Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Apple reste ferme sur ses positions et confirme sa décision controversée
De rejeter l'application de messagerie électronique Hey de l'App Store

Le , par Stéphane le calme

48PARTAGES

12  0 
Bien que les applications puissent être hébergées gratuitement sur l'App Store, Apple facture une commission de 15 à 30 % sur certains achats effectués. Le prélèvement s'applique aux autres achats de contenu numérique, tels que les articles virtuels ou les livres électroniques.

Pour éviter d’avoir à payer cette commission sur les inscriptions à son service, le service d’e-mail Hey a supprimé toute possibilité d'inscription de son application qui se résume donc à l'ouverture à un formulaire de connexion, l'utilisateur devant alors se rendre sur le web pour créer son compte.

Pour le moment l'accès est sur invitation uniquement. L'ouverture à tous sera faite courant juillet. Une manière de tester le service à petite échelle, puis de monter progressivement en charge. Vous pouvez essayer le service pendant 14 jours, sans avoir à donner de numéro de carte bancaire. Après quoi, deux possibilités s’offrent à vous. Soit vous quittez le service, auquel cas votre compte n'existera plus sous 90 jours, soit vous payez pour un an, et l'adresse e-mail utilisée « sera la vôtre à tout jamais ». Même en cas de coupure d'abonnement, elle ne sera pas récupérable par un tiers. Une fois cette période écoulée, le service vous coûtera 99 dollars par an (avec 100 Go de stockage).

Après avoir accepté une première version sur l’App Store, l’éditeur d’iOS a décidé de rejeter les mises à jour, selon Heinemeier Hansson, cofondateur et directeur technique de Basecamp qui est l’éditeur de l’application. La raison évoquée est de ne pas avoir inclus une option d'inscription dans l'application elle-même. Plus précisément, Apple a brandi la règle 3.1.1 des guidelines consacrées aux achats intégrés :

« Si vous souhaitez déverrouiller du contenu ou des fonctionnalités supplémentaires de votre application (comme des abonnements, de la monnaie virtuelle dans un jeu, des niveaux de jeu, l’accès à du contenu premium ou le déverrouillage d'une version complète), vous devez utiliser l'achat in-app. Les applications ne peuvent pas utiliser leurs propres mécanismes pour déverrouiller le contenu ou les fonctionnalités, telles que les clés de licence, les marqueurs de réalité augmentée, les codes QR, etc. Les applications et leurs métadonnées peuvent ne pas inclure de boutons, de liens externes ou d'autres appels à l'action qui dirigent les clients vers des mécanismes d'achat autre que l'achat in-app. »

Mais à première vue, Hey n'enfreint pas cette règle. Il ne permet pas aux utilisateurs de s'abonner à l'application. Au lieu de cela, les utilisateurs doivent se rendre sur le site Web de Hey pour s'inscrire via la facturation de Basecamp, comme c'est le cas pour de nombreuses autres applications populaires comme Spotify ou Netflix. Apple autorise ce type d'applications client (où vous ne pouvez pas vous inscrire, mais seulement vous connecter) pour les services aux entreprises, mais pas pour les produits de consommation.

De plus, conformément aux directives d'Apple, Hey n'a pas de lien ni d'appel à l'action dirigeant les utilisateurs vers le dit site Web. C'était naturellement une source de confusion pour l'équipe Hey. Ce qui était encore plus déroutant était le fait que la mise à jour 1.0.1 a été rejetée, mais pas la version 1.0, même si la mise à jour n'a rien changé à ce problème.

Basecamp a corrigé d'autres bogues et a soumis une nouvelle version en espérant observer une amélioration en vain. Puis un responsable de Basecamp a reçu un appel téléphonique d’Apple qui demandait à ce qu’ils s’engagent à ajouter un abonnement à l'application, dans le cas contraire l’application sera supprimée de la boutique. « J'ai été stupéfait du caractère effronté de cette menace », a déclaré Hansson. Le ton est alors très vite monté.


Apple ne change pas d’avis

Phil Schiller, le patron du marketing d'Apple, a expliqué dans un entretien que l'application HEY n'aurait pas dû être approuvée tout court.

« Aujourd’hui, nous n’envisageons aucune entorse à nos règles », a-t-il déclaré. « Il y a beaucoup de choses qu'ils pourraient faire pour que l'application fonctionne selon les règles que nous avons établies. Et nous aimerions qu'ils le fassent. »

Actuellement, les personnes qui téléchargent l'application Hey depuis l’App Store vont constater qu'elle ne fait rien. C'est une application qui vous oblige à vous abonner au service Hey sur le Web avant qu'elle ne devienne utile. « Vous téléchargez l'application et elle ne fonctionne pas, ce n'est pas ce que nous voulons sur notre Store », explique Schiller. C'est pourquoi, dit-il, Apple exige que les achats intégrés offrent la même fonctionnalité d'achat qu'ailleurs.

