IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Comment Apple a réussi à se jouer de Facebook ?
La mise à jour iOS 14.5 d'Apple aurait déclenché un effondrement imparable de la capacité de Facebook à collecter les données

Le , par Bruno

72PARTAGES

14  0 
Durant la conférence WWDC 2020 tenue le mois de juin de l’année dernière, Apple a annoncé que les développeurs iOS seront désormais tenus de fournir des informations sur la façon dont leurs applications collectent les données des utilisateurs et devront aussi demander explicitement leur autorisation avant de les suivre à travers les applications et les sites Web appartenant à d'autres sociétés. Depuis que la mise à jour a été mise en ligne le mois dernier, les propriétaires d'iPhone ont refusé en masse le suivi des données. Selon Flurry Analytics, 96 % des utilisateurs du monde entier ont cliqué sur « demander à l'application de ne pas suivre » lorsqu'ils y ont été invités.

« Assurez-vous que vos applications sont prêtes pour iOS 14.5, iPadOS 14.5 et tvOS 14.5. Avec la prochaine version publique, toutes les applications doivent utiliser le framework AppTrackingTransparency pour demander à l'utilisateur l'autorisation de le suivre ou d'accéder à l'identifiant publicitaire de son appareil. Si vous ne recevez pas l'autorisation de l'utilisateur d'activer le suivi, la valeur de l'identifiant publicitaire de l'appareil sera égale à zéro et vous ne pourrez pas le suivre », avait déclaré Apple sur son site web.


Jusqu'à l'arrivée de la version 14.5 d'iOS, des applications comme Facebook pouvaient suivre automatiquement ce que les utilisateurs regardaient sur leur téléphone et vendre des espaces publicitaires ciblés en conséquence. La mise à jour a été conçue de manière à ce que les utilisateurs soient d'abord invités à donner leur autorisation pour que le suivi soit effectué.

Derrière cette annonce d’Apple, Facebook a réagi en déclarant que la mise à jour de la marque à la pomme nuira gravement à une partie de ses activités, dont le suivi des utilisateurs. « Les mises à jour prévues par Apple rendraient Audience Network tellement inefficace sur iOS 14 qu'il ne serait pas logique de le proposer sur iOS 14 », avait déclaré Facebook dans un billet. Facebook estime que plus d'un milliard de personnes regardent au moins une publicité du réseau d'audience chaque mois, bien que beaucoup d'entre elles utilisent probablement des téléphones Android et ne seront pas touchées par ce changement. Ainsi, la société craint que les utilisateurs n'optent pas pour le suivi lorsqu'ils en ont le choix.

« Bien qu'il soit difficile de quantifier l'impact pour les éditeurs et les développeurs à ce stade avec autant d'inconnues, nous avons relevé, lors des tests, une baisse de plus de 50 % des revenus des éditeurs d'Audience Network lorsque nous avions retiré la fonction de personnalisation des campagnes d'installation des publicités mobiles », indique l’entreprise de Mark Zuckerberg. « En réalité, l'impact pour Audience Network sur iOS 14 pourrait être bien plus important, c'est pourquoi nous travaillons sur des stratégies à court et long terme pour soutenir les éditeurs dans ces changements ».

Il n'est pas rare qu’Apple et de Facebook soient à couteaux tirés en matière de vie privée. En 2018, le PDG de Facebook, Mark Zuckerberg, a accusé son homologue d'Apple, Tim Cook, d'être « extrêmement désinvolte » pour avoir fait des remarques cinglantes sur l'implication de Facebook dans le scandale Cambridge Analytica. Quelques semaines plus tard, Apple a introduit des contrôles de confidentialité qui ont entravé la capacité de Facebook à collecter les données des utilisateurs via les appareils Apple.

Facebook qui a mis en garde contre le « vent contraire » posé par iOS 14.5 dans ses comptes 2020 avait raison de s'inquiéter. Depuis que la mise à jour a été mise en ligne le mois dernier, les propriétaires d'iPhone auraient refusé en masse le suivi des données. Selon Flurry Analytics, 96 % des utilisateurs du monde entier ont cliqué sur « demander à l'application de ne pas suivre » lorsqu'ils y ont été invités, cette proportion atteignant 94 % aux États-Unis. Pour une organisation comme Facebook, dont l'ensemble du modèle économique repose sur la collecte, l'analyse, la vente et l'exploitation des données relatives aux goûts de ses utilisateurs, de tels chiffres pourraient être dévastateurs.

« C'est un coup dur pour Facebook, déclare Jake Moore, spécialiste de la cybersécurité chez ESET UK. Ils ont de gros problèmes quand une autre énorme entreprise technologique comme Apple arrive et dit que la vie privée est importante. Lorsqu'Apple demande à ses utilisateurs de ne pas faire de suivi, cela revient à faire un doigt d'honneur à Facebook »

Cette stratégie est importante pour une entreprise qui souhaite se positionner au-dessus des préoccupations relatives à la protection de la vie privée qui ont marqué l'industrie technologique. L'avocate et spécialiste de la confidentialité des données Heather Anson, directrice d'Anson Evaluate, estime que pour une entreprise qui peut gagner de l'argent avec son matériel indépendamment des contraintes réglementaires, il est raisonnablement facile pour Apple de marquer des points sur ses rivaux en agissant ainsi.

