IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Fortnite pourrait faire son retour sur iOS en Europe dès cette année par l'intermédiaire de l'Epic Games Store,
Mais la taxe d'Apple sur les boutiques d'applications tierces pourrait nuire au projet

Le , par Mathis Lucas

2PARTAGES

3  0 
Fortnite pourrait faire son grand retour sur iOS en Europe dès cette année après avoir été éjecté de l'App Store par Apple en 2020. Aucune date de lancement n'a été annoncée, mais ce retour est favorisé par les changements apportés par Apple à l'écosystème iOS pour se conformer à loi européenne sur les marchés numériques (DMA). Epic Games devrait lancer à nouveau Fortnite sur iOS par le biais de sa propre boutique d'application, Epic Games Store, afin d'échapper aux taxes prélevées par l'App Store d'Apple. Toutefois, une nouvelle taxe d'Apple sur les boutiques d'applications tierces pourrait compliquer les plans de l'éditeur de jeux de Californie.

L'annonce du retour de Fortnite sur iOS a été faite peu de temps après qu'Apple a fait part de son intention d'ouvrir iOS en réponse aux exigences du DMA. Le PDG d'Epic Games, Tim Sweeney, qui est toujours aussi virulent à l'égard du fabricant de l'iPhone, a qualifié les nouvelles règles d'Apple de "déchets brûlants" et de "système anticoncurrentiel truffé de frais inutiles". Toutefois, elles ne sont manifestement pas assez brûlantes pour qu'Epic Games s'en éloigne complètement. Autrement, les nouvelles politiques ne sont pas assez mauvaises pour qu'Epic continue d'empêcher les utilisateurs d'iPhone de télécharger Fortnite.

Dans un message posté sur X jeudi, l'éditeur a déclaré : « vous vous souvenez de Fortnite sur iOS ? Et si on le faisait revenir. Cette année, Fortnite reviendra sur iOS en Europe via l’Epic Games Store (coucou DMA, une nouvelle loi importante en Europe qui rend ça possible). Apple, le monde te regarde ». En vertu du DMA, Apple va autoriser le chargement latéral des applications sur iOS, c'est-à-dire permettre aux utilisateurs d'installer des applications à partir d'autres sources que le jardin clos de l'App Store. Ce qui permettra aux développeurs de distribuer des applications iOS par l'intermédiaire d'autres canaux.

Les développeurs peuvent également créer leurs propres places de marché d'applications. Ce qui fait les affaires d'Epic Games et de sa propre boutique d'applications, Epic Games Store. Apple s'est longtemps opposé à ce que les développeurs iOS puissent proposer leurs applications par téléchargement latéral, comme le permet Google Play, arguant que cette pratique affaiblirait les normes de sécurité et de confidentialité de la plateforme. Cependant, les régulateurs de l'Union européenne ont rejeté ces arguments, obligeant le fabricant de l'iPhone à ouvrir davantage l'écosystème iOS avant la date limite du 6 mars 2024.

Epic n'a pas partagé beaucoup de détails sur ses projets. Epic Games Store sera lancée plus tard dans l'année et Fortnite sera disponible par l'intermédiaire de celui-ci. Les deux applications ne seront disponibles que dans les régions d'Europe couvertes par le DMA. Dans un autre message, l'éditeur a ajouté : « Fortnite reviendra sur iOS en Europe en 2024, distribué par le prochain Epic Games Store pour iOS. Restez à l'écoute pour plus de détails au fur et à mesure que nous déterminons le calendrier réglementaire. Nous continuerons à faire valoir auprès des tribunaux et des autorités de régulation qu'Apple enfreint la loi ».

Apple exerce toujours une certaine surveillance sur les boutiques d'applications alternatives, ce qui signifie qu'il est possible qu'Epic Games rencontre des problèmes lors du lancement ou peut-être après. Par exemple, Apple a glissé (de manière intelligente ou sournoise) dans ses nouvelles règles quelques points qui visent à favoriser son App Store, notamment une taxe pour le moins déroutante. Apple a annoncé cette semaine que les développeurs de boutiques d'applications alternatives devront payer une taxe de 50 centimes d'euros sur chaque téléchargement une fois le cap du million d'installations franchi.