Et de préciser que cela est contraire aux règles de l'App Store pour la plupart des applications. Les exceptions ici s’appliquent à des applications dites « de contenu », celles-là mêmes qui affichent de la musique, des livres et des films, et des applications qui n'offrent des options de tarification qu’aux entreprises et aux institutions plutôt qu’au grand public. Il y a donc des exceptions pour des applications comme Netflix par exemple, mais « nous n'étendons pas ces exceptions à tous les logiciels ». Et de préciser que « les emails ne sont pas et n’ont jamais été une exception incluse dans cette règle ».

Il a expliqué que Basecamp aurait pu prendre certaines décisions sur la façon de facturer ses clients pour rendre l’application acceptable selon les règles actuelles. Il en a énuméré plusieurs : il a notamment suggéré à Hey d'augmenter ses prix de 30 % sur l'application iOS, ou de mettre en place une version gratuite de son service qui permettrait donc d'avoir une application fonctionnelle sans paiement, puis d'offrir séparément une version premium payante qui ne pourrait être activée que sur le web, mais qui serait fonctionnelle sur l'application iOS.

Pour HEY, Apple reste ferme sur son exigence : l'application doit proposer un achat intégré passant par l'infrastructure de la boutique, et donc par une commission.


La perspective

Le principal problème ici, cependant, n'est pas les règles spécifiques qu'Apple a décrites ci-dessus, mais son historique de les appliquer de manière incohérente. Avant cette année, Apple avait autorisé de nombreuses applications avec des modèles commerciaux similaires à Hey sur l'App Store et il n'était pas nécessaire que ces applications incluent des options d'achat intégrées. La société a également fait des exemptions célèbres pour de grands rivaux, comme Amazon et Netflix, qui ont soit désactivé la possibilité d'acheter des abonnements ou du contenu dans leur application ou ont, dans certains cas, dirigé les utilisateurs vers un navigateur pour ce faire.

La controverse, qui a débuté plus tôt cette semaine avec le lancement officiel de Hey, a soulevé d'importantes questions sur la gestion par Apple de l'App Store et si le fabricant d'iPhone exerce un avantage anticoncurrentiel sur les services concurrents de développeurs tiers par le biais de sa taxe de 30 % et son application incohérente des règles de l'App Store.

Mais Apple fait face à d’autres problèmes :
  • Match Group, le parent de Tinder, s'est prononcé cette semaine en disant qu'il n'était pas d'accord avec ses politiques, tout comme le créateur de Fortnite Epic Games.
  • Spotify, qui a déposé une plainte qui a contribué au lancement d’une enquête européenne antitrust, a également exprimé clairement son désaccord.

De même, le président des affaires juridiques de Microsoft, Brad Smith, a noté jeudi que de nombreux magasins d'applications d'aujourd'hui exercent beaucoup plus de contrôle que Microsoft avec Windows à l'époque : « Ils imposent des exigences qui disent de plus en plus qu'il n'y a qu'une seule façon d'accéder à notre plateforme et qui est de passer par la porte que nous avons nous-mêmes créée », a regretté Smith lors d'un événement Politico. « Dans certains cas, ils créent un prix très élevé par péage et parfois 30 % doivent passer dans les mains du responsable du péage ».

Source : Protocol

Lire aussi

L'App Store et Apple Pay d'Apple ciblés par les autorités antitrust de l'UE, en raison des pratiques commerciales anticoncurrentielles visant à bloquer les concurrents
« Les entreprises se sont retrouvées dépendantes du caprice arbitraire des géants technologiques », des PME viennent expliquer au Congrès comment les GAFA ont abusé de leur position dominante
Des possesseurs d'iPhone estiment que les applications coûtent trop chers sur iOS, à cause de la commission prélevée par Apple aux développeurs
USA : une Cour d'appel autorise des utilisateurs d'iPhone à poursuivre Apple pour monopole sur le marché des applications iOS, avec son App Store

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Le gris
Membre averti https://www.developpez.com
Le 21/06/2020 à 12:27
Apple abuse vraiment de sa position de monopole. C'est vraiment agaçant!
3  1 
Avatar de earhater
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 22/06/2020 à 11:38
je rajoute ici quelques élements qui démontrent le monopole d'apple :

