IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Insulte éhontée, conformité malveillante, frais inutiles, régime d'extorsion : l'industrie réagit aux changements proposés par Apple en Europe
Concernant la loi sur les marchés numériques DMA

Le , par Stéphane le calme

1PARTAGES

18  0 
En réponse aux nouvelles réglementations de l’UE, Apple a annoncé jeudi qu’il permettrait aux développeurs iOS de distribuer des applications en dehors de l’App Store à partir de mars, à condition qu’ils soumettent toujours leurs applications à l’examen d’Apple et qu’ils paient des commissions. Mais les critiques estiment que ces changements ne vont pas assez loin et qu’Apple conserve trop de contrôle.

Apple a fait une annonce importante concernant les changements apportés à iOS, Safari et l'App Store dans l'Union européenne en réponse à la loi sur les marchés numériques (DMA).

Avec l'adoption du DMA, Apple est contraint de modifier son modèle. L'entreprise ne l'a pas fait sans sa combativité habituelle (l'entreprise a tenté jusqu'au dernier moment de se faire retirer de la liste des « gardiens » à qui cette loi va s'appliquer, indiquant par exemple qu'elle gère cinq différents App Store et non un seul comme le prétend l'Union européenne) et d'une manière largement insatisfaisante.

Il faut dire que cela est loin d'être une surprise : la position d'Apple a été de défendre au maximum ses pratiques contre tout changement. L'entreprise prétend que seule Apple peut protéger la sécurité et la vie privée des utilisateurs et qu'elle est la seule à pouvoir innover sur ces marchés.

Pour mémoire, le DMA stipule que les services numériques qui ont plus de 45 millions d’utilisateurs actifs par mois et plus de 10 000 utilisateurs professionnels actifs par an dans l'UE doivent être classés comme "gatekeepers" (ou "gardiens") et sont soumis à une série de règles et d’obligations. En vertu du DMA, l'UE a classé l'App Store d'Apple comme un gardien. Cela signifie qu'Apple doit autoriser la concurrence sur le marché des applications pour l'iPhone. Apple a été contraint dans un premier temps d'autoriser le téléchargement des applications en dehors de l'App Store sur les appareils iOS, mais le DMA force également l'entreprise à autoriser des boutiques d'applications concurrentes sur l'iPhone.


Une interprétation de la loi pensée pour dissuader les développeurs de s'essayer à autre chose

L'interprétation d'Apple

Tout d'abord, Apple n'a pas d'autre choix que d'autoriser d'autres magasins d'applications, mais souhaite conserver un large contrôle. Bien que les différentes étapes que devront franchir les aspirants fournisseurs de boutiques d'applications ne soient pas tout à fait claires, il est probable qu'elles soient onéreuses. À plusieurs reprises, Apple a cherché à introduire des frictions pour rendre les changements difficiles (par exemple, en réponse aux conclusions de l'autorité néerlandaise de la concurrence selon lesquelles elle avait commis un abus de position dominante). On peut s'attendre à la même approche dans le cas présent. Mais en tout état de cause, les magasins d'applications tiers alternatifs seront confrontés à de sérieux défis.

Deuxièmement, Apple a également l'obligation de permettre le "sideloading" (qui inclut la possibilité de télécharger des applications directement à partir d'un site web, comme les logiciels peuvent être téléchargés à partir de sites web sur les PC), mais l’entreprise interprète cette obligation de manière extrêmement restrictive : « Le sideloading fait référence au téléchargement d'applications iOS en dehors d'une place de marché d'applications officielle - et dans l'UE, les utilisateurs auront la possibilité d’effectuer leurs téléchargements sur d'autres places de marché qui proposent des applications à télécharger ». En d'autres termes, le téléchargement direct d'applications ne sera pas possible à partir du web (bien que cela soit parfaitement possible à partir des PC, y compris les iMacs).

Curieusement, Apple affirme que « le sideloading est l'une des nombreuses raisons pour lesquelles, dans l'Union européenne, les modifications apportées par le DMA aboutiront à un système moins sûr que le modèle en place dans le reste du monde », et s'en sert comme excuse pour introduire une série de contrôles qui brouilleront ses obligations au titre de l'article 6, paragraphe 4, du DMA. Par exemple, les applications devront être notariées, Apple définissant la notarisation comme « un examen de base qui s'applique à toutes les applications, quel que soit leur canal de distribution, axé sur les politiques de la plateforme en matière de sécurité et de protection de la vie privée et sur le maintien de l'intégrité de l'appareil ». Si tel est le cas, on ne voit pas bien pourquoi les applications notariées ne peuvent pas être téléchargées directement depuis le web.


