IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Apple va de l'avant avec son plan visant à limiter le suivi « effrayant » des utilisateurs sur iOS,
Mais la rhétorique de vie privée d'Apple est en réalité « une question de profit », selon Facebook

Le , par Stan Adkens

64PARTAGES

4  0 
Apple n’a plus lancé en septembre une fonctionnalité d’iOS 14, qui obligerait les développeurs d'applications à demander l'autorisation des utilisateurs pour les suivre à des fins publicitaires, suite aux protestations de développeurs comme Facebook et de réseaux publicitaires non préparés à ce changement. Huit organisations de la société civile ont récemment envoyé une lettre à Apple exprimant leur déception quant au retard de la fonctionnalité. Apple a rédigé une réponse ferme jeudi dernier confirmant son engagement en faveur de la transparence du suivi des applications.

Dans sa lettre, le fabricant d’iPhone se dit préoccupé par le fait que les utilisateurs soient suivis sans leur consentement et que leurs données soient regroupées et revendues par des réseaux publicitaires. Le suivi des applications et des sites Web appartenant à plusieurs entreprises et des données vendues par des courtiers en données peut être « invasif, voire effrayant », d’après Apple.


« Trop souvent, des informations vous concernant sont collectées sur une application ou un site Web appartenant à une société et combinées avec des informations collectées séparément par d'autres sociétés pour des publicités ciblées et des mesures publicitaires. Parfois, vos données sont même agrégées et revendues par des courtiers en données, qui sont des tiers que vous ne connaissez pas et avec lesquels vous n'interagissez pas », a écrit Apple.

C’est en juin dernier qu’Apple a annoncé que la dernière version de son système d’exploitation pour iPhone, iOS 14, apporterait une modification obligeant les développeurs d'applications à informer les utilisateurs si leur application collecte un code unique, appelé IDFA (ID for Advertisers ou identifiant pour annonceurs), et à exiger que cette collecte soit un paramètre d'acceptation. Cependant, après la contestation de la modification de la part de Facebook et d'autres entreprises, Apple a retardé la mise en œuvre de la nouvelle politique et a lancé iOS 14 en septembre sans l'activer. La mise en œuvre de ce changement interviendrait plutôt « au début de l'année prochaine » pour donner aux développeurs plus de temps pour mettre à jour leurs applications en conséquence.

Dans sa réponse aux groupes de défense des droits civils, humains et numériques, Apple soutient son plan de mise en œuvre de la nouvelle fonction de transparence du suivi des applications (ATT). Et Jane Horvath, directrice principale de la protection de la vie privée au niveau mondial chez Apple, promet aux huit organisations - dont Amnesty International, Human Rights Watch et l'Electronic Frontier Foundation - d'aller de l'avant avec la réforme.

« Le suivi peut être invasif, voire effrayant, et le plus souvent il a lieu sans que l'utilisateur en soit réellement conscient ou sans son consentement », a écrit Horvath. « Ce que certaines entreprises appellent des "expériences personnalisées" est souvent des tentatives voilées de rassembler le plus de données possible sur des individus, de construire des profils complets sur eux, puis de monétiser ces profils ».

« Nous ne sommes pas contre la publicité », a ajouté Horvath. « Nous pensons simplement que le suivi doit être transparent et sous le contrôle de l'utilisateur, ce qui engendrera une confiance des utilisateurs qui profitera à tous ». Apple évoque directement les pratiques publicitaires de Facebook plus loin dans la lettre après avoir mis en avant ses propres politiques axées sur la protection de la vie privée :

« Les dirigeants de Facebook ont clairement indiqué leur intention de collecter le plus de données possible sur les produits de première et de seconde main afin de développer et de monétiser des profils détaillés de leurs utilisateurs, et ce mépris de la vie privée des utilisateurs continue de s'étendre pour inclure davantage de leurs produits ». « Nous considérons la mise à jour de l'iOS 14, qui met en œuvre la fonction ATT, comme une évolution naturelle, offrant à nos utilisateurs les mêmes choix explicites et respectueux de la vie privée en ce qui concerne le suivi par leurs applications que nous le faisons pour les autres fonctions clés de l'appareil ».