  • Si vous intégrez un SSO twitter, fb, google, ... Il doit y avoir le signin with apple en premier position sinon l'app est rejetée
  • Vous ne pouvez pas faire payer les utilisateurs de votre service sur votre site web sans donner la possibilité de le faire via l'app et donner 30 % à apple. Sauf que ça, ça dépend de la tête du client ! J'ai pas retrouvé le lien mais un site web recense les apps qui ont un paiement web (gestionnaires de mots de passes, fastmail, github, tesla etc) sans les faire payer dans l'app, et des services de négociation avec apple (très chers) se proposent de vous faire passer entre les mailles du filets, comme un service juridique
  • Il n'est pas possible d'avoir des stores alternatifs comme sur android. Certes moins populaires et moins qualis que ceux du fournisseur de base mais au moins il y a cette possibilité sur android
  • Apple ne respecte pas les règles de l'app store pour ses propres apps. tant que ça se limitait au SMS et calendrier on se disait pourquoi pas mais maintenant ça vient concurrencer d'autres entreprises comme celles de streaming (netflix) ou encore dans le domaine de la santé connectée


C'est pour ces raisons que les développeurs pestent contre apple, et à raison

EDIT : j'ai retrouvé le lien pour montrer que ça se fait à la tête du client ! https://youdownloadtheappanditdoesntwork.com/

Et les 2 trucs qui m'embêtent le plus avec apple mais on sort (un peu du débat) :

- Impossibilité de dev sur une plateforme d'autre que mac pour compiler sur ios et en plus il y a la contrainte suivante :
- Impossibilité de virtualiser mac os donc pour faire tourner une CI faut une machine physique allumée tout le temps dans le placard ... Et je vous parle même pas des outils horribles pour push via le code un ipa dans appstore connect alors que sur android c'est bcp mieux fichu en end to end
2  0 
Avatar de earhater
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 21/06/2020 à 19:05
Cela ne marche pas pour l'utilisateur lambda, un peu comme un apk d'Android ?
Bonjour, non ce n'est pas possible d'installer un .ipa (equivalent apk sur ios) directement depuis une URL comme sur android. Pour passer en mode dev il faut brancher son téléphone à xcode (l'équivalent android studio) avec un cable. Pour le partager en interne sans validation apple limitée à 25 personnes il faut un compte apple connect (payant à 100 $ un moment ou un autre). Pour une beta fermée à plus de 25 personnes ou publique c'est pareil sauf qu'apple doit valider manuellement votre app en cours de dev à chaque déploiement
1  0 
Avatar de archqt
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 21/06/2020 à 16:05
Je n'ai pas le besoin de mettre plus de 1000euros dans un téléphone donc je n'ai pas d'iPhone.
Cependant comment font les développeurs pour tester leur applications ? ils doivent bien passer sur un mode "développeur" pour l'installer.
Cela ne marche pas pour l'utilisateur lambda, un peu comme un apk d'Android ?
0  0 
Avatar de valtena
Membre actif https://www.developpez.com
Le 22/06/2020 à 9:30
Il ne reste plus qu'à faire un prix spécialement abonnement par app iphone qui rajoute les 30% d'apple... Je suis sûr que ça serait très mal pris par les utilisateurs d'apple mais il y a pas de raison que les consommateurs non apple paient pour ça.
0  0 
Avatar de archqt
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 22/06/2020 à 11:13
Citation Envoyé par earhater Voir le message
Bonjour, non ce n'est pas possible d'installer un .ipa (equivalent apk sur ios) directement depuis une URL comme sur android. Pour passer en mode dev il faut brancher son téléphone à xcode (l'équivalent android studio) avec un cable. Pour le partager en interne sans validation apple limitée à 25 personnes il faut un compte apple connect (payant à 100 $ un moment ou un autre). Pour une beta fermée à plus de 25 personnes ou publique c'est pareil sauf qu'apple doit valider manuellement votre app en cours de dev à chaque déploiement
Donc celui qui achète un iPhone il n'a même pas la possibilité de développer dessus sans devoir payer Apple, dingue ça
0  0 
Avatar de shenron666
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 20/07/2020 à 18:17
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
Mais l’éditeur n’a pas hésité à proposer le service à Phill Schiller : « Phil, nous avons mis de côté une incroyable adresse @hey.com pour vous. Gratuite à vie, c’est notre cadeau pour vous. »
Pas certain que "soudoyer" soit la bonne approche
0  0