Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

App Store : les développeurs vont pouvoir « contester » les directives qui régissent le processus d'examen des apps
Et ne verront plus les corrections de bogues bloquées en cas de litiges

Le , par Stéphane le calme

6PARTAGES

12  0 
Lundi 22 juin a marqué le début de l’édition 2020 du WWDC, la conférence Apple dédiée aux développeurs. Si l’éditeur a parlé des nouveautés et améliorations apportées entre autres par ses systèmes d’exploitation, il a également apporté une information significative aux développeurs qui est peut-être passée inaperçue : ils ont désormais la possibilité de « contester » les directives qui régissent son processus d'examen des applications.

Plus précisément, l’éditeur note que : « deux changements sont à venir au processus d'examen des applications et seront mis en œuvre cet été. Premièrement, les développeurs seront non seulement en mesure de faire appel des décisions concernant la violation ou non d'une application des directives données par l'App Store Review, mais auront également un mécanisme pour contester la directive elle-même. Deuxièmement, pour les applications qui sont déjà sur l'App Store, les corrections de bogues ne seront plus retardées par rapport aux violations des lignes directrices, à l'exception de celles liées à des problèmes juridiques. Les développeurs pourront à la place corriger le problème dans leur prochaine soumission ».

L'App Store d'Apple est le seul moyen pour les développeurs de distribuer leurs logiciels aux iPhone et iPad des consommateurs. Apple conserve entre 15% et 30% des revenus générés par les développeurs dans le Store, ce qui en fait un élément clé de sa stratégie de croissance, car le rythme des mises à niveau de l'iPhone a ralenti. Pour entrer sur le Store, les applications sont soumises à un processus d'examen régi par les directives d'Apple. Certaines règles, comme exiger que les applications offrent une option pour utiliser les achats intégrés d'Apple, par conséquent partager les revenus avec le fabricant d'iPhone, sont devenues un point de tension.

Aussi, les changements interviennent dans le sillage de l'épreuve de force entre Apple et Hey, un nouveau service de messagerie du développeur de logiciels Basecamp. Le service a été proposé la semaine dernière sous la forme d'un site Web et d'une application iOS associée, avec un lancement complet prévu pour juillet. Mais après avoir initialement approuvé l'application, Apple a ensuite rejeté les mises à jour ultérieures de Basecamp et la querelle est devenue publique. Les co-fondateurs de Basecamp, le PDG Jason Fried et le CTO David Heinemeier Hansson, n’ont pas hésité à faire entendre leurs voix sur la question de savoir si Hey pouvait exister dans l'App Store en sa forme actuelle. La dispute, gênante pour Apple, a coïncidé avec l'annonce de deux enquêtes antitrust lancées en Union européenne la semaine dernière qui ont été en partie le fruit des plaintes de rivaux Apple de longue date comme Spotify.

Le litige central dans cette affaire était de savoir si Hey était admissible à une exemption des règles relatives aux achats intégrés, que Basecamp a décidé de ne pas inclure parce que la société ne voudrait pas payer les 30 % de taxe à Apple, standards sur l'App Store. Apple a estimé que l'application iOS de Basecamp violait des directives de l'App Store. Fried et Heinemeier Hansson ont affirmé que la décision était une preuve d'incohérence et d'avidité de la part d'Apple étant donné les nombreuses applications, comme Netflix et les logiciels d'entreprise, qui sont éligibles à de telles exemptions et existent dans l'App Store sans options d'achat intégré depuis des années.

Avant sa keynote, Apple a capitulé, autorisant les mises à jour de Hey à passer uniquement après un compromis de Basecamp dans lequel la société permet désormais de vous inscrire à un compte qui expire après deux semaines. Il reste à voir si cette décision va satisfaire Apple ou si Basecamp va devoir apporter plus de modifications à l'avenir étant donné que l'application n'inclut toujours pas d'option d'achat intégré dans l'application.


Néanmoins, ce combat a peut-être conduit à des changements plutôt positifs sur le processus d'appel de l'App Store en faveur des développeurs. Bien sûr, cette annonce ne dit pas quel est le degré de difficulté pour contester avec succès une directive de l'App Store, mais elle apporte au moins l’assurance que faire appel de toute décision d'Apple ne sera pas synonyme d’une application rejetée ou de futures mises à jour retardées.

À ce propos, AWeber, un éditeur de logiciels de marketing, a été en conflit avec Apple pendant des mois l'année dernière pour savoir s'il fallait supprimer les liens de création de compte de son application et ajouter des achats intégrés : « quand ils signalaient quelque chose, nous apportions quelques modifications puis ils signalaient quelque chose de différent », a déclaré Tom Kulzer, directeur général de la société.

Selon les développeurs, les retards dans les mises à jour provoqués par Apple irritent les clients : « le fait que vous ne soyez pas en mesure de résoudre un bogue a un impact vraiment négatif sur les clients », a déclaré Andy Fowler, directeur de la technologie chez Nutshell, un éditeur de logiciels de vente basé au Michigan.

Source : Apple

Et vous ?

Que pensez-vous de cette décision d'Apple ?
Bonne nouvelle pour les développeurs ? Un moyen de calmer le jeu avec l'enquête antitrust sur App Store de l'Union européenne ? Un peu des deux ?
Êtes-vous pour ou contre l'idée de payer des taxes lorsque son application figure sur un store ?
Si vous êtes pour, que pensez-vous des 30 % ? Sont-ils excessifs ou raisonnables ? Dans quelle mesure ?
Quelle rémunération du propriétaire du store vous semblerait plus pertinente (un pourcentage - dans ce cas lequel proposez-vous -, un taux fixe par palier de téléchargements, etc.) ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de moldavi
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 25/06/2020 à 0:40
Bonjour.

Même si je comprends que ce type de store puisse prendre un pourcentage pour service rendu et autre, 30% c'est juste du vol pour un indépendant qui se lance.
2  0 
Avatar de vivid
Membre à l'essai https://www.developpez.com
Le 25/06/2020 à 18:56
Tout est du vol chez Apple, payer pour installer son logiciel, utiliser le fruit de son travail, ou leur monopole pour le distribuer faut les fuir !! Ils me débectent a un point...
1  0