IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Apple recoit un "F" pour les réparations difficiles de ses iPhone
D'après un rapport de l'US PIRG

Le , par Nancy Rey

26PARTAGES

10  0 
L'iPhone et les MacBook d'Apple comptent parmi les appareils les moins faciles à réparer du marché, d’après un rapport de l'organisation américaine PIRG. Selon le même rapport, les ordinateurs portables et les smartphones fabriqués par Apple, Microsoft et Google sont beaucoup moins faciles à réparer que ceux de leurs concurrents Asus, Dell et Motorola. Ces conclusions ne sont peut-être pas surprenantes pour les personnes qui aiment réparer des gadgets, mais les données qui les étayent proviennent d'une source inhabituelle : les entreprises elles-mêmes.

Le rapport, publié par l'US Public Research Interest Group's Education Fund, s'appuie sur les données que les entreprises publient en France pour se conformer à la première loi gouvernementale sur « l’indice de réparabilité », entrée en vigueur l'année dernière. Cette loi exige des fabricants de certains appareils électroniques, dont les téléphones portables et les ordinateurs portables, qu'ils notent chacun de leurs produits en fonction de sa facilité de réparation et qu'ils mettent ce score, ainsi que les données qui l'ont calculé, à la disposition des consommateurs au point de vente.

Pour rendre ces informations plus accessibles aux Américains, l'US PIRG, avec l'aide du site de guides de réparation iFixit, a compilé les notes de réparation françaises pour 187 ordinateurs portables et téléphones produits par 10 grands fabricants américains. Plutôt que de simplement restituer les scores français en anglais, l'US PIRG, qui mène une campagne de défense du droit à la réparation, a décidé de les augmenter en pénalisant les entreprises qui luttent contre la législation qui faciliterait la réparation indépendante. Le résultat est un score hybride qui indique dans quelle mesure les produits des entreprises sont réparables et si l'entreprise s'oppose activement au droit des consommateurs de les réparer.

« Étant donné que la réparation des produits dépend de votre capacité à accéder aux matériaux de réparation nécessaires, notre note reflète également les antécédents des entreprises en matière de lobbying contre le droit à la réparation, ou leur adhésion à des associations qui sont des opposants notoires au droit à la réparation », écrit l'US PIRG.

L'indice de réparabilité de France est une note sur 10 indiquant aux consommateurs dans quelle mesure un produit est réparable en fonction de cinq critères : la facilité de démontage, la disponibilité des manuels de réparation, la disponibilité des pièces détachées, le prix des pièces détachées et une catégorie spécifique à l'appareil. Les entreprises attribuent des points à leurs produits dans chacune de ces cinq catégories en fonction d'un certain nombre de sous-critères définis dans une feuille de calcul. La loi exige que la note globale et la feuille de calcul sous-jacente soient publiées pour les consommateurs français.

US PIRG a calculé un score global de réparation pour chacune des entreprises qu'il a examinées. Pour ce faire, il a calculé la moyenne des indices de réparabilité français pour les produits de l'entreprise en question, ainsi que le sous-score de la facilité de démontage, un critère qui devrait se voir accorder un poids supplémentaire étant donné que la possibilité de démonter physiquement un appareil est l'aspect le plus permanent et universel de sa réparabilité. Enfin, l'US PIRG a déduit un point de la note globale de l'entreprise si elle a un dossier public de lobbying contre les projets de loi américains sur le droit à la réparation, et un quart de point supplémentaire si elle est membre de TechNet ou de la Consumer Technology Association, deux associations commerciales qui font pression contre la réparation indépendante.


Sur les 10 entreprises classées par US PIRG, Apple a reçu les pires notes, les 12 modèles MacBook Air et Pro assez récents ayant obtenu une moyenne de 3,16 sur 10 points et 20 modèles d'iPhone remontant à l'iPhone 7 n'ayant reçu que 2,75 sur 10 points. Microsoft s'en sort à peine mieux pour les ordinateurs portables, avec une moyenne de 4,6 points pour les neuf ordinateurs portables Surface récents évalués par US PIRG, tandis que Google a également reçu de mauvaises notes pour les smartphones Pixel 4a, 6 et 6 Pro, qui ont obtenu une moyenne de 4,64 sur 10.