Une fois lancée, Epic Games Store devrait facilement remplir ces conditions, car la boutique de l'éditeur gagne en popularité depuis quelques années et ses conditions semblent beaucoup moins agressives que celles d'Apple. Epic Games Store prélève une commission moins importante (environ 12 % et les développeurs conservent 88 %) que l'App Store d'Apple, ce qui pourrait en faire une option intéressante pour les développeurs si Epic parvient à s'imposer. Cependant, la nouvelle taxe de 50 centimes imposée par Apple pourrait rendre la commission de 30 % de l'App Store plus avantageux pour Epic Games.

Epic Games pourrait rapidement être débordé et à la longue pourrait avoir du mal à s'acquitter de cette taxe s'il ne gagne pas plusieurs millions d’euros chaque mois grâce aux micropaiements de Fortnite sur iOS. De nombreux autres développeurs, comme Spotify, ont également dénoncé cette nouvelle taxe, affirmant qu'il s'agit d'une pratique anticoncurrentielle. « Apple enferme les utilisateurs, vend la même technologie 3 à 4 fois plus chère que ses concurrents et surtout, l'entreprise vie aux dépens des développeurs iOS. Apple risque de voir ses bénéfices chuter s'il respecte les règles du jeu », a écrit un critique.

Epic Games voit manifestement un avenir lucratif dans la poursuite du développement de ses activités en tant que place de marché de logiciels. Cette vision se concrétise de plus en plus dans Fortnite, qui est passé de quelques modes de jeu de tir à la troisième personne à un portail à part entière de jeux numériques de type Roblox. Fortnite propose désormais des milliers d'autres jeux générés par les utilisateurs, y compris un nouveau trio de titres tape-à-l'œil développés par Epic Games lui-même qui offrent des alternatives de survie, de course et de jeu de rythme au mode "Battle Royal" de Fortnite.

La refonte de l'App Store d'Apple dans l'UE constitue un changement majeur par rapport au statu quo, mais Epic Games n'est pas satisfait des détails de la manière dont le fabricant de l'iPhone mettra en œuvre sa conformité DMA. Apple a également annoncé qu'il procédera à un contrôle minutieux des boutiques d'applications alternatives par le biais d'un procédé de "notarisation". L'entreprise précise que la notarisation vérifiera les points suivants :

  • exactitude : les applications doivent représenter fidèlement le développeur, les capacités et les coûts pour les utilisateurs ;
  • fonctionnalité : les fichiers binaires doivent pouvoir être examinés, ne pas présenter de bogues ou de pannes graves et être compatibles avec la version actuelle d'iOS. Ils ne peuvent pas manipuler le logiciel ou le matériel de manière à nuire à l'expérience de l'utilisateur ;
  • sûreté : les applications ne peuvent pas inciter l'utilisateur ou le public à subir des dommages physiques ;
  • sécurité : les applications ne peuvent pas permettre la distribution de logiciels malveillants, suspects ou indésirables. Elles ne peuvent pas télécharger de code exécutable, lire en dehors du conteneur ou inciter les utilisateurs à réduire la sécurité de leur système ou de leur appareil. En outre, les applications doivent être transparentes et permettre à l'utilisateur de donner son accord pour qu'une partie puisse accéder au système ou à l'appareil, ou reconfigurer le système ou d'autres logiciels ;
  • vie privée : les applications ne peuvent pas collecter ou transmettre des données privées ou sensibles à l'insu de l'utilisateur ou d'une manière contraire à l'objectif déclaré du logiciel.


Fortnite a été retiré de l'App Store en août 2023 après qu'Epic Games a violé les directives de l'App Store d'Apple en ajoutant sa propre option de paiement. Apple et Epic Games se sont alors engagés dans une bataille judiciaire de plusieurs années, qui est toujours en cours aujourd'hui. Sweeney a critiqué les projets d'Apple et a déclaré : « Apple propose de choisir les boutiques autorisées à concurrencer son App Store. Ils pourraient empêcher Epic de lancer l'Epic Games Store et de distribuer Fortnite par ce biais, par exemple, ou bloquer Microsoft, Valve, Good Old Games, ou de nouveaux entrants ».

