IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Mozilla critique les nouvelles règles d'Apple pour les navigateurs dans l'UE, estimant qu'elles imposent un fardeau inutile aux développeurs,
Alors qu'Apple vise à ouvrir iOS aux autres navigateurs

Le , par Bruno

6PARTAGES

11  0 
Mozilla exprime sa déception face aux nouvelles règles d'Apple dans l'Union européenne qui, bien que censées ouvrir iOS aux navigateurs alternatifs tels que Firefox, imposent selon eux un fardeau inutile aux développeurs. Ces règles permettraient aux navigateurs de l'UE d'utiliser leurs propres moteurs sur iOS, mettant fin à l'obligation d'utiliser WebKit, le moteur sous-jacent de Safari. Cependant, le porte-parole de Mozilla, Damiano DeMonte, critique le plan d'Apple de restreindre le BrowserEngineKit aux applications spécifiques à l'UE, obligeant ainsi des navigateurs indépendants comme Firefox à construire et maintenir deux implémentations distinctes.

Bien que cette ouverture apparente à d'autres moteurs soit saluée, Mozilla estime que le déploiement limité dans l'UE complique la gestion des différentes versions pour les navigateurs. Selon eux, cela restreint les choix des consommateurs et crée des barrières à une véritable concurrence entre les navigateurs sur iOS. D'autres développeurs, dont Epic et Spotify, critiquent également les nouvelles règles d'Apple, qui englobent également les applications de streaming de jeux, les magasins d'applications alternatifs et le sideloading. Les lignes directrices d'Apple doivent encore être approuvées par la Commission européenne.


Apple a annoncé des modifications d'iOS, de Safari et de l'App Store ayant un impact sur les applications des développeurs dans l'Union européenne (UE), afin de se conformer à la loi sur les marchés numériques (DMA). Ces modifications comprennent plus de 600 nouvelles API, une analyse élargie des applications, des fonctionnalités pour d'autres moteurs de navigation, ainsi que des options pour le traitement des paiements d'applications et la distribution des applications iOS. À chaque changement, Apple introduit de nouvelles mesures de protection qui réduisent - mais n'éliminent pas - les nouveaux risques que la DMA fait peser sur les utilisateurs de l'Union européenne. Grâce à ces mesures, Apple continuera d'offrir aux utilisateurs de l'Union européenne la meilleure expérience possible, en toute sécurité.

Les nouvelles options de traitement des paiements et de téléchargement d'applications sur iOS ouvrent de nouvelles voies aux logiciels malveillants, à la fraude et aux escroqueries, aux contenus illicites et nuisibles, ainsi qu'à d'autres menaces pour la vie privée et la sécurité. C'est pourquoi Apple met en place des mesures de protection - notamment la notarisation des applications iOS, une autorisation pour les développeurs de places de marché et des informations sur les paiements alternatifs - afin de réduire les risques et d'offrir aux utilisateurs de l'Union européenne la meilleure expérience possible en matière de sécurité. Même si ces mesures de protection sont en place, de nombreux risques subsistent.

Les développeurs peuvent prendre connaissance de ces changements sur la page Apple Developer Support et peuvent commencer à tester les nouvelles fonctionnalités dès aujourd'hui dans la version bêta d'iOS 17.4. Ces nouvelles fonctionnalités seront accessibles aux utilisateurs des 27 pays de l'UE à partir de mars 2024.
« Les changements que nous annonçons aujourd'hui sont conformes aux exigences de la loi sur les marchés numériques dans l'Union européenne, tout en aidant à protéger les utilisateurs de l'UE contre l'augmentation inévitable des menaces à la vie privée et à la sécurité que cette réglementation entraîne. Notre priorité reste de créer l'expérience la meilleure et la plus sûre possible pour nos utilisateurs dans l'UE et dans le monde entier », a déclaré Phil Schiller, Apple Fellow.

« Les développeurs peuvent désormais s'informer sur les nouveaux outils et conditions disponibles pour la distribution d'applications alternatives et le traitement des paiements alternatifs, les nouvelles capacités des moteurs de navigation alternatifs et les paiements sans contact, et bien plus encore. Il est important de noter que les développeurs peuvent choisir de conserver les mêmes conditions commerciales que celles en vigueur aujourd'hui s'ils le préfèrent. »

Les changements apportés aux applications européennes reflètent la désignation par la Commission européenne d'iOS, de Safari et de l'App Store en tant que « services de plateforme essentiels » dans le cadre de la loi sur les marchés numériques. En mars, Apple partagera de nouvelles ressources pour aider les utilisateurs de l'UE à comprendre les changements auxquels ils peuvent s'attendre. Il s'agit notamment de conseils pour aider les utilisateurs de l'UE à gérer les complexités que les changements de la DMA entraînent - notamment une expérience utilisateur moins intuitive - et de meilleures pratiques pour aborder les nouveaux risques associés au téléchargement d'applications et au traitement des paiements en dehors de l'App Store.