Facebook accuse Apple de courir après le profit et d’essayer de distraire les clients

La réaction à la lettre d’Apple ne s’est pas fait attendre. Dans une déclaration rapportée par The Independent, Facebook a déclaré que la lettre d'Apple est une « distraction » qui éloigne Apple de ses propres préoccupations de confidentialité. Facebook a également déclaré qu'Apple utilisait sa position dominante sur le marché pour collecter des données de manière autonome tout en rendant presque impossible pour ses concurrents d'utiliser les mêmes données.


« Apple est accusé de surveiller et de suivre les données privées des gens à partir de leurs ordinateurs personnels à l'insu de leurs clients grâce à sa dernière mise à jour de macOS - et la lettre d'aujourd'hui est une distraction par rapport à cela. Ils ont une histoire de ce genre. La même chose s'est produite lorsqu'il a été révélé qu'Apple avait violé la vie privée des gens et avait permis l'accès à l'audio privé de millions de personnes à leur insu grâce à une vulnérabilité dans FaceTime. Dans ce cas, ils ont fait pression sur nos applications internes pour changer de sujet. Malheureusement, nous ne sommes pas parfaits et cela a fonctionné », a déclaré un représentant de Facebook.

« La vérité est qu'Apple a étendu ses activités à la publicité et, par le biais des changements à venir dans iOS 14, il essaie de faire passer l'Internet gratuit dans des applications et services payants où ils en profitent », a-t-il dit, ajoutant :

« En conséquence, ils utilisent leur position dominante sur le marché pour faire leur propre collecte de données tout en rendant presque impossible pour leurs concurrents d'utiliser les mêmes données. Ils prétendent que c'est une question de vie privée, mais c'est une question de profit. [...] Nous ne sommes pas dupes. Tout cela fait partie de la transformation des activités d'Apple, qui s'éloigne des produits matériels innovants pour se tourner vers les logiciels et les médias basés sur les données ».

Facebook a clairement intérêt à pouvoir suivre les utilisateurs d'iOS de manière très granulaire et approfondie, et l'entreprise risque en effet de perdre sa position si les individus deviennent capables de se désengager. Après la sortie de la première version bêta d’iOS en juillet, Facebook a reconnu que le système d’exploitation pourrait entraîner une baisse remarquable de plus de 50 % de son activité de publicité sur les réseaux d'audience. Le géant des réseaux sociaux a souligné à quel point cet impact pourrait être spécifique, les publicités in-app pourraient disparaître sur l’iPhone.

Facebook n’est pas le seul à se plaindre d’Apple d’utiliser l’argument de la vie privée pour évincer des entreprises tierces

Un groupe de publicité et de plateformes de médias sociaux a déposé une plainte antitrust en France contre Apple fin octobre, selon le Fiancial Times, arguant qu'Apple utilisait le langage de la protection des consommateurs pour masquer une tentative délibérée d'étouffer la concurrence. « Alors que la vie privée est importante et doit être protégée, la rhétorique de la vie privée ne peut pas être utilisée comme une feuille de vigne pour justifier des pratiques anticoncurrentielles qui détruiront l'écosystème de la publicité mobile tout en profitant à Apple », a déclaré à l'époque un avocat représentant la coalition.

Cette affirmation fait suite à toute une série de plaintes antitrust différentes qui ont été déposées contre Apple dans le monde entier. La Commission européenne a ouvert une enquête sur Apple Pay cet été à la suite d'une plainte de Spotify. L’application de messagerie Telegram a également déposé une plainte concernant l'App Store peu après que l'UE ait confirmé que son enquête était en cours.

Aux États-Unis, Apple est impliqué dans un combat juridique de haut niveau avec Epic Games, qui a allégué dans un procès antitrust en août qu'Apple est « le mastodonte qui cherche à contrôler les marchés, à bloquer la concurrence et à étouffer l'innovation ». En septembre, Epic est devenu l'un des membres fondateurs d'un nouveau groupe commercial, la "Coalition for App Fairness", qui cherche à forcer Apple à changer ses pratiques « exploitantes » de l’App Store.