En revanche, Dell et Asus se sont hissés en tête de liste pour les ordinateurs portables réparables. Les 36 ordinateurs portables Dell et 22 Asus que l'US PIRG a notés, des listes qui comprennent principalement les modèles actuels des entreprises en décembre et janvier, ont obtenu une moyenne de 7,81 et 7,61 points, respectivement. Motorola a obtenu des résultats comparables sur le front des smartphones, avec 7,77 points sur 10 pour 18 téléphones.

Bien que ces notes reflètent à la fois la réparabilité des appareils et les pratiques de lobbying des entreprises (pour lesquelles toutes les entreprises, à l'exception d'Acer et de Motorola, ont perdu des points), les consommateurs qui souhaitent simplement savoir dans quelle mesure les produits d'une entreprise sont physiquement réparables peuvent également trouver ces informations dans le rapport.

Pour certaines entreprises, les deux notes se reflètent étroitement : les ordinateurs portables d'Apple, par exemple, ont reçu une note moyenne de 3,24 pour le démontage, tandis que Dell a fait bonne figure dans cette catégorie, avec une moyenne de 9,55 sur 10 points. Microsoft est une exception notable. Ses ordinateurs ont obtenu une assez bonne note pour la facilité de démontage (7,34), mais les appareils Microsoft ont perdu des points dans leur note globale de réparation en France en raison du manque d'accès aux pièces de rechange et à la documentation de réparation. L'entreprise a perdu des points supplémentaires dans la notation de l'US PIRG en raison de son histoire de lobbying contre la législation sur la réparation.

Le porte-parole de Microsoft, Dan Laycock, a déclaré : « Le fait que les scores de l'indice de réparabilité soient faibles ne signifie pas que les produits Surface ne sont pas durables ou fiables ou ne peuvent pas être réparés. Nous nous engageons à concevoir nos produits de manière à offrir aux clients ce dont ils ont besoin et ce qu'ils souhaitent dans un appareil haut de gamme, ce qui implique d'améliorer la réparabilité tout en équilibrant d'autres facteurs tels que la fonctionnalité, les performances, la sécurité et la sûreté ».

Le rapport offre un guide pratique pour les consommateurs qui cherchent à acheter des appareils plus réparables et à aligner leurs décisions d'achat avec leurs valeurs. Les premières données en provenance de France suggèrent que l'indice de réparation pourrait avoir un impact important : un sondage commandé l'année dernière par Samsung a révélé que 86 % des consommateurs français déclarent que leurs décisions d'achat seront probablement influencées par ces scores à l'avenir.

Cela pourrait inciter certaines entreprises à modifier leurs pratiques. Prenant peut-être note des résultats de son enquête, Samsung s'est discrètement efforcé d'améliorer ses résultats en matière de réparation de smartphones en publiant des manuels de réparation en français. Au-delà de la France, d'autres campagnes récentes ont également démontré le pouvoir d'attirer l'attention du public sur les politiques de réparation des entreprises technologiques : l'année dernière, Microsoft s'est engagée à rendre ses appareils plus facilement réparables à la suite d'une résolution des actionnaires. Peu après, Apple a annoncé un programme de réparation en libre-service après des années de pression de la part des défenseurs de la réparation indépendante et, plus récemment, de la part des actionnaires.

Source : US PIRG

Et vous ?

Que pensez-vous des résultats de ce rapport ? Sont-ils à votre avis le reflet de la réalité ?

Voir aussi :

Pourquoi le nouvel "indice de réparabilité" de la France est-il si important ? Les scores de réparabilité des appareils Apple montrent à quel point ils sont difficiles à réparer

Obligation de proposer des pièces d'occasion et indice de réparabilité : ce que prévoit le gouvernement pour limiter les déchets électroniques

Le gouvernement va lancer un indice de réparabilité des produits électroniques, pour lutter contre l'obsolescence programmée

Le Parlement européen vote le "droit de réparation" afin de soutenir la réparation des téléphones, tablettes et des ordinateurs portables

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Fagus
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 09/03/2022 à 14:10
En espérant que les notes de réparabilités changent les mentalités petit à petit.
Oui, a minima...

