IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Apple envisage de permettre aux utilisateurs d'installer des magasins d'applications alternatifs sur iOS,
Dans le cadre d'une refonte motivée par la législation européenne

Le , par Patrick Ruiz

2PARTAGES

11  0 
Apple envisage de permettre aux utilisateurs d'installer des magasins d'applications d'applications autres que l'App Store sur iOS. L’App Store est donc en passe de ne plus être la seule place de marché en ligne où les possesseurs d’iPhone et d’iPad pourront se fournir en applications. Le projet du géant technologique s’inscrit dans le cadre d’une refonte motivée par la législation de l’UE.


Apple entend ainsi s’aligner à la loi européenne sur les marchés numériques (Digital Market Acts). Présenté fin 2020 par la Commission européenne, le règlement DMA (pour Digital Markets Act) a été définitivement voté par le Parlement européen et approuvé par le Conseil de l'UE en juillet 2022. le règlement DMA entend prévenir les abus de position dominante des géants du numérique, que sont en particulier les GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft), et offrir un plus grand choix aux consommateurs européens.

L'alignement à ce règlement signifie qu'Apple devra non seulement autoriser les magasins d'applications tiers, mais aussi l'installation des logiciels téléchargés sur le web. L'Union européenne a établi un calendrier relativement complexe pour se conformer à la loi, qui prévoit que les entreprises susceptibles d'être touchées par celle-ci informent les autorités réglementaires et qu'une commission détermine si elles doivent effectivement procéder à des modifications. Les entreprises ont jusqu’à mars 2024 pour une mise en conformité totale.


Apple travaille en sus sur un autre changement induit par les réglementations européennes. La société a confirmé qu'elle ne pouvait pas contourner les règles européennes imposant l'ajout de l'USB-C à l'iPhone d'ici 2024.

Les débats sur l’ouverture d’Apple à d'autres systèmes de paiement au sein de l’App Store se poursuivent. En sus, Apple n’a toujours pas indiqué comment rendre iMessage interopérable avec d’autres services. Ces chantiers devraient néanmoins s’accélérer maintenant que le Digital Markets Act sert de torche. Apple devrait manœuvrer pour ne pas perdre la main de façon totale. La société est susceptible de rendre obligatoires certaines exigences en matière de sécurité, de vérifier les applications externes d'une manière ou d'une autre et éventuellement de facturer des frais.

Apple met en avant l’argument sécurité des utilisateurs comme justificatif de la fermeture de son écosystème à des acteurs tiers. La situation est telle que l’entreprise a désormais à dos une coalition pour la défense de la liberté de choix et la concurrence loyale sur l’App Store – la Coalition for App Fairness. La coalition d'entreprises, dont beaucoup sont de petits développeurs de logiciels, vise à obtenir d'Apple un assouplissement des règles relatives aux logiciels sur iOS. Par exemple, l'App Store est la seule méthode permettant aux clients d'installer des logiciels sur les iPad, les iPhone et les montres Apple.

Et les développeurs de logiciels ne peuvent accepter les paiements de biens numériques sur iOS que d'une seule manière : le service de paiement d'Apple, qui prélève une commission sur toutes les transactions. Les membres de la coalition veulent d'autres options. La Coalition for App Fairness vise à inciter les législateurs à prendre des mesures contre Apple, soit par le biais d'une nouvelle législation, soit par des actions en justice. Les très grands acteurs de la tech s'exposent à des amendes allant jusqu'à 10 % de leur chiffre d'affaires annuel mondial en vertu des dispositions du Digital Markets Act.

Et vous ?

Que pensez-vous de l’approche Apple de manière générale en matière de gestion de la concurrence ?

Voir aussi :

Face au Congrès américain, Jeff Bezos déclare qu'il ne peut pas garantir que les employés d'Amazon n'ont pas accès aux données des vendeurs tiers pour favoriser les produits de son entreprise
Fortnite aurait fait exploser les bénéfices d'Epic Game en 2018 jusqu'à 3 milliards de dollars grâce notamment à la vente de contenus additionnels
Après un bras de fer qui aura duré près de deux ans, Epic abandonne le combat et publie Fortnite sur PlayStore, regrettant que Google rende extrêmement mince la possibilité d'éviter le Play Store
Google assure que Fortnite ne bénéficiera d'aucun traitement de faveur sur le Play Store s'il veut revenir et que sa taxe de 30 % est valable pour tous, Epic dénonce un abus de position dominante

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Shalien
Membre du Club https://www.developpez.com
Le 14/12/2022 à 9:22
L'article pourrait se résumer à "Apple envisage de respecter la loi", je suis toujours autant effaré du fait que les grosses sociétés aient ce genre de réflexion ou le fait de respecter la loi c'est une concession de leurs part.
7  0 
Avatar de smarties
Membre expert https://www.developpez.com
Le 22/12/2022 à 8:43
La majorité des gens ne savent pas installer des magasins alternatifs (ça ne les intéresse pas plus que ça d'ailleurs) donc je pense qu'une minorité de gens le fera.
3  1