IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Craig Federighi prévient que le DMA, la réglementation européenne de l'App Store, ouvrirait la « boîte de Pandore ».
Le responsable iOS d'Apple évoque les dangers du téléchargement latéral

Le , par Stéphane le calme

26PARTAGES

8  0 
Un projet de règlement européen qui pourrait obliger Apple à autoriser les utilisateurs d'iPhone à installer des logiciels à partir du Web ouvrirait la « boîte de Pandore » et pourrait constituer une menace pour des réseaux entiers d'ordinateurs, a déclaré le vice-président senior d'Apple Software Craig Federighi dans un discours mercredi. Les remarques du responsable iOS de l'entreprise lors du Web Summit à Lisbonne, au Portugal, représentent une escalade dans la rhétorique d'Apple sur ce qui pourrait mal tourner si Apple était obligé de modifier ses politiques sur l'App Store. Les régulateurs et les législateurs du monde entier scrutent le contrôle de l'entreprise concernant les logiciels sur iPhone.

Apple est particulièrement préoccupé par le Digital Markets Act, qui, selon le PDG Tim Cook, obligerait Apple à autoriser le « chargement latéral » ou la possibilité d'installer des applications iPhone à partir du Web plutôt que via l'App Store d'Apple.

« Les décideurs européens ont souvent été en avance sur leur temps », a déclaré Federighi. « Mais exiger le chargement latéral sur iPhone serait un pas en arrière. Au lieu de créer un choix, cela pourrait ouvrir une boîte de Pandore de logiciels malveillants et de logiciels non examinés. »

La Commission européenne, l'organe exécutif de l'UE, a présenté le Digital Markets Act en décembre dernier. Le projet de loi est conçu pour empêcher des entreprises comme Apple, Google et Meta, l'entreprise précédemment connue sous le nom de Facebook, d'abuser de leur pouvoir. Il contient une série de règles qui les obligeraient à ouvrir leurs plateformes aux concurrents. Le non-respect de ces règles peut entraîner des amendes pouvant atteindre 10 % du chiffre d'affaires annuel mondial des entreprises.


Le Digital Service Act

Les propositions du Digital Services Act visent la mise en responsabilité des plateformes numériques au regard des risques significatifs qu’elles induisent pour leurs utilisateurs dans la diffusion de contenus et produits illicites, dangereux ou contrefaits.

Ces règlements devraient être adoptés dès le début 2022.

Selon le brouillon, les « contrôleurs d’accès » (gatekeepers), tels que les entreprises ayant un pouvoir de goulot d'étranglement ou un statut de marché stratégique, ne seront pas autorisés à utiliser les données collectées sur leurs plateformes pour cibler les utilisateurs, à moins que ces données ne soient partagées avec des concurrents. « Les contrôleurs d'accès ne doivent pas préinstaller exclusivement leurs propres applications ni exiger des développeurs de systèmes d'exploitation tiers ou des fabricants de matériel de préinstaller exclusivement la propre application des contrôleurs d'accès », peut-on lire sur le document.

D'autres idées évoquées sont l'interdiction pour les plateformes dominantes de favoriser leurs propres services ou d’obliger les utilisateurs à souscrire à un ensemble de services, selon le brouillon du Digital Service Act que les législateurs européens ont introduit le 15 décembre.

Le brouillon du DSA suggère qu'il pourrait y avoir des restrictions majeures sur les infrastructures numériques clefs telles que l'App Store iOS d'Apple et le Google Play Store Android, ainsi que des limites potentielles sur la façon dont la grande enseigne du commerce électronique Amazon pourrait utiliser les données des marchands vendant sur sa plateforme (notons que la Commission mène déjà une enquête sur le sujet).

L’un des éléments du projet auquel les grandes entreprises technologiques américaines vont s’opposer (notamment Apple et Google) est les dispositions limitant les applications préinstallées sur le matériel, car les appareils iPhone et Android sont livrés avec toute une suite de programmes intégrés que vous ne pourrez peut-être jamais supprimer. Apple est également très susceptible de s'opposer à une disposition qui interdirait effectivement aux entreprises de contrôle d'accès de bloquer le chargement latéral ou les magasins d'applications alternatifs ou les méthodes de paiement - tout le cœur du différend entre Epic et Apple.


La position d'Apple

Dans un rapport déposé auprès de la SEC des États-Unis le mois dernier, Apple a spécifiquement nommé la Digital Markets Act et a déclaré que, si elle était adoptée, elle pourrait nécessiter des modifications de l'App Store d'Apple qui pourraient nuire aux résultats financiers de l'entreprise.

Mercredi, Federighi n'a pas abordé l'impact financier potentiel sur Apple : le chargement latéral entraverait davantage la capacité de l'entreprise à s'assurer que l'entreprise perçoit une part des revenus de chaque application. Une capacité déjà réduite après qu'un juge américain a décidé qu'Apple doit autoriser la publication de liens vers des systèmes tiers de paiement dans les applications téléchargées depuis l'App Store. Apple a fait appel de cette décision.

Federighi a évoqué le fait que l'iPhone occupe une position minoritaire sur le marché en soulignant que seul un Européen sur cinq possède un iPhone par opposition à d'autres types de smartphones (à savoir Android). « Notre objectif n'a jamais été de vendre le plus », a-t-il déclaré. « Au lieu de cela, notre mission est de fournir aux gens le choix de ce que nous considérons comme le meilleur ».