Disponible pour les applications des développeurs du monde entier, Apple a également annoncé de nouvelles options pour les jeux en streaming, ainsi que plus de 50 rapports à venir dans des domaines tels que l'engagement, le commerce, l'utilisation des applications, etc.

Les nouvelles règles d'Apple dans l'Union européenne signifient que les navigateurs comme Firefox peuvent enfin utiliser leurs propres moteurs sur iOS. Bien que cela puisse sembler être un changement bienvenu, le porte-parole de Mozilla, Damiano DeMonte, a déclaré à The Verge qu'il était « extrêmement déçu » de la façon dont les choses se sont déroulées.

« Nous sommes encore en train d'examiner les détails techniques, mais nous sommes extrêmement déçus du plan proposé par Apple pour restreindre le BrowserEngineKit nouvellement annoncé aux applications spécifiques à l'UE », déclare DeMonte. « Cela aurait pour effet de forcer un navigateur indépendant comme Firefox à construire et à maintenir deux implémentations de navigateur distinctes - un fardeau qu'Apple n'aura pas à supporter. »

Depuis la création de l'App Store, Apple a autorisé de nombreux navigateurs, mais un seul moteur de navigation : WebKit. WebKit est la technologie qui sous-tend Safari, mais c'est loin d'être le seul moteur sur le marché. Le navigateur Chrome de Google est basé sur un moteur appelé Blink, qui fait également partie du projet global Chromium, utilisé par la plupart des autres navigateurs du marché. Edge, Brave, Arc, Opera et bien d'autres utilisent tous Chromium et Blink. Firefox de Mozilla fonctionne avec son propre moteur, appelé Gecko.

Sur iOS, cependant, tous ces navigateurs ont été contraints de fonctionner avec WebKit, ce qui signifie que de nombreuses fonctionnalités et extensions ne fonctionnent tout simplement plus. Cela change avec iOS 17.4 : toute personne qui crée un navigateur, ou un navigateur intégré à son application, peut utiliser un moteur autre que WebKit si elle le souhaite.

Pour les développeurs, les changements incluent de nouvelles options pour la distribution des applications et le traitement des paiements

Changements apportés à iOS

Dans l'Union européenne, Apple apporte un certain nombre de modifications à iOS pour se conformer au DMA. Pour les développeurs, ces changements incluent de nouvelles options pour la distribution des applications. Les changements à venir pour iOS dans l'UE sont les suivants :

  • De nouvelles options pour la distribution d'applications iOS à partir de places de marché alternatives - y compris de nouvelles API et de nouveaux outils permettant aux développeurs de proposer leurs applications iOS au téléchargement à partir de places de marché alternatives ;
  • Nouveau cadre et nouvelles API pour la création de places de marché d'applications alternatives - permettant aux développeurs de places de marché d'installer des applications et de gérer les mises à jour pour le compte d'autres développeurs à partir de leur application de place de marché dédiée ;
  • Nouveaux cadres et API pour les moteurs de navigateur alternatifs - permettant aux développeurs d'utiliser des moteurs de navigateur, autres que WebKit, pour les applications de navigateur et les applications avec des expériences de navigation in-app ;
  • Formulaire de demande d'interopérabilité - où les développeurs peuvent soumettre des demandes supplémentaires d'interopérabilité avec les fonctionnalités matérielles et logicielles de l'iPhone et d'iOS.

Comme l'a annoncé la Commission européenne, Apple partage également les changements conformes à la DMA qui ont un impact sur les paiements sans contact. Il s'agit notamment de nouvelles API permettant aux développeurs d'utiliser la technologie NFC dans leurs applications bancaires et leurs portefeuilles dans l'Espace économique européen. Dans l'UE, Apple introduit de nouveaux contrôles permettant aux utilisateurs de sélectionner une application de paiement sans contact tierce - ou une place de marché d'applications alternative - comme application par défaut.

