particulier dans un contexte de jeu, de trouver une option moins chère pour le contenu ? » A demandé la juge Yvonne Gonzalez Rogers à Cook.

Il a répondu que « si vous autorisez les gens à établir un lien de ce type, vous renoncez essentiellement au rendement total de notre propriété intellectuelle ». Plus tôt dans son témoignage, Cook a déclaré, par analogie, que le fait de permettre aux applications de diriger les consommateurs vers des options d'achat sans commission en dehors de l'App Store « reviendrait à ce qu'Apple aille chez Best Buy, mette un panneau indiquant que vous pouvez aller de l'autre côté de la rue dans l'Apple Store pour acheter un iPhone. Si l'on s'efforce d'effectuer une transaction avec le client [dans l'application], il semble que cela doive se faire dans l'application ».


Selon Cook, les commissions sont un moyen de « fournir un retour sur investissement » et les règles visent à protéger les clients des logiciels malveillants. Les utilisateurs ont « un choix entre de nombreux modèles Android différents et un iPhone » s'ils recherchent un choix. « S'ils voulaient aller chercher un Battle Pass ou des V-Bucks moins chers, et qu'ils ne savent pas qu'ils ont cette option, quel est le problème si Apple leur donne cette option ? ». Les directives de l'App Store d'Apple interdisent aux développeurs d'informer les utilisateurs des options de paiement alternatives, bien que Cook ait clarifié que les développeurs peuvent demander l'adresse e-mail d'un utilisateur et lui vendre ces options par e-mail.

Apple a surtout fait l'éloge de la décision dans l'affaire Epic contre Apple - où le juge Gonzalez Rogers a conclu qu'Apple n'avait pas violé la loi antitrust en virant Fortnite de l'App Store et a déclaré que la société n'avait pas à redéfinir le compte développeur d'Epic. Mais l'entreprise a fait appel de cette décision, affirmant que les politiques anti-basculement d'Apple cachaient des informations pertinentes aux utilisateurs et demandant qu'elle les retire.

Perry a noté qu'Apple a déjà effectué l'un des deux changements requis. En août, dans le cadre du règlement d'un recours collectif, elle a supprimé une règle restreignant la manière dont les développeurs pouvaient contacter les utilisateurs par courrier électronique. Mais Apple a dépeint les liens in-app comme une menace unique pour la confiance et la sécurité des utilisateurs, affirmant qu'ils pourraient permettre aux développeurs d'escroquer les utilisateurs ou de les envoyer vers des sites malveillants. « Nous pensons que ces changements, si Apple est contraint de les mettre en œuvre, vont bouleverser la plateforme. Ils nuiront aux consommateurs. Ils nuiront aux développeurs. C'est un fait. C'est ce qui va se passer », a déclaré Perry.

La juge Gonzalez Rogers s'est montrée sceptique à l'égard de la demande d'Apple, notamment parce qu'elle a demandé une suspension indéfinie de l'injonction, alors qu'elle avait déclaré qu'Apple souhaitait simplement disposer de plus de temps pour évaluer les risques. « Vous n'avez pas demandé de temps supplémentaire. Vous avez demandé une injonction qui prendrait effectivement des années, a-t-elle déclaré. Vous avez demandé une suspension générale qui pourrait prendre 3, 4, 5 ans ». Perry a répondu qu'Apple voulait retarder les changements jusqu'à ce que l'affaire soit résolue. « Je suis confiant, nous allons gagner l'appel. »

La juge Gonzalez Rogers a déclaré qu'Apple voulait « un sursis à durée indéterminée sans obligation de faire un effort pour se conformer », et qu'il existe « de multiples possibilités » pour Apple de se conformer à l'injonction tout en protégeant les utilisateurs. Elle a également indiqué qu’ « Apple n'a fourni aucune raison crédible à la Cour de croire que l'injonction causerait les ravages annoncés », en ce qui concerne l'argument de la société selon lequel elle serait lésée par l'ajout de liens externes vers d'autres systèmes de paiement dans les applications.