Les implications pour les développeurs

Troisièmement, Apple a fait l'objet d'une enquête de la part de diverses autorités de la concurrence pour avoir obligé les développeurs d'applications qui vendent des produits et des services numériques à utiliser sa solution de paiement in-app (IAP). Apple n'a pas réussi à convaincre les régulateurs de la nécessité de l'IAP obligatoire, et l'article 5, paragraphe 7, du DMA le rend désormais illégal. Apple n'a donc pas d'autre choix que de permettre aux développeurs d'applications d'utiliser un autre prestataire de services de paiement ("PSP") ou d'établir un lien pour l'achat. Mais cette possibilité est soumise à une série de conditions qui dissuaderont les développeurs d'applications d'utiliser des PSP alternatifs :
  • Tout d'abord, Apple a décidé de rendre difficile l'utilisation de ces options en obligeant les développeurs d'applications désireux d'utiliser d'autres PSP à passer par de multiples étapes. Apple introduit des avertissements destinés à dissuader les utilisateurs d'utiliser les applications.
  • Deuxièmement, les développeurs d'applications utilisant d'autres options de paiement seront toujours soumis à une commission d'Apple. Cela dissuadera financièrement les développeurs d'applications d'utiliser ces options, car ils n'ont que très peu (voire rien) à y gagner.
  • Enfin, et surtout, les développeurs ne seront pas autorisés à « proposer à la fois l'achat dans l'application et d'autres PSP et/ou un lien d'achat aux utilisateurs dans leur application App Store sur la même vitrine ». Voilà pour le choix de l'utilisateur. Cette mesure place également les développeurs d'applications dans une position délicate. S'ils décident d'utiliser une autre option de paiement, non seulement ils ne seront pas incités financièrement à le faire, mais ils perdront probablement des revenus en raison de la réduction du taux de conversion associée aux frictions.

Quatrièmement, Apple propose de nouvelles conditions commerciales alternatives pour les applications iOS dans l'UE. Celles-ci comportent trois éléments principaux :
  • « Commission réduite - Les applications iOS sur l'App Store paieront une commission réduite de 10 % (pour la grande majorité des développeurs, et pour les abonnements après leur première année) ou de 17 % sur les transactions de biens et services numériques, quel que soit le système de traitement des paiements choisi » ;
  • « Frais de traitement des paiements - Les applications iOS sur l'App Store peuvent utiliser le traitement des paiements de l'App Store moyennant des frais supplémentaires de 3 %. Les développeurs peuvent utiliser un fournisseur de services de paiement dans leur application ou relier les utilisateurs à un site web pour traiter les paiements sans frais supplémentaires de la part d'Apple » ;
  • « Frais de technologie de base (CTF) - Pour les applications iOS à très fort volume distribuées à partir de l'App Store et/ou d'une place de marché d'applications alternative, les développeurs paieront 0,50 € pour chaque première installation annuelle au-delà d'un seuil de 1 million. Selon les nouvelles conditions commerciales pour les applications européennes, Apple estime que moins de 1 % des développeurs paieront des frais de technologie de base pour leurs applications européennes ».


Ainsi, pour les développeurs qui utilisent l'IAP, ce que la plupart d'entre eux continueront à faire pour les raisons susmentionnées, la redevance totale sera de 17% ou 10 % + 3 % + la redevance de technologie de base.

Si l'on exclut les frais de technologie de base, la commission standard pour les développeurs d'applications utilisant l'IAP a donc été réduite de 10 %, bien que pour les petits développeurs d'applications et les abonnements après la première année, la réduction ne soit que de 2 %. Pour les développeurs d'applications utilisant des méthodes de paiement alternatives, la commission standard est réduite de 13 % et la commission pour les petits développeurs d'applications et les abonnements après la première année de 5 %, mais ils doivent payer les frais de traitement des paiements à leur propre PSP. Les frais de traitement des paiements varient en fonction d'un certain nombre de considérations. Le recours à d'autres prestataires de services de paiement ne permettra pas de réaliser beaucoup d'économies.