Dans les commentaires, de nombreux développeurs iOS affirment qu'il est important de contraindre Apple à respecter et favoriser l'émergence des activités des personnes qui font vivre l'écosystème iOS. « L'annonce d'Apple contient encore beaucoup d'autres choses. Il faudra plus de temps pour analyser les parties écrites et non écrites de ce nouveau spectacle d'horreur, alors restez à l'écoute », a écrit Sweeney dans un message sur X.

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?
Que pensez-vous du retour de Fortnite sur iOS dans l'Union européenne ?
Les plans d'Epic Games pour le retour de Fortnite sur iOS en Europe sont-ils réalistes ?
Selon vous, Epic Games risque-t-il d'être confronté à des difficultés en lançant Epic Games Store ?
Que pensez-vous de la nouvelle taxe d'Apple sur les boutiques d'applications tierces ? A-t-elle une raison d'être ?
Selon vous, cette nouvelle taxe est-elle en conformité avec les exigences de la loi européenne sur les marchés numériques ?

Voir aussi

Apple introduit le chargement latéral et les boutiques d'applications alternatives sur l'iPhone dans l'Union européenne avec iOS 17.4, l'entreprise se plie ainsi aux exigences du DMA

DMA : moyennant des frais et quelques restrictions, Apple prévoit d'autoriser les téléchargements d'applications en dehors de l'App Store pour la première fois sur iPhone en Europe

Spotify s'en prend à la commission "scandaleuse" de 27 % imposée par Apple et accuse cette dernière de "ne reculer devant rien" pour protéger ses profits

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !

Avatar de calvaire
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 31/01/2024 à 15:32
Citation Envoyé par degrécelcius Voir le message
Apple valide les applications qui fonctionnent sous IOS, cela représente un travail énorme mais les clients le souhaitent, alors refuser de payer pour ce travail me semble grandement exagéré.
1) Apple n'est pas obligé de valider les app, puisqu'elle l'impose alors elle doit le faire gratos.
Sous windows, linux ou android personne n'a l'obligation de valider les apps.
et les apps peuvent etre validé par plusieurs tiers de confiances. Sous windows MS peut la valider sur son store, mais sur steam c'est steam qui valide, sur des sites de download tu as des scans fait pas kaspersky, mcafee ou autres.

Meme chose pour les certificats https, il n'ya pas qu'une boite dans le monde qui certifie et le https certifié n'est pas obligatoire (option force de curl)

2) Tous les clients ne le souhaite pas. Moi je le souhaite pas. J'achete un iphone, j'aimerais pouvoir y installer ce que je veux de source d'ou je veux. J'ai ce comportement sur mac, pas besoin du mac store et pas besoin de validation d'apple.
Pourquoi ce serait différent sur iphone ou ipad ?
2  0 
Avatar de Uther
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 01/02/2024 à 8:35
Si c'est pas l'OS qui limite automatiquement ce genre d'accès, c'est un sacré soucis.
2  0 
Avatar de calvaire
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 01/02/2024 à 11:57
Citation Envoyé par OrthodoxWindows Voir le message
Justement c'est tout le problème des OS mobiles (IOS/Android), soit-disant plus sécurisé que Windows et GNU/Linux (et tout les Unix de bureau) ; alors que sous Windows un comportement de ce genre est bloqué par l'antivirus, et sous Linux tous simplement par le système lui-même, sous IOS et Android l'application demande une autorisation.
Ce système d'autorisation est totalement toxique et absurde, car (pour reprendre l'exemple de chrtophe) une application qui demande l'accès au carnet d'adresse va envoyer une demande d'autorisation ; cette demande d'autorisation ne précise pas ce qu'il adviendra du carnet d'adresse, l'application peut aussi bien l'utiliser pour faire office d'organisateur personnel (utilisation légitime) ou pour envoyer les donnée en ligne (malware).
Les utilisateurs se sont habitué à autoriser des comportements qu'ils n'aurais jamais autorisés sous Windows, c'est pour cela que je préfère largement la gestion de type Windows que celle des systèmes mobiles, car elle ne banalise pas l'usage des malware (car oui, des applications comme Candy Crush, Instagram, TikTok sont des malwares qui devrait être détectés par des antivirus).
Celle de GNU/Linux est bien sûr la meilleurs, puisque il n'y a pas besoin d'antivirus, le système fait la totalité du travail.