« La Cour peut envisager de nombreuses possibilités pour Apple de se conformer à l'injonction tout en prenant des mesures pour protéger les utilisateurs, dans la mesure où Apple croit sincèrement que les liens externes créeraient des problèmes. La Cour n'est pas convaincue, mais elle n'est pas non plus là pour faire de la microgestion. Les consommateurs ont l'habitude de créer des liens entre une application et un navigateur web. Outre le fait qu'elle a peut-être besoin de temps pour établir des lignes directrices, Apple n'a fourni aucune raison crédible pour que la Cour croie que l'injonction causerait les ravages annoncés. Les liens peuvent être testés par App Review. Les utilisateurs peuvent ouvrir les navigateurs et retaper les liens pour obtenir le même effet ; c'est simplement un inconvénient, qui ne joue qu'en faveur d'Apple », a déclaré la juge.

Étant donné qu’Apple n’a pas obtenu de sursis auprès du juge Gonzalez Rogers, elle a l'intention de faire appel auprès du Ninth Circuit pour en obtenir un. Notons que le Ninth Circuit est une Cour d'appel fédérale américaine, devant laquelle sont interjetés les appels en provenance de 15 Cours de district. « Apple estime qu'aucun changement commercial supplémentaire ne devrait être exigé pour prendre effet tant que tous les appels dans cette affaire ne sont pas résolus. Nous avons l'intention de demander un sursis au Ninth Circuit en raison de ces circonstances », écrit un porte-parole d'Apple.

Et vous ?

Êtes-vous pour ou contre l'injonction de la juge Gonzalez Rogers ?

Apple veut « un sursis à durée indéterminée sans obligation de faire un effort pour se conformer », selon la juge Gonzalez Rogers. Quel commentaire en faites-vous ?

Si Apple est contraint de mettre en œuvre ces changements, ils bouleverseront la plateforme, nuiront aux consommateurs et causeraient des ravages. Partagez-vous cet avis ?

Voir aussi

Apple supprime le compte développeur Epic Games : les utilisateurs sur iOS et macOS ne peuvent ni télécharger de jeux Epic Games ni recevoir des mises à jour

Les bénéfices de l'App Store d'Apple semblent "disproportionnés", a déclaré un juge américain au PDG Cook, Apple ne ressent aucune « pression ou concurrence » pour réduire le prix

Apple annonce le programme Small Business pour les développeurs, qui réduit la commission de l'App Store à 15 %, pour les petites entreprises gagnant jusqu'à 1 million de dollars par an

Epic Games Store pourrait représenter 35 à 50 % du marché des jeux sur PC d'ici 2024, selon la société Epic Games

Voici combien Apple et Google facturent aux développeurs sur leurs magasins d'applications, 30 % de commission sur les applications et les achats intégrés
7  0 
Avatar de Stéphane le calme
Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
Le 14/10/2021 à 10:33
Encouragé par la victoire d'Apple, Google poursuit Epic pour avoir ajouté son système de paiement pour les achats intégrés
dans son application Fortnite

Epic Games continue d'accumuler des combats judiciaires avec les propriétaires de magasins d'applications. Cette fois, Google poursuit Epic pour rupture de contrat. Epic a signé des contrats avec Google et Apple, s'engageant à utiliser leurs systèmes de paiement par défaut pour les achats intégrés. Dans le cadre de sa campagne pour des systèmes de paiement plus ouverts, cependant (et pour esquiver les frais de 30% de chaque plateforme), Epic a hardiment diffusé des mises à jour de son jeu Fortnite sur Android et iOS qui ont basculé le traitement des paiements des achats intégrés des plateformes vers le système maison de paiement d'Epic, mettant en avant des économies faites par les mobinautes. Google et Apple allèguent tous deux que cette action était une violation de leurs contrats de magasin d'applications avec Epic.

En 2018, Epic a fait un pari audacieux : apporter son jeu Fortnite sur Android en décidant de se passer de Google et des 30 % de commissions touchées pour les applications publiées sur Play Store.

« Le 9 août, nous avons lancé la bêta Android de Fortnite sur certains appareils de nos partenaires chez Samsung. Quelques jours plus tard, nous avons lancé des invitations à un sous-ensemble de propriétaires d'appareils Android auprès de divers fabricants de combinés. Nous avons beaucoup appris de la version bêta en ce qui concerne les performances, la sécurité, la compatibilité des appareils et la fourniture de Fortnite sur Android via Fortnite Installer », raconte l’équipe dans un long billet technique.