Il a fait valoir que le chargement latéral ferait en sorte que les utilisateurs seraient amenés à télécharger des logiciels malveillants.

« Même si vous n'avez pas l'intention de faire du sideload, les gens sont systématiquement contraints ou dupés à le faire », a déclaré Federighi, citant un malware sur Android de Google, qui permet le sideload.


Federighi a fait valoir que bien que des personnes techniquement qualifiées puissent être en mesure d'identifier les logiciels malveillants sur Internet, leurs parents ou leurs enfants pourraient toujours être dupés, ce qui rendrait les données de l'iPhone de tout le monde moins sécurisées.

« Le fait est qu'un appareil compromis, y compris un téléphone mobile, peut constituer une menace pour tout un réseau », a déclaré Federighi. « Les logiciels malveillants dans les applications téléchargées peuvent mettre en péril les systèmes gouvernementaux, affecter les réseaux d'entreprise, les services publics, la liste est longue. »

« Cette disposition du Digital Market Act forcerait chaque utilisateur d'iPhone dans un paysage d'escrocs professionnels essayant constamment de les tromper », a déclaré Federighi. Il a déclaré que les utilisateurs peuvent choisir entre les iPhones et les téléphones Android qui permettent le chargement latéral.

Apple s'est opposé à toute modification de son App Store introduisant de nouvelles méthodes permettant aux utilisateurs d'installer des applications iPhone. Il fait appel d'une décision dans une bataille juridique américaine avec Epic Games qui a déclaré qu'Apple doit permettre aux développeurs d'applications d'utiliser leur propre logiciel de facturation et de s'y connecter directement depuis les applications iOS.

Apple affirme que son App Store et son processus d'approbation offrent sécurité et plus de confidentialité à ses utilisateurs. Mais l'App Store génère également d'importants bénéfices pour Apple grâce aux frais de téléchargement d'applications et aux achats intégrés, qui peuvent aller jusqu'à 30 %.

Les développeurs et les régulateurs font valoir que le contrôle d'Apple sur son App Store, y compris l'interdiction du téléchargement latéral, réduit le choix des utilisateurs et oblige les fabricants de logiciels à payer Apple pour des services tels que le traitement des paiements qu'ils peuvent faire eux-mêmes à moindre coût.

Alors que la plupart des statistiques qu'il a citées sur les incidents de logiciels malveillants sur iOS par rapport à d'autres plateformes étaient plutôt précises, il a évité de parler de la situation de macOS. Le macOS d'Apple, pour ordinateurs portables et ordinateurs de bureau, a statistiquement moins d'incidents dus à des logiciels malveillants que son plus grand concurrent, même s'il permet le chargement latéral d'applications.

Apple adopte une approche différente de la sécurité sur Mac, exigeant que les applications s'authentifient de manière spécifique pour se lancer. À défaut, les utilisateurs doivent suivre un processus explicite en plusieurs étapes pour forcer le système d'exploitation à laisser ces applications s'exécuter de toute façon. Il s'avère encore relativement efficace.

Le discours de Federighi mercredi a fait écho à certains points soulevés par le PDG d'Apple, Tim Cook, plus tôt cette année, mais les a dépassés, en particulier en discutant des scénarios dans lesquels les utilisateurs d'iPhone peuvent être piratés par le biais d'un chargement latéral.

« Je regarde la réglementation technologique qui est en cours de discussion, je pense qu'il y a de bonnes parties. Et je pense qu'il y a des parties qui ne sont pas dans le meilleur intérêt de l'utilisateur », a déclaré Cook à propos du Digital Market Act plus tôt cette année lors d'une apparition virtuelle durant une conférence.

« Si vous prenez un exemple où je ne pense pas que ce soit dans le meilleur intérêt, c'est la partie du texte sur le DMA actuel en cours de discussion qui forcerait le chargement latéral sur l'iPhone », a déclaré Cook. « Et donc ce serait une autre façon d'obtenir des applications sur l'iPhone, lorsque nous avons analysé ce texte, ce qui détruirait la sécurité de l'iPhone ».

Source : Web Summit

Et vous ?

Que pensez-vous des propos de Craig Federighi et de Tim Cook ?
L'exemple de macOS, qui a statistiquement moins d'incidents que son concurrent Windows (les raisons conduisant à ces statistiques sont discutables) malgré le téléchargement latéral peut-il être utilisé pour contrer Apple ?
Quel est votre avis en général sur le téléchargement latéral et les magasins d'applications alternatifs ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de coolspot
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 10/11/2021 à 19:14
C'est toujours le meme problème avec les iPhone tu a du bon hardware mais le software qu'est iOS est nul à chier
4  0 
Avatar de 23JFK
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 10/11/2021 à 19:23
Avec cette mentalité, pour être en conformité avec la loi, Apple ne devrait pas faire de la vente de matériel mais uniquement de la location.
4  0 
Avatar de arflam
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 11/11/2021 à 11:37
Propos hypocrite quand on utilise ce pouvoir pour faire de la censure politique ou idéologique sur les applications, comme pour Parler
, ou simplement maximiser son profit en limitant la concurrence.
4  0 
Avatar de juju26
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 10/11/2021 à 18:27
Ce type de comportement limite grandement l'attrait de la plateforme, notamment pour les logiciels métier.
2  0