Par ailleurs, NVIDIA a lancé son service de jeux GeForce Now sur iOS, en utilisant le navigateur Web Safari, et travaille avec Epic Games pour que Fortnite soit à nouveau disponible sur iOS, avec des contrôles tactiles. Ce jeu a été retiré de l'iOS en août, en raison de l'inclusion des méthodes de paiement d'Epic conçues pour contourner la réduction standard de 30 % d'Apple.

Une enquête du Congrès qui s'est conclue en octobre a donné raison aux plaintes, concluant qu'Apple liait son système de commission sur les applications et son magasin d'applications de manière anticoncurrentielle et que la société utilisait aussi injustement son contrôle sur les API, les classements de recherche et les applications par défaut pour nuire aux concurrents tiers. Le ministère de la Justice aurait ouvert une enquête antitrust sur Apple.

En début de semaine, Apple a semblé essayer d'apaiser les régulateurs en réduisant de moitié la part des ventes des petits développeurs, de 30 à 15 %. Cette réduction, cependant, ne concerne que les développeurs qui génèrent moins d'un million de dollars par an sur l'ensemble de leurs applications iOS - et il s'agit d'un programme opt-in auquel les développeurs doivent s'inscrire et être acceptés.

Sources : Lettre d’Apple, The Independent

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?
Partagez-vous l’avis de ceux qui s’opposent à la fonctionnalité d’iOS 14 qui exigerait que la collecte d’informations utilisateur soit un paramètre d'acceptation ?
Quel commentaire faites-vous de la réaction de Facebook à la lettre d’Apple ?

Voir aussi :

L'iOS 14, le nouveau système d'exploitation mobile d'Apple, rend le suivi des personnes plus difficile pour Facebook, qui déclare que cela va décimer une partie de ses revenus publicitaires
Apple va retarder l'application d'un élément de sa politique de confidentialité sur iOS 14, qui menace Facebook et le marché de la publicité mobile sur son écosystème
Apple tacle Facebook en présentant de nouvelles mesures anti-traçage dans Safari, bientôt la fin du pistage des internautes ?
Apple annonce le programme Small Business pour les développeurs, qui réduit la commission de l'App Store à 15 %, pour les petites entreprises gagnant jusqu'à 1 million de dollars par an

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Stéphane le calme
Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
Le 16/12/2020 à 17:37
Facebook : « Nous tenons tête à Apple pour les petites entreprises du monde entier ».
Le réseau social critique Apple pour des changements à venir sur iOS 14 qui vont porter préjudice à la publicité ciblée

Facebook et Google tirent une grande partie de leurs chiffres d’affaires de la publicité, un marché de plusieurs milliards de dollars par an. Il est alors primordial pour ces grandes enseignes de s’assurer de la bonne santé de cette activité. Si Google détient Android et que les règles de confidentialités ne sont pas aussi hostiles à la publicité, ce n’est pas le cas pour Apple et iOS. L’entreprise entend faire de sa plateforme le système d’exploitation le plus sûr sur le marché pour ses utilisateurs et cela met des bâtons dans les roues de certains.

Avec iOS 13, les annonceurs peuvent utiliser un numéro d'identification unique appelé IDFA (Identifier For Advertisers - identifiant pour annonceurs) afin de mieux cibler les publicités et estimer leur efficacité. Pour rappel, il s’agit d’un numéro d’identification unique du terminal chiffré, qui est attribué par le système d’exploitation ; l’IDFA sur iOS et l’AAID sur Android. Mais iOS 14 prévoit que chaque application qui souhaite faire usage de ces identifiants demandera aux utilisateurs d'opter pour le suivi lors du premier lancement de l'application.

En clair, les paramètres de confidentialité d'iOS 14 vont permettre de réduire le ciblage publicitaire des entreprises. Facebook l’a bien compris et a déclaré en août que cette mise à jour allait gravement nuire à une partie de ses activités, dont le suivi des utilisateurs. La société a précisé que ces paramètres d’iOS 14 d'Apple pouvaient entraîner une baisse remarquable de plus de 50 % de son activité de publicité sur son outil Audience Network.

Ce dernier permet aux annonceurs d'étendre leurs campagnes Facebook et Instagram à l'ensemble d'Internet via des milliers d'applications de haute qualité. Audience Network aide les développeurs de logiciels pour les plateformes mobiles à fournir des publicités in-app ciblées aux utilisateurs en fonction des données de Facebook. Facebook prétend qu’il ne serait plus d’aucune utilité si ces paramètres d’iOS 14 venaient à être déployés.