Ce qui le prouve, c'est la plate-forme UWP, une invention (qui à surtout été un fiasco) de Microsoft pour copier l'écosystème mobile. La gestion d'autorisation est identique, et comme le Microsoft store est copier lui aussi sur les autre store, les autorisations demandés apparaissent dans la page de téléchargement ; le problème est qu'il y a aussi des applications Win32 dans le MS Store, et là il y a presque toujours marqué "cette application demande à accéder à tous" y compris dans le cas où l’application n'accède à rien.

Je ne suis pas convaincu par la nécessité des sandbox pour une utilisation quotidienne, tous le monde sais que GNU/Linux est sécurisé et pourtant il n'y a pas forcément de sandbox (c'est facultatif). Par contre la séparation entre les différentes autorisation (surtout entre root et les autres) est extrêmement solide. Donc je ne voit pas l'intérêt de rajouter une couche par dessus... A la rigueur pour protéger des documents personnels, mais j'ai conscience de ce que j'installe, je n'ai pas besoin de ralentir mon système juste pour que Mme Michu (qui pourrai plutôt apprendre à réfléchir avant de cliquer) n'installe pas n'importe quoi. Sous Android, je rêve de ne pas avoir de sandbox, vu que je n'ai que des applications que je sais de confiance.
D'ailleurs sous Windows il existe une reproduction du système de racine Unix, c'est Surun, qui remplace l'UAC. Ca ne rend pas Windows sécurisé sur tout les plans, mais c'est mieux que rien.

une applie win32 ou une applie linux peut tous lire tes fichiers personels (situer /home ou mes documents) et peut les chiffrer pour en faire un ransoware. sans aucune protection.
un logiciel peut aussi lire tes mots de passe du navigateur web et ton historique
la sandbox est pour moi tres utile.

En revanche rien n'est transmis sur internet car il y'a un firewall. Et c'est le plus gros manque dans android et ios, pourquoi y'a pas un firewall qui bloque les acces réseaux par defaut de toutes les apps et a débloquer au cas par cas.
2  0 
Avatar de chrtophe
Responsable Systèmes https://www.developpez.com
Le 31/01/2024 à 14:03
Je ne veux en aucun cas accepter d'utiliser des applications non validées (partiellement, le 100% n'existe pas) par Apple et c'est pour cela que j'utilise un iPhone.
Le fait que l'iPhone soit ouvert à d'autres Store ne t'oblige pas à les utiliser, tu peux n'utiliser que les applis présentes sur l'Apple Store.
1  0 
Avatar de calvaire
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 01/02/2024 à 10:12
Citation Envoyé par chrtophe Voir le message
Sur Apple Store, le travail ne se limite pas à une analyse antimalware, mais à un respect de règles (définies par Apple) telles que par exemple prévenir l'utilisateur d'un accès au carnet d'adresse. Il doivent aussi faire des tests de stabilité.
ces accès sont normalement géré par l'os, les apps sont censé tourné dans des sandbox, donc y'a aucun soucis a ce niveau la, sauf si l'os d'apple et merdique et est une apssoire niveau sécurité... dans ce cas c'est a apple se bouger le cul ou pas et laisser ces clients en danger.
dans ce cas on iras soit chez apple avec un os pas fiable soit sur android un os sécurisé, c'est la dur loi du marché.

pour la stabilité, c'est la lois du marché la aussi, tu installe une applie, elle plante (ca m’arrive sur android) et bien je désinstalle l’appli et je passe chez un concurrent.