Quant à la redevance sur les technologies de base, il s'agit d'une nouvelle redevance "de pacotille", qui affectera de manière disproportionnée les développeurs d'applications dont les revenus sont limités, mais dont les applications sont largement téléchargées. Il semble qu'il s'agisse d'un moyen astucieux pour Apple de récupérer les commissions réduites. Il est à noter que les développeurs de places de marché d'applications alternatives paieront le FCT pour chaque première installation annuelle de l'application, y compris les installations qui ont lieu avant que le seuil d'un million ne soit atteint. Ainsi, si un développeur d'applications décide de distribuer ses applications par l'intermédiaire d'une boutique d'applications tierce, il ne paiera aucune commission à Apple, à l'exception du FCT et de la commission qui sera facturée par la boutique d'applications en question.

La question est bien sûr de savoir si les développeurs d'applications devraient être satisfaits de ces commissions réduites et si ces commissions sont FRAND (et donc conformes à l'article 6(12) du DMA).


Des développeurs en colère

Plusieurs voix se sont élevées contre les dispositions prises par Apple.

Le PDG d’Epic Games, Tim Sweeney, a déclaré : « Ils obligent les développeurs à choisir entre l’exclusivité de l’App Store et les conditions du magasin, qui seront illégales selon le DMA (Digital Markets Act), ou à accepter un nouveau système anticoncurrentiel également illégal, truffé de nouveaux frais abusifs sur les téléchargements et de nouvelles taxes Apple sur les paiements qu’ils ne traitent pas ».

David Heinemeier Hansson, de 37signals, qui est également le créateur de Ruby on Rails a déclaré :

Commençons par le régime d'extorsion qui s'abattra sur tout grand développeur qui serait tenté d'héberger son application dans l'un de ces nouveaux magasins d'applications alternatifs que l'UE a forcé Apple à autoriser. Prenons l'exemple de Meta. Leur application Instagram est utilisée par plus de 300 millions de personnes en Europe. Disons simplement, pour faciliter les calculs, qu'il y a 250 millions de personnes dans l'UE. Pour distribuer Instagram sur, disons, un nouveau Microsoft iOS App Store, Meta devrait payer à Apple 11 277 174 $ PAR MOIS ( !!!) en tant que "Core Technology Fee". Soit 135 MILLIONS DE DOLLARS par an. Juste pour le privilège de mettre Instagram dans un magasin concurrent. Il n'y a pas de frais s'ils restent exclusivement dans l'App Store d'Apple.

Sacré racket, Batman ! Il s'agit peut-être de la tentative d'extorsion la plus flagrante jamais commise par une entreprise technologique dans le cadre d'une politique publique. Et Meta a de nombreuses applications à succès ! WhatsApp est encore plus populaire en Europe qu'Instagram, ce qui représente plus de 135 millions de dollars par an. Ensuite, ils doivent aussi payer pour l'application Facebook. Il y a aussi l'application Messenger. Vous ajoutez une centaine de millions ici et une centaine de millions là, et tout d'un coup vous parlez d'argent réel ! Même pour une grande entreprise comme Meta, ce serait une dépense insensée que de proposer toutes ses applications dans ces nouveaux magasins d'applications alternatifs.

Ce qui, bien sûr, est tout à fait normal. Apple ne veut pas que Meta, ou qui que ce soit d'autre, utilise ces magasins d'applications alternatifs. Ils veulent que tout reste exactement en l'état, afin de pouvoir continuer à rafler la mise sans être dérangés. Cette pilule empoisonnée est donc explicitement conçue pour garantir qu'aucun magasin d'applications de seconde partie ne prenne jamais son essor. Sans aucune des grandes applications, il n'y aura pas de tirage au sort, et il n'y aura pas de magasins. Tous les efforts déployés par l'Union européenne pour créer une concurrence sur les marchés numériques n'auront servi à rien. Et Apple peut envoyer un signal clair : Si vous interrompez nos activités, nous vous le ferons regretter et nous vous le ferons payer. Ne résistez pas, laissez faire. Espérons que l'UE ne se contentera pas de laisser faire.
Coalition of App Fairness, un organisme sectoriel qui représente plus de 70 entreprises, dont Tinder, Spotify, Proton, Tile et News Media Europe a déclaré :

« Apple n'a manifestement pas l'intention de se conformer à la DMA. Apple introduit de nouveaux frais sur les téléchargements directs et les paiements qu'ils ne traitent pas, ce qui est contraire à la loi. Ce plan n'atteint pas l'objectif de la DMA d'accroître la concurrence et l'équité sur le marché numérique - il n'est ni juste, ni raisonnable, ni non discriminatoire », a déclaré Rick VanMeter, directeur exécutif de la Coalition for App Fairness.