« Les mises à jour prévues par Apple rendraient Audience Network tellement inefficace sur iOS 14 qu'il ne serait pas logique de le proposer sur iOS 14 », a déclaré Facebook dans un billet de blog en août. Facebook estime que plus d'un milliard de personnes regardent au moins une publicité d’Audience Network chaque mois, bien que beaucoup d'entre elles utilisent probablement des téléphones Android et ne seront pas touchées par ce changement. Ainsi, la société craint que les utilisateurs n'optent pas pour le suivi lorsqu'ils en ont le choix.

Quoiqu’il en soit, Apple a voulu donner du temps aux enseignes numériques et a repoussé le déploiement de ces paramètres au début de l’année prochaine, accusant Facebook en novembre de « mépriser la vie privée des utilisateurs ».

Facebook joue la carte du défenseur des PME

Facebook Inc. a attaqué mercredi Apple Inc. dans une tribune publiée sur des journaux américains, affirmant que les changements prévus dans le système d’exploitation de l’iPhone concernant la collecte de données et la publicité ciblée sont mauvais pour les petites entreprises.

La tribune, qui a été publiée dans le New York Times, le Wall Street Journal et le Washington Post, porte le titre « Nous tenons tête à Apple pour les petites entreprises du monde entier ».


« Bien que la limitation de l'utilisation des publicités personnalisées ait un impact sur les grandes entreprises comme nous, ces changements seront dévastateurs pour les petites entreprises », affirme Facebook. Le numéro un des réseaux sociaux, citant ses propres données, affirme que les publicités qui ne tiennent pas compte du ciblage personnalisé génèrent 60% de ventes en moins que les publicités ciblant les consommateurs.

L'entreprise a même donné la parole à des propriétaires de petites entreprises; une page spéciale où se multiplient les vidéos dans lesquelles les propriétaires dénoncent les répercussions potentielles de la mesure d'Apple. « Les petites entreprises méritent d'être entendues », indique Facebook. « Nous entendons vos préoccupations et nous sommes à vos côtés. »

Facebook et Apple se livre à une véritable bataille médiatique depuis peu. Facebook a soutenu à plusieurs reprises que les frais de l'App Store d'Apple et les changements iOS à venir nuisent aux petites entreprises qui tentent de se remettre de la pandémie. L’entreprise a cherché à se positionner aux yeux du public comme le champion de ses utilisateurs, dont beaucoup comptent sur ses services publicitaires pour générer des ventes (notons que cette dépendance peut également mettre les petites entreprises dans une impasse).


Une initiative pour les petites entreprises sur l’App Store

Le PDG de Facebook, Mark Zuckerberg, a également critiqué les frais d'Apple. Après que son entreprise se soit jointe à un lobby d’entreprise quant aux frais de 30% prélevés par Apple pour les achats intégrés pour certains services mis en ligne malgré le contexte de la pandémie, Apple a déclaré qu'il ne prendrait plus que la moitié de ces frais aux petites entreprises.

Bien que cela ne s'applique pas aux applications Facebook, Apple réduira ses frais issus de l'App Store qui vont passer de 30% à 15% à partir de l'année prochaine pour les développeurs qui génèrent jusqu'à 1 million de dollars par an. La société a déclaré qu'elle mettait en œuvre le changement pour soutenir les petites entreprises, d’où le nom de son initiative Small Businness.

Selon Apple, Small Business arrive à un moment important, alors que les petits développeurs indépendants continuent à travailler pour innover et prospérer pendant une période de défi économique mondial sans précédent. Les applications ont pris une nouvelle importance alors que les entreprises s'adaptent à un monde virtuel pendant la pandémie, et de nombreuses petites entreprises ont lancé ou considérablement accru leur présence numérique afin de continuer à atteindre leurs clients et leurs communautés.

La commission réduite du programme signifie que les petits développeurs et les entrepreneurs en herbe disposeront de plus de ressources pour investir et développer leurs activités dans l'écosystème de l'App Store. Dans un billet de blog, la société a informé que Small Business entrera en vigueur le 1er janvier 2021. Les développeurs seront invités à poser leur candidature au programme, et Apple a indiqué qu'il publiera en décembre de plus amples informations sur ce processus ainsi que sur les autres conditions d'admissibilité et les dates limites.