C'est gentil ces scores, mais on dirait qu'ils ont été sabotés par les lobbies des sociétés concernées.

Déjà, c'est non contraignant. Quand on a une usine, une voiture qui ne respecte pas les normes, ça se finit en interdiction d'usage. Là, apple a la pire note : et alors ?

Et l'affichage ? J'ai simulé un achat sur le site d'apple : note invisible, ainsi que sur 4 grands sites français : note visible sur 2, absente sur un, cachée dans un fouillis de chiffre sur un (quasi invisible). J'en déduis que l'affichage clair et net est "à la bonne volonté du vendeur".

C'est comme le nutriscore : saboté par les lobbies = inutile. Quand le score est bon il est affiché, quand il est mauvais, non car c'est "à la bonne volonté de l'industriel". Juge de paix : ces dernières années, l'obésité est en forte progression. Merci le gouvernement de laisser les sociétés autoréguler leurs mauvaises pratiques.
4  0 
Avatar de AoCannaille
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 09/03/2022 à 11:08
Regrouper ces scores par marque n'a pas grand sens.

Entre réparer un lenovo Thinkpad et un lenovo Yoga, il y a un monde incroyable... dans le premier cas c'est prévu pour dans l'autre pas du tout. C'est pareil sur les HP. J'ai eu un probook ou l'on pouvait démonter le "capot" sans outils et la ram, disque dur et lecteur optique étaient accessibles directement. J'ai eu l'occasion récemment de réparer un HP pavilion, c'était une horreur, Presque 20 vis pour démonter le capot, dont une partie cachée sous les pad antidérapants qui jamais ne recolleront correctement, puis 3 circuits imprimés empilés, avec des nappes qui les relient entre eux (à déclipser avec précaution). La ram était au verso de la 3e, évidement.
Je ne parle même pas des vis de tailles différentes dont il faut garder en mémoire où elles étaient..
Et là, je ne parle que d'upgrade, pas de réparation. On reste sur du "plug and play"....

J'ai un peu plus de tolérance pour la complexité de réparation des téléphones qui sont mine de rien vachement compacts. De plus, contrairement au monde PC qui est mature et dont les performances évoluent peu, changer de téléphone au bout de 3/4 ans à cause d'une panne ou d'une casse fait vraiment changer de gamme et de performance. Alors qu’honnêtement, entre un i5 8Go de ram de 2017 et un i5 8Go de ram d'aujourd'hui, le quidam ne voit pas vraiment la différence...

Du coup, si on calque le monde du portable et du laptop (ce qui n'a un sens que très limité), on s'attendrait à ce que les gammes les plus chères soient les plus réparables, car ayant mis l'effort d’ingénierie suffisante pour que ce soit le cas. Malheureusement c'est plutôt l'inverse...

En espérant que les notes de réparabilités changent les mentalités petit à petit.
1  0 
Avatar de TotoParis
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 09/03/2022 à 22:06
Apple n'a aucun intérêt à rendre facilement réparables ses très coûteux appareils. Vendre du neuf à outrance reste le plus rentable.
Sa capitalisation boursière, son chiffre d'affaire le montrent.
Cette fuite en avant est très dommageable à la bonne utilisation des ressources naturelles.
Mais il y aura forcément un "stop !" à un moment donné.
1  0 
Avatar de Arya Nawel
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 02/04/2022 à 7:57
est-ce qu'ils doivent payer plus de taxes pour ça ou autre chose ? Je ne vois pas en quoi ça va les affecter de quelque manière que ce soit.
0  0 
Avatar de pmithrandir
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 02/04/2022 à 8:42
On peut difficilement prendre une action frontale contre ces entreprises. Elles ont trop d argent et de fan.

Il faut donc en premier les décrédibiliser et montrer les problèmes générés pour permettre ensuite de mettre en place des mesures plus contraignantes.
0  0 
Avatar de Arya Nawel
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 26/04/2022 à 9:51
Les réparations sont faciles, c'est l'obtention de pièces d'origine et le fait d'avoir l'autorité pour lier leur série aux serveurs Apple qui dérange les gens.
0  0