Quel était le bilan un mois plus tard ? « Au cours des 21 premiers jours qui ont suivi le lancement de Fortnite sur Android, l’intérêt a été très vif, avec plus de 23 millions de joueurs entrant dans notre version bêta Android et plus de 15 millions de joueurs ayant installé notre APK. Alors que nous sommes dans une phase d'invitation seulement pour Android, notre conversion des joueurs invités à jouer est similaire à celle de la bêta iOS », explique Epic.

« Livrer le même jeu sur toutes les plateformes, tout en prenant en charge le jeu croisé, représentait un défi unique. Généralement, lorsque vous essayez de faire évoluer un jeu pour des appareils mobiles, vous simplifiez le contenu et même la conception, afin de vous adapter aux contraintes de performance de la plateforme. Par exemple, vous pouvez éliminer des objets plus proches de la caméra pour réduire les appels de dessin. Dans Fortnite, les joueurs Android peuvent être dans le même match avec leurs amis sur PC et sur console, donc nous devons faire un rendu de tout ce qui affecte le gameplay ».


Un travail effectué avec plusieurs partenaires

Depuis janvier 2018, Epic a travaillé avec une équipe importante sur la version Android de FNBR. Bien que la plupart de leurs efforts ont été consacrés au rendu, à la stabilité et à la mémoire, le nombre et la variété du matériel Android, des versions du système d'exploitation et des versions des pilotes constituaient le principal obstacle à surmonter.

Aussi, il était crucial pour Epic de travailler avec des partenaires afin d’apporter Fortnite à Android. D’ailleurs, Epic reconnaît que sans leurs connaissances, leur expertise et leur travail acharné, cela n’aurait pas été possible.

« Nous avons travaillé en étroite collaboration avec Samsung pour définir et optimiser Fortnite pour leurs appareils. Samsung a envoyé des ingénieurs dans plusieurs bureaux Epic du monde entier et a travaillé directement avec nos ingénieurs sur les optimisations et l'analyse des performances, et a apporté de nombreuses modifications de code, en particulier pour le moteur de rendu Vulkan. À l'aide de téléphones de test instrumentés et de leurs outils d'ingénierie internes, ils ont pu nous donner un aperçu de nos goulots d'étranglement en termes de performances et de mémoire et de la manière de les résoudre. Nous avons également travaillé avec Samsung pour créer le processus d'installation le plus transparent et le plus sûr possible pour les utilisateurs de téléphones Samsung.

« Les ingénieurs de Google nous ont également rendu visite sur site pour identifier et optimiser Fortnite, en nous aidant à identifier les optimisations clés, une fuite de mémoire et à élaborer une implémentation de stimulation de trame solide pour OpenGL sur Android. Les ingénieurs Android de Google sont très talentueux et passionnés par le fait de rendre l'écosystème Android génial pour les jeux et de l'améliorer constamment ».

Epic a également travaillé avec d’autres partenaires pour tester et optimiser Fortnite, notamment ARM, Qualcomm, Imagination Technologies, Razer, HiSilicon et bien d’autres.

L'ultime tentative de négociation

En 2019, Epic Games a approché la filiale d’Alphabet pour lui proposer d’accueillir à nouveau son jeu Fortnite sur le Play Store, mais sous certaines conditions : le studio voulait conserver l’intégralité des revenus tirés des achats intégrés dans son jeu.

En guise de réponse, Google s’est fendu d’un commentaire expliquant : « Google Play a un modèle d’affaires et une politique de paiement qui nous permettent de développer notre plateforme et nos outils pour aider les développeurs à générer de l’argent tout en gardant nos utilisateurs en sécurité. Nous accueillons tous les développeurs qui reconnaissent la valeur de Google Play et nous attendons d’eux qu’ils participent sous les mêmes termes que les autres ». En clair, la firme de Mountain View ne voyait pas pourquoi Fortnite, malgré son large succès, devait bénéficier d'un traitement de faveur sur le Play Store.

Suite aux propos de Google, Epic Games a réagi afin d’exposer les réelles motivations de sa récente démarche (dénoncer le caractère illégal et abusif du système de rémunération de Google sur le Play Store) :

« Nous n’avons pas demandé d’exception pour nous ; nous espérons plutôt voir un changement général dans les pratiques de l’industrie des smartphones à ce sujet. Nous avons demandé à Google de ne pas appliquer sa mesure pour que les produits distribués par Google Play utilisent le service de Google pour les achats intégrés. Nous pensons que le fait de lier un service de paiement obligatoire à une commission de 30 % est illégal dans le cas d’une plateforme de distribution avec plus de 50 % de parts de marché ».