L'entreprise a tout de même précisé certaines des règles du programme. Apple a déclaré qu'il examinera les revenus des développeurs pour l'année 2020 afin de déterminer l'éligibilité à partir de janvier. Les nouveaux développeurs peuvent également se qualifier immédiatement. Les développeurs d'applications qui dépasseront le seuil d'un million de dollars en 2021 seront automatiquement retirés du programme et soumis aux frais standards de 30 %. Et que se passera-t-il lorsqu'un développeur retombe en dessous du seuil d'un million ?

Apple a précisé que si un développeur repasse en dessous du seuil d'un million de dollars au cours d'une année civile ultérieure, il peut se qualifier à nouveau pour le programme et son taux de commission réduit. Le PDG d'Apple, Tim Cook, a décrit cette mesure comme un moyen de soutenir les petites entreprises, qu'il décrit dans une déclaration comme « la colonne vertébrale de l'économie mondiale et le cœur battant de l'innovation ». Il a déclaré que ce nouveau programme va permettre aux petites entreprises de disposer de plus de capital.

« Les petites entreprises sont l'épine dorsale de notre économie mondiale et le cœur battant de l'innovation et des opportunités dans les communautés du monde entier. Nous lançons ce programme pour aider les propriétaires de petites entreprises à écrire le prochain chapitre de la créativité et de la prospérité sur l'App Store, et à créer le type d'applications de qualité que nos clients aiment. L'App Store a été un moteur de croissance économique sans égal, créant des millions de nouveaux emplois et un chemin vers l'entrepreneuriat accessible à toute personne ayant une grande idée », a déclaré Tim Cook.

« Notre nouveau programme poursuit ces progrès en aidant les développeurs à financer leurs petites entreprises, à prendre des risques sur de nouvelles idées, à élargir leurs équipes et à continuer à créer des applications qui enrichissent la vie des gens », a-t-il ajouté.

Sources : Facebook, propose tenus par Facebook

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ? Facebook défenseur des petites entreprises ou défenseur de ses propres intérêts sous couvert des petites entreprises ?
Que pensez-vous de la décision d'Apple d'exiger que les applications demandent au préalable aux utilisateurs la possibilité de les suivre ?
Que pensez-vous de l'initiative Small Business visant à prélever 15% des recettes d'achats intégrés au lieu de 30% pour les entreprises qui font moins d'un million de dollars sur une année ?

Voir aussi :

Mozilla exhorte les utilisateurs à soutenir les plans anti-traçage d'Apple pour l'iPhone, qualifiant l'initiative de la société comme « une grande victoire pour les consommateurs »
Apple va de l'avant avec son plan visant à limiter le suivi « effrayant » des utilisateurs sur iOS, mais la rhétorique de vie privée d'Apple est en réalité « une question de profit », selon Facebook
Apple va retarder l'application d'un élément de sa politique de confidentialité sur iOS 14, qui menace Facebook et le marché de la publicité mobile sur son écosystème
L'iOS 14, le nouveau système d'exploitation mobile d'Apple, rend le suivi des personnes plus difficile pour Facebook qui déclare que cela va décimer une partie de ses revenus publicitaires
13  0 
Avatar de sylsau
Membre actif https://www.developpez.com
Le 16/12/2020 à 20:19
Facebook qui se battrait pour l'intérêt du plus grand nombre. Quelle bonne blague !
Ca aurait été un premier Avril, on aurait presque pu y croire.
Désolé Mark, c'est trop gros ça peut pas passer cette fois.
11  1 
Avatar de steel-finger
Membre actif https://www.developpez.com
Le 17/12/2020 à 10:26
On est Trolldi ?

Facebook inquiet et défenseur des petites entreprises !!!
7  0 
Avatar de Madmac
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 17/12/2020 à 21:01
Faut les comprendre ces grands humanistes. Ils préfèrent conserver cette niche pour eux seul. D'ailleurs comment Mozilla se finance-t-elle?

Quand on vous offre un produit gratuit, vous êtes le produit!
1  0