Inévitablement, les nouvelles options pour les applications européennes des développeurs créent de nouveaux risques pour les utilisateurs d'Apple et leurs appareils. Apple ne peut pas éliminer ces risques, mais dans le cadre des contraintes imposées par la DMA, l'entreprise prendra des mesures pour les réduire. Ces mesures de protection seront mises en place lorsque les utilisateurs téléchargeront iOS 17.4 ou une version ultérieure, à partir du mois de mars.

Les développeurs critiquent sévèrement les nouvelles règles d'Apple en Europe : la bataille autour de WebKit et Safari

Chaque développeur devra être autorisé par Apple à changer de moteur « après avoir satisfait à des critères spécifiques et s'être engagé à respecter un certain nombre de mesures permanentes de protection de la vie privée et de la sécurité », a indiqué Apple dans un communiqué annonçant ce changement. Apple ajoute également un nouvel écran de choix à Safari, de sorte que lorsque vous ouvrez le navigateur pour la première fois, vous pouvez choisir une autre option par défaut si vous le souhaitez.

Il est clair qu'Apple ne fait cela que parce qu'elle y est obligée par la nouvelle loi européenne sur les marchés numériques (DMA), qui stipule, entre autres, que les utilisateurs doivent être autorisés à désinstaller les applications préinstallées - y compris les navigateurs web - qui les « orientent vers les produits et services du gardien ». Dans ce cas, iOS est le gardien, et WebKit et Safari sont des produits et services d'Apple. (La même section du DMA signifie également que Microsoft doit laisser les gens désactiver la recherche web Bing et désinstaller Edge, et cela entraînera également d'autres changements).

Même dans son communiqué annonçant les nouvelles fonctionnalités, Apple indique clairement qu'elle en est fâchée : « Ce changement résulte des exigences de la DMA et signifie que les utilisateurs de l'UE seront confrontés à une liste de navigateurs par défaut avant d'avoir la possibilité de comprendre les options qui leur sont offertes », explique l'entreprise.

L'écran interrompt également l'expérience des utilisateurs de l'UE la première fois qu'ils ouvrent Safari dans l'intention de naviguer vers une page web. L'argument d'Apple en faveur de l'App Store a toujours été le suivant : seul Apple est en mesure d'offrir une expérience utilisateur satisfaisante, sûre et agréable sur l'iPhone. Les régulateurs ne voient pas les choses de la même manière. Et Apple en est furieux.

Encore une fois, ces changements ne concernent que les utilisateurs d'iPhone dans l'Union européenne. Apple explique qu'elle permet aux utilisateurs européens de voyager sans casser le moteur de leur navigateur, mais qu'elle veillera à ce que seuls les comptes appartenant à des personnes résidant dans l'Union européenne bénéficient de ces nouveaux moteurs.

Ailleurs dans le monde, vous continuerez à bénéficier de Chrome WebKit et de WebKit pour tous les autres navigateurs. Apple affirme (sans mérite ni preuve particulière) que ces autres moteurs présentent un risque pour la sécurité et les performances et que seul WebKit est réellement optimisé et sûr pour les utilisateurs d'iPhone.

Dans iOS 17.4, Apple n'obligera plus les navigateurs de l'UE à utiliser WebKit, le moteur sous-jacent de Safari. Ce changement ouvre la voie à d'autres moteurs populaires, tels que Blink, utilisé par Google Chrome et Microsoft Edge, ainsi que Gecko, le moteur utilisé par Firefox. Cela signifie également que les navigateurs tiers pourraient devenir pleinement fonctionnels sur iOS sans les limitations liées à WebKit.

Malgré cela, Mozilla affirme que le fait de ne déployer les changements que dans l'UE rendra plus difficile pour les navigateurs de jongler avec différentes versions. « Les propositions d'Apple n'offrent pas aux consommateurs des choix viables en rendant aussi difficile que possible pour les autres de fournir des alternatives compétitives à Safari », ajoute DeMonte. « Il s'agit d'un autre exemple d'Apple qui crée des barrières pour empêcher une véritable concurrence entre les navigateurs sur iOS. »

Mozilla n'est pas le seul développeur à critiquer les nouvelles règles d'Apple, qui s'étendent aussi aux applications de streaming de jeux, aux magasins d'applications alternatifs et au sideloading. Le PDG d'Epic, Tim Sweeney, a qualifié les nouveaux termes de « spectacle d'horreur », tandis que Spotify a déclaré que les changements étaient une « farce ». Les lignes directrices d'Apple doivent encore être approuvées par la Commission européenne.