ca ne peux que inciter a apple a faire un os sécurisé et assurer un minimum de rétrocompatibilité comme sur android, donc que du bon pour l'innovation.
1  0 
Avatar de OrthodoxWindows
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 01/02/2024 à 11:22
Citation Envoyé par Uther Voir le message
Si c'est pas l'OS qui limite automatiquement ce genre d'accès, c'est un sacré soucis.
Justement c'est tout le problème des OS mobiles (IOS/Android), soit-disant plus sécurisé que Windows et GNU/Linux (et tout les Unix de bureau) ; alors que sous Windows un comportement de ce genre est bloqué par l'antivirus, et sous Linux tous simplement par le système lui-même, sous IOS et Android l'application demande une autorisation.
Ce système d'autorisation est totalement toxique et absurde, car (pour reprendre l'exemple de chrtophe) une application qui demande l'accès au carnet d'adresse va envoyer une demande d'autorisation ; cette demande d'autorisation ne précise pas ce qu'il adviendra du carnet d'adresse, l'application peut aussi bien l'utiliser pour faire office d'organisateur personnel (utilisation légitime) ou pour envoyer les donnée en ligne (malware).
Les utilisateurs se sont habitué à autoriser des comportements qu'ils n'aurais jamais autorisés sous Windows, c'est pour cela que je préfère largement la gestion de type Windows que celle des systèmes mobiles, car elle ne banalise pas l'usage des malware (car oui, des applications comme Candy Crush, Instagram, TikTok sont des malwares qui devrait être détectés par des antivirus).
Celle de GNU/Linux est bien sûr la meilleurs, puisque il n'y a pas besoin d'antivirus, le système fait la totalité du travail.

Ce qui le prouve, c'est la plate-forme UWP, une invention (qui à surtout été un fiasco) de Microsoft pour copier l'écosystème mobile. La gestion d'autorisation est identique, et comme le Microsoft store est copier lui aussi sur les autre store, les autorisations demandés apparaissent dans la page de téléchargement ; le problème est qu'il y a aussi des applications Win32 dans le MS Store, et là il y a presque toujours marqué "cette application demande à accéder à tous" y compris dans le cas où l’application n'accède à rien.

Citation Envoyé par calvaire Voir le message
ces accès sont normalement géré par l'os, les apps sont censé tourné dans des sandbox, donc y'a aucun soucis a ce niveau la, sauf si l'os d'apple et merdique et est une apssoire niveau sécurité... dans ce cas c'est a apple se bouger le cul ou pas et laisser ces clients en danger.
dans ce cas on iras soit chez apple avec un os pas fiable soit sur android un os sécurisé, c'est la dur loi du marché.
Je ne suis pas convaincu par la nécessité des sandbox pour une utilisation quotidienne, tous le monde sais que GNU/Linux est sécurisé et pourtant il n'y a pas forcément de sandbox (c'est facultatif). Par contre la séparation entre les différentes autorisation (surtout entre root et les autres) est extrêmement solide. Donc je ne voit pas l'intérêt de rajouter une couche par dessus... A la rigueur pour protéger des documents personnels, mais j'ai conscience de ce que j'installe, je n'ai pas besoin de ralentir mon système juste pour que Mme Michu (qui pourrai plutôt apprendre à réfléchir avant de cliquer) n'installe pas n'importe quoi. Sous Android, je rêve de ne pas avoir de sandbox, vu que je n'ai que des applications que je sais de confiance.
D'ailleurs sous Windows il existe une reproduction du système de racine Unix, c'est Surun, qui remplace l'UAC. Ca ne rend pas Windows sécurisé sur tout les plans, mais c'est mieux que rien.
1  0 
Avatar de chrtophe
Responsable Systèmes https://www.developpez.com
Le 31/01/2024 à 16:55
sur des sites de download tu as des scans fait pas kaspersky, mcafee ou autres.
Sur Apple Store, le travail ne se limite pas à une analyse antimalware, mais à un respect de règles (définies par Apple) telles que par exemple prévenir l'utilisateur d'un accès au carnet d'adresse. Il doivent aussi faire des tests de stabilité.
0  0 
Avatar de OrthodoxWindows
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 01/02/2024 à 11:29
Citation Envoyé par degrécelcius Voir le message
Pourquoi reprendre cette dénomination qui se veut bien évidemment péjorative ?
Est-ce quand je suis payé pour mon travail (ou pas) je perçois une taxe ?
Est-ce que quand je vends un tableau (avec plus value) je perçois une taxe ?
Est-ce que quand je vais chez le médecin, je paie une taxe ?
Est-ce que quand je demande à une société de service une prestation je paie une taxe.
Apple valide les applications qui fonctionnent sous IOS, cela représente un travail énorme mais les clients le souhaitent, alors refuser de payer pour ce travail me semble grandement exagéré.
C'est simple, si Fornite veut gagner 20€ là où ils en gagnent 14 parce qu'ils paient un service à Apple, qu'ils fixent le prix à 28,70€ et auront donc leur 20€.
Si les clients qui veulent utiliser leur application trouvent cela trop cher, ils achèteront un autre téléphone.
Je ne veux en aucun cas accepter d'utiliser des applications non validées (partiellement, le 100% n'existe pas) par Apple et c'est pour cela que j'utilise un iPhone.
Sur mon ordinateur j'ai 10 fois moins d'applications que sur mon iPhone, justement à cause de l'AppStore qui ne m'offre pas les mêmes garanties.
Ne pas apprécier une marque, quoi de plus naturel, tordre la réalité, s'en est une autre.
Explique moi pourquoi Apple empêche l'utilisateur de compiler sa propre application sans paiement à Apple et autorisation d'Apple ?
On en parle même pas du store là.