La proposition d'Apple oblige les développeurs à choisir entre deux options anticoncurrentielles et illégales. Soit ils s'en tiennent au terrible statu quo, soit ils optent pour un nouvel ensemble de conditions alambiquées qui sont néfastes pour les développeurs comme pour les consommateurs. Il s'agit là d'une nouvelle tentative de contourner la réglementation, comme nous l'avons vu aux États-Unis, aux Pays-Bas et en Corée du Sud. Le "plan" d'Apple est une insulte éhontée à la Commission européenne et aux millions de consommateurs européens qu'ils représentent - il ne doit pas être accepté et doit être rejeté par la Commission.
Sources : Apple, Spotify, Coalition of App Fairness

Et vous ?

Que pensez-vous des changements proposés par Apple ? Sont-ils suffisants pour respecter le DMA ou sont-ils une tentative de le contourner ?
Quels sont les avantages et les inconvénients de permettre aux développeurs iOS de distribuer leurs applications en dehors de l’App Store ?
Quel impact ces changements auront-ils sur les utilisateurs iOS en termes de sécurité, de confidentialité, de choix et de prix ?
Quelles sont les alternatives possibles pour réguler les pratiques des plateformes numériques dominantes comme Apple ?
Comment l’UE devrait-elle réagir aux propositions d’Apple ? Doit-elle les accepter, les rejeter ou les modifier ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !

Avatar de juju26
Membre averti https://www.developpez.com
Le 27/01/2024 à 17:52
Citation Envoyé par TJ1985 Voir le message
D'accord pour discuter de la quotité. Mais bon, validation plateforme, hébergement, moteur de recherche, publicité, sans compter les outils de développement que je n'aime pas mais qui sont quand même efficaces...
Une plateforme dépourvue d'applications tierces est condamnée à l'échec, comme en témoigne l'histoire de Windows Phone qui n'a pas réussi à attirer les développeurs.

Pour qu'Apple puisse vendre avec succès ses ordinateurs et smartphones (à des prix élevés), elle a besoin du soutien des développeurs tiers. Ce n'est pas aux développeurs de supporter financièrement Apple.
5  0 
Avatar de 23JFK
Membre expert https://www.developpez.com
Le 17/02/2024 à 19:22
Ça fait 30 ans que je boycotte Apple, et ça n'est pas près de changer.
4  0 
Avatar de chrtophe
Responsable Systèmes https://www.developpez.com
Le 27/01/2024 à 17:19
Sauf que là la "taxe" est prohibitive.
3  0 
Avatar de marsupial
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 27/01/2024 à 18:31
L'Europe n'a pas dit avec le dma de faire un nouveau store régit par le constructeur, mais de s'ouvrir à la concurrence.
1  0 
Avatar de calvaire
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 29/01/2024 à 9:32
je trouve que l'idée du "Core Technology Fee" ne respecte l'esprit de la lois européenne.

un dev qui code avec un ide non apple, et déploie pour ios sur un store non apple avec un systeme de paiement non apple, apple n'a pas a percevoir le moindre centime.
Apple doit etre rémunéré si on utilise ces outils dans le processus de développement et/ou de vente, achat/abonnement d'une licence pour Xcode ou pour utiliser des api apple en ligne. Et si on passe par app store et/ou le systeme de paiement.

Un dev windows va payer MS pour acheter la licence Visual studio code et déployer son app dans le ms store ou pour utiliser des fonctionnalités sur le cloud azure mais c'est tous.
les api win32/modernui sont gratuite, meme chose coté android et linux.

Donner 0.5$/installation au delà du millions d'install, ca veut dire qu'on aura jamais un store comme f-droid dans le monde d'apple avec des logiciels libres et open source.
c'est pour moi un très gros problème !

j'espere que l'europe refusera ces conditions.
mais meme si ils acceptent, on peut déja dire que l’Europe a réussie a réduire les monopoles des plateformes avec ca lois, que d'autres pays dans le monde annonce suivres notre réglementation et pour les dev, dans tous les cas ils vont y gagner en liberté (pouvoir utiliser d'autres moteurs que webkit, faire des apps de streaming de jeux....) et l’extorsion Apple va passer de 30% à 20%

Donc pour une 1ere réglementation c'est déja bien mais insuffisant.