Les développeurs face à l'adversité : impact des nouvelles règles d'Apple sur Firefox et d'autres navigateurs

L'expression de déception de Mozilla face aux nouvelles règles d'Apple dans l'Union européenne met en lumière les défis auxquels les développeurs sont confrontés malgré l'apparente ouverture d'iOS aux navigateurs alternatifs. La fin de l'obligation d'utiliser WebKit semble être un pas en avant, mais les critiques de Damiano DeMonte, porte-parole de Mozilla, soulignent les limites de cette évolution.

La décision d'Apple de restreindre le BrowserEngineKit aux applications spécifiques à l'UE est particulièrement controversée, car elle contraint les navigateurs indépendants, comme Firefox, à gérer deux implémentations distinctes. Cette contrainte technique est perçue comme un fardeau inutile pour les développeurs et pourrait potentiellement décourager l'émergence de solutions alternatives compétitives.

Bien que l'ouverture à d'autres moteurs soit accueillie favorablement, la critique de Mozilla concernant le déploiement limité dans l'UE souligne un problème plus vaste. La complexité résultant de cette restriction pourrait entraver la facilité de gestion des différentes versions des navigateurs, compromettant ainsi l'expérience utilisateur et restreignant les choix des consommateurs.

Les réactions négatives de Mozilla, ainsi que celles d'autres développeurs tels qu'Epic et Spotify, mettent en évidence une préoccupation partagée quant à la portée des nouvelles règles d'Apple. Les critiques s'étendent au-delà des navigateurs, touchant également les applications de streaming de jeux, les magasins d'applications alternatifs et le sideloading.

Enfin, l'approbation finale des lignes directrices par la Commission européenne reste en suspens. Cela souligne l'importance des enjeux en jeu et suggère que les acteurs du secteur technologique attendent avec impatience une réglementation qui favorise une concurrence équitable et une plus grande liberté pour les développeurs sur la plateforme iOS.

Sources : Mozilla, Apple

Et vous ?

Quelle est votre évaluation des nouvelles règles d'Apple dans l'Union européenne permettant aux navigateurs de l'UE d'utiliser leurs propres moteurs sur iOS ?

Comment percevez-vous l'intention d'Apple de mettre fin à l'obligation d'utiliser WebKit, le moteur sous-jacent de Safari, pour les navigateurs de l'UE sur iOS ?

Les restrictions imposées par Apple sur le BrowserEngineKit aux applications spécifiques à l'UE sont-elles justifiées pour assurer la sécurité et la cohérence de l'écosystème iOS, ou sont-elles excessives ?

Comment évaluez-vous la réaction de Mozilla aux nouvelles règles d'Apple dans l'Union européenne concernant l'utilisation des navigateurs alternatifs sur iOS ?

En quoi les critiques de Mozilla concernant le plan d'Apple de restreindre le BrowserEngineKit aux applications spécifiques à l'UE sont-elles justifiées selon vous ?

Voir aussi :

Mozilla Firefox 121 activera le support de Wayland par défaut sur Linux, Firefox promet également de permettre aux utilisateurs de forcer le soulignement des liens dans les sites web

Mozilla estime que Firefox est devenu 50 % plus rapide grâce aux améliorations apportées au navigateur cette année, mais il est en difficulté sur un marché largement dominé par Google Chrome

Mozilla accuse Google, Microsoft et Apple de se préférer et d'inciter les consommateurs à utiliser leurs propres navigateurs

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !

Avatar de archqt
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 27/01/2024 à 19:37
Si tu fais croire à ton iPhone que tu es en UE,
Puis tu installes une application via un store alternatif
Puis tu enlèves le VPN ou ce que tu veux qui faisait croire à l'iPhone que tu étais dans l'UE, ou bien que tu sortes de l'UE pour voyage

Est ce que tes applications installées fonctionneront encore ?
0  0 
Avatar de phil995511
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 28/01/2024 à 15:58
Citation Envoyé par archqt Voir le message
Si tu fais croire à ton iPhone que tu es en UE,
Puis tu installes une application via un store alternatif
Puis tu enlèves le VPN ou ce que tu veux qui faisait croire à l'iPhone que tu étais dans l'UE, ou bien que tu sortes de l'UE pour voyage

Est ce que tes applications installées fonctionneront encore ?
En théorie oui, les app obtenues auprès de shops tiers, par exemple lors d'un voyage dans l'EU, fonctionneront toujours.

Par contre du côté des mises-à-jour, cela ne fonctionnera très certainement pas une fois rentré chez vous hors de l'EU.

C'est donc potentiellement une porte ouverte à des failles de sécurité applicatives sur des iPhones utilisés de la sorte.
0  0