Et comme dit plus haut, tu fait ce que tu veut, personne n'est entrain d'expliquer qu'il faudra interdire à Apple de valider des applications et de faire payer les développeur pour ce service.
Si Apple autorise les applications non-validés, ça ne changera strictement rien à ton utilisation actuel d'IOS.

Citation Envoyé par chrtophe Voir le message
Sur Apple Store, le travail ne se limite pas à une analyse antimalware, mais à un respect de règles (définies par Apple) telles que par exemple prévenir l'utilisateur d'un accès au carnet d'adresse. Il doivent aussi faire des tests de stabilité.
Je pense que l'un ne devrait pas être séparé de l'autre (si une application accède au carnet d'adresse pour ensuite envoyer les données en ligne, il s'agit d'un malware). Par contre, Apple ne se prive pas de définir des règles morales arbitraires, comme l'interdiction de la nudité ou de certains contenus politique.
0  0 
Avatar de degrécelcius
Membre du Club https://www.developpez.com
Le 31/01/2024 à 13:56
Citation Envoyé par Mathis Lucas Voir le message
... Toutefois, une nouvelle taxe d'Apple sur les boutiques d'applications tierces pourrait compliquer les plans de l'éditeur de jeux de Californie.
Pourquoi reprendre cette dénomination qui se veut bien évidemment péjorative ?
Est-ce quand je suis payé pour mon travail (ou pas) je perçois une taxe ?
Est-ce que quand je vends un tableau (avec plus value) je perçois une taxe ?
Est-ce que quand je vais chez le médecin, je paie une taxe ?
Est-ce que quand je demande à une société de service une prestation je paie une taxe.
Apple valide les applications qui fonctionnent sous IOS, cela représente un travail énorme mais les clients le souhaitent, alors refuser de payer pour ce travail me semble grandement exagéré.
C'est simple, si Fornite veut gagner 20€ là où ils en gagnent 14 parce qu'ils paient un service à Apple, qu'ils fixent le prix à 28,70€ et auront donc leur 20€.
Si les clients qui veulent utiliser leur application trouvent cela trop cher, ils achèteront un autre téléphone.
Je ne veux en aucun cas accepter d'utiliser des applications non validées (partiellement, le 100% n'existe pas) par Apple et c'est pour cela que j'utilise un iPhone.
Sur mon ordinateur j'ai 10 fois moins d'applications que sur mon iPhone, justement à cause de l'AppStore qui ne m'offre pas les mêmes garanties.
Ne pas apprécier une marque, quoi de plus naturel, tordre la réalité, s'en est une autre.
0  4