Selon moi il manque dans cette loi:
l'ouverture du bootloader pour qu'un utilisateur puisse y installer n'importe quel autre os.
la mise a disposition des drivers quand le produit n'es plus supporté, afin que des communautés puisse développer des alternatives efficacement et prolongé la durée de vie de l’appareil.
Un support du produit (upgrade d'os) de au moins 5ans (perso j'irais même jusqu’à 7-10ans mais bon)
un extension a tous les appareils connectés et pas uniquement aux pc/smartphones/tablettes. Donc les consoles de jeux, les montres connectés...

si cela vous semble ridicule, au départ on pouvait installé linux sur la ps3 et cela a été utilisé par des entreprises
1  0 
Avatar de Fagus
Membre expert https://www.developpez.com
Le 18/02/2024 à 12:44
Citation Envoyé par 23JFK Voir le message
Ça fait 30 ans que je boycotte Apple, et ça n'est pas près de changer.
Je n'ai jamais rien acheté chez eux non plus, mais ils ont quasi 30% du marché mobile en France et le double aux USA. Et c'est plus élevé si le revenu augmente. Si je fais un truc pour les gens et que ça ne marche pas sur leur téléphone, il y aura comme une incompréhension...
1  0 
Avatar de Fagus
Membre expert https://www.developpez.com
Le 17/02/2024 à 12:54
Je ne connais pas leur modèle de sécurité, mais en gros leur argument c'est que les PWA héritent de la sécurité du navigateur. L'Europe nous fait installer des navigateurs moins sécurisés que le magnifique safari. Donc on laisse le code des PWA s'exécuter, mais seulement en-ligne ???

Il auraient pu se contenter d'un obscur sous-menu déconseillant fortement à l'utilisateur de changer de moteur de rendu (rien que cette phrase est obscure pour 99,5% de la population).

Car si l'on veut déployer une app. FOSS sur iOs, comment fait-on maintenant ? j'ai pas envie de payer 100$ par an pour déployer un truc gratuit, et la PWA c'était pas mal pour une app sensée fonctionner hors ligne.
Certainement pas avec un magasin alternatif, si apple taxe de 0,5$ chaque téléchargement.

Edit : j'aimerais bien que la personne qui m'a moinsé m'explique en quoi je me trompe, et idéalement quelle alternative cross-plateforme aux PWA il y a pour déployer du FOSS sur iOS sans payer 100$/an parce que ça m'arrangerait.
1  1 
Avatar de 23JFK
Membre expert https://www.developpez.com
Le 19/02/2024 à 19:56
Citation Envoyé par Fagus Voir le message
...
Vous êtes alors sur une quête de part de marché... En seconde intention, face à un succès sur une autre plateforme : Pourquoi pas... Mais, Apple ne serait en aucun un marché essentiel à conquérir pour moi.
0  0 
Avatar de Fagus
Membre expert https://www.developpez.com
Le 20/02/2024 à 11:27
Citation Envoyé par Tim Sweeney
Je pense que la véritable raison pour laquelle Apple a tué les PWA est qu'elle s'est rendu compte que les navigateurs web concurrents pourraient faire un bien meilleur travail de prise en charge des PWA - contrairement aux fonctionnalités web intentionnellement paralysées de Safari - et transformer les PWA en concurrents légitimes et non taxés des applications natives.
ça c'est déjà plus cohérent comme explication. Les PWA étaient sans grand mystère implémentées sur iOS avec diverses limitations supplémentaires par rapport à Android.
0  0 
Avatar de TJ1985
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 27/01/2024 à 16:31
Citation Envoyé par chrtophe Voir le message
Je suis d'accord avec tes arguments, la problématique étant qu'ils prennent 30% des gains passant par l'appstore, c'est là le prob.
D'accord pour discuter de la quotité. Mais bon, validation plateforme, hébergement, moteur de recherche, publicité, sans compter les outils de développement que je n'aime pas mais qui sont quand même efficaces, mis à disposition pour des cacahuètes... Ça se défend.

Pour s'en assurer il faut se faire le budget que représente le développement et la commercialisation d'une application.

Au final, rien n'est gratuit, sauf chez Mélenchon, tout se paie, toujours. J'ajouterais qu'on en a souvent pour son argent, vieux lieu commun mais toujours pertinent.
0  5