Epic Games a également attiré l’attention sur le fait que « l’accord de distribution des développeurs de Google Play ne requiert pas que les développeurs utilisent le système de paiement de Google. Il référence simplement un certain nombre de documents non contractuels demandant aux développeurs de le faire ». L’éditeur de Fortnite a poursuivi en rappelant qu’il « propose une boutique majeure de jeux sur PC avec un service de paiement » et qu’il ne force pas les développeurs à utiliser sa boutique pour accéder à son écosystème de paiement.

Epic décide de courber l’échine après un bras de fer qui aura duré plus d’un an

En avril 2020, Epic a abandonné sa lutte contre la plateforme et a finalement rendu Fortnite disponible sur le Google Play Store.

La raison de ce revirement est expliquée par la société dans un communiqué :

« Google désavantage les logiciels téléchargeables en dehors de Google Play, grâce à des mesures techniques et commerciales telles que des fenêtres contextuelles de sécurité effrayantes et répétitives pour les logiciels téléchargés et mis à jour, des accords et des transactions restrictives avec les fabricants et les opérateurs, les relations publiques de Google caractérisant les sources de logiciels tiers comme les logiciels malveillants et les nouveaux efforts tels que Google Play Protect pour bloquer purement et simplement les logiciels obtenus en dehors du Google Play Store ».

Une partie de cette déclaration pourrait faire référence à un problème de sécurité entre Google et Epic juste après le lancement du jeu sur Android. Là, Epic a corrigé une vulnérabilité potentielle du programme d'installation d'Android Fortnite après en avoir été alerté en privé par Google. En pratique, cette vulnérabilité permettait à un hacker de contourner le processus de téléchargement pour installer des applications malicieuses au lieu de télécharger le jeu à partir du serveur d’Epic, ce qui laissait l’utilisateur vulnérable à ce qui est communément appelé l'attaque de l'homme du milieu (HDM) ou man-in-the-middle attack (MITM).

Mais lorsque Google a révélé la (première) vulnérabilité une semaine après la publication du correctif, Epic a déclaré « qu'il était irresponsable de Google de divulguer publiquement les détails techniques de la faille si rapidement, alors que de nombreuses installations n'avaient pas encore été mises à jour et étaient toujours vulnérables ». Epic a également mis cette divulgation sur le compte des « efforts de contre-relations publiques de Google contre la distribution d'Epic de Fortnite en dehors de Google Play ».

Par la suite, dans une mise à jour, Epic a proposé aux mobinautes sur Android et iOS de bénéficier d'une ristourne s'ils choisissaient de procéder à des paiements par son système de paiement plutôt que par celui d'App Store et de Play Store. Ce qui lui a valu d'être éjecté de ces plateformes et a marqué le début d'une succession de batailles judiciaires.


Google poursuit Epic après le succès d'Apple

Apple a poursuivi Epic et a obtenu gain de cause dans la décision de la Cour le mois dernier. Epic a été condamné à payer 3,65 millions de dollars de dommages et intérêts, couvrant la perte de revenus d'Apple résultant des trois mois de paiements auto-alimentés d'Epic. À la suite de cette décision, Google veut également son argent manquant et lance une contre-attaque dans l'espoir d'une décision similaire.

La plainte de Google indique ceci : « Epic a délibérément enfreint le DDA [Accord de distribution des développeurs] en soumettant une version de Fortnite pour publication sur Google Play avec un mode de paiement autre que la facturation Google Play pour les achats de contenu intégré à l'application. Ce faisant, Epic a refusé à Google ses frais de service en vertu de la DDA pour tout achat effectué via l'application en dehors de la facturation Google Play ».

Google poursuit*en disant que : «*Les utilisateurs qui ont téléchargé la version non conforme de Fortnite avant sa suppression de Google Play peuvent toujours utiliser le mécanisme de paiement externe corrigé d'Epic pour effectuer des achats intégrés, ce qui permet à Epic d'échapper à ses frais de service contractuellement convenus avec Google pour ces achats ».

Google fait valoir « qu'Epic s'est alternativement enrichi injustement aux dépens de Google » et demande la restitution de ses revenus manquants et de ses dommages et intérêts.

La plainte de Google prend également du temps pour tracer une ligne claire entre Android et iOS, affirmant que, « contrairement à des concurrents comme Apple, Google n'exige pas des utilisateurs ou des développeurs Android qu'ils utilisent Google Play pour télécharger, installer ou distribuer des applications sur Android » et que « la plupart des téléphones Android » sont préchargés avec plusieurs magasins d'applications. Google affirme que « les consommateurs et les développeurs n'ont pas besoin d'utiliser Google Play*; ils choisissent de l'utiliser lorsqu'ils ont le choix entre les magasins d'applications Android et les canaux de distribution ».

L'implication : si Epic n'aime pas les règles du Play Store, il est libre d'aller ailleurs.

Source : Google

Et vous ?

Que pensez-vous des arguments de Google ?

Voir aussi :

« Epic Games va cesser de faire des exclusivités si Steam offre aux développeurs plus d'argent » a annoncé Tim Sweeney, PDG d'Epic Game
Epic qualifie Google « d'irresponsable » pour avoir divulgué des détails sur la faille affectant Fortnite sur Android après une semaine
Epic Games affirme que Google s'est entendu avec les constructeurs de téléphones pour éviter de perdre 1,1 milliard de dollars de bénéfice si d'autres développeurs venaient à suivre l'exemple d'Epic
5  0 
Avatar de 23JFK
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 13/09/2021 à 20:36
Citation Envoyé par calvaire Voir le message
...
Facturation plus juste... Tant que le seul moyen d'installer une application iOs est de passer par l'AppStore, je ne suis pas certain qu'il y ait quoique ce soit de juste. Apple revendique 20 millions de comptes développeurs actifs (ayant donc payé leur $100), cela fait 2 milliards de cash directement disponible pour Apple et je n'ai pas l'impression que la gestion d'un server, même multiplié par 10000 se chiffre en miiliards par an.
4  0 
Avatar de Aiekick
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 14/09/2021 à 2:37
tres bonne nouvelle
5  1 
Avatar de SQLpro
Rédacteur https://www.developpez.com
Le 10/11/2021 à 11:39
Ma boite vient d'interdire l'utilisation des appareils Apple de toute nature : téléphone, tablette, PC...
4  0 
Avatar de altifab
Membre du Club https://www.developpez.com
Le 12/09/2021 à 19:30
En résumé, le racket est terminé.
3  0 
Avatar de calvaire
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 13/09/2021 à 11:53
Citation Envoyé par archqt Voir le message
Mieux que cela "le racket est terminé", si on regarde l'image 9.99 pour Apple 7.99 pour payement direct Epic.

Du coup tout le monde ira payer ailleurs, donc plus aucuns revenus pour Apple. Sauf que dans ce cas, qui paye les serveurs ? Bon je suppose que le payement "ailleurs" se fait via stripe/paypal qui prennent environ 2% de la somme. Faudra s'aligner ?
Car pour le moment le dépôt d'une application est gratuit. Certes 30% c'est trop, mais rien ce n'est pas assez non plus.
plutôt que de ponctionner 30% + 100€ de compte développeur/ans, ils peuvent faire une facturation plus juste.
Payer en fonction de la taille de l'app et du nombre de téléchargements me semble plus juste par exemple. Tu paye que ce que tu consommes.
3  0 
Avatar de Bousk
Rédacteur/Modérateur https://www.developpez.com
Le 13/09/2021 à 20:49
Citation Envoyé par archqt Voir le message
...
En plus des 100$ déjà dits plus haut (et du matériel hors de prix Apple obligatoire pour travailler), il restera un nombre certainement non négligeable voire majoritaire d'apps qui utiliseront le service de payement d'Apple parce que c'est intégré dans l'API, c'est une solution clé en main facile à intégrer et c'est peut-être même plus simple à gérer d'un point de vue taxes aussi (pas besoin de comptes externes supplémentaires).
Epic n'est pas l'utilisateur nominal.
Donc ne t'inquiète pas, pas besoin de lancer un Tipee ou Patreon pour Apple, ils vont survivre.
3  0