« Apple est très douée pour utiliser ce type de problèmes pour se faire valoir, dit-elle. Il y a eu une affaire à San Bernardino où un type a tué ses collègues et où le FBI voulait obtenir les identifiants de son iPhone. Apple a dit non parce que cela affaiblirait la sécurité, mais c'était techniquement plus un coup de pub que quelque chose qui était légalement contraignant, ils auraient pu le remettre ».

Comme contre-mesure, Facebook et Instagram menaceraient de faire payer l'accès sur iOS 14.5 si les utilisateurs ne leur communiquent pas leurs données. Il espère ainsi contraindre Apple à alléger les règles de confidentialité ajoutées à l'iOS 14.5. « Cette version d’iOS nous impose de demander votre permission pour récolter des informations liées à cet appareil pour améliorer vos publicités.

Nous utilisons les données liées à votre activité sur d’autres applications et sites Web afin de vous montrer des publicités plus personnalisées, garder Facebook gratuit, aider les entreprises qui comptent sur la publicité pour toucher leurs clients », explique le message que Facebook affiche à un utilisateur après qu'il a installé l'iOS 14.5. Selon des captures d'écran postées par les utilisateurs sur les réseaux sociaux, le message est répliqué à l’identique sur Instagram.

Selon Anson, en adoptant cette position maintenant, Apple anticipe sur les lois pour la protection des données qui ont été évoquées dans des États américains comme New York et la Virginie, ainsi que dans l'Union européenne. Tout comme le projet de loi sur les services numériques de l'UE, les propositions américaines, qui s'inspirent d'une loi californienne existante, exigeraient que l'utilisateur donne son autorisation pour que les données soient utilisées.

Si cela donne à Apple une longueur d'avance, cela crée un problème encore plus grand pour Facebook. D'une part, parce que cela limitera davantage sa capacité à cibler les publicités sur les utilisateurs individuels, mais aussi parce que plus on parle de ces changements de règles, plus on met en lumière ce que Facebook fait exactement avec les données des utilisateurs.

Facebook gagne toujours des milliards grâce à la publicité. Mais le monde dans lequel il opère évolue rapidement. La façon dont Facebook tentera de suivre le rythme sera révélatrice. En fonction de l'utilisation qui en sera faite, la monnaie numérique de Facebook, le diem, qui sera testée dans le courant de l'année, pourrait également générer des masses de données en raison de la manière dont les transactions numériques sont enregistrées par la technologie qui les alimente. Parallèlement, WhatsApp, racheté par Facebook en 2014, va commencer à désactiver progressivement la fonctionnalité pour les utilisateurs qui refusent qu'elle partage avec Facebook des informations sur les entreprises avec lesquelles ils ont communiqué.

Même pris ensemble, ils sont susceptibles d'être un piètre substitut à ce que Facebook perdra si les opt-outs d'iOS 14.5 se poursuivent à un rythme soutenu. Pour l'instant, Facebook continue de présenter l'arrivée de la mise à jour d'Apple comme un affront aux petites entreprises qui bénéficient de sa plateforme. L'impact sur ses revenus publicitaires sera, selon lui, « bien moindre que ce qui arrivera aux petites entreprises » qui comptent sur ses algorithmes pour promouvoir leurs produits. « De nombreuses petites entreprises ne pourront pas se développer, continuer à embaucher ou même survivre à la suite d'un impact de cette ampleur », ajoute-t-elle.

À l'instar de la stratégie d'Apple qui se proclame champion de la protection de la vie privée, c'est une tactique intelligente pour Facebook de se placer du côté des petits, d'autant que des lois comme la loi européenne sur les services numériques n'en sont qu'à leurs débuts. « La loi européenne fera l'objet de pressions et de débats et ne sera pas adoptée avant deux ans, puis il faudra attendre encore deux ans avant qu'elle n'entre en vigueur », explique Anson. « D'ici là, Facebook aura fait ce qu'il faut pour se mettre en conformité et aura fait pression sur l'UE pour obtenir quelque chose qui lui plaise ».

David Wehner, directeur financier du géant des réseaux sociaux, a écrit dans le rapport sur les résultats du quatrième trimestre 2020 de l'entreprise « qu'au fil du temps, nous espérons aider les entreprises en leur offrant davantage d'opportunités de conversion sur site grâce à des initiatives telles que les boutiques, et aussi les clics vers les annonces de messagerie ». Un message publié sur le blog de l'entreprise Facebook le mois dernier indique qu'il est « important de reconnaître que les façons dont la publicité numérique collecte et utilise les données vont évoluer » et que Facebook « investit dans de nouvelles approches de la technologie de renforcement de la confidentialité et dans la construction d'un écosystème publicitaire personnalisé qui repose sur moins de données ».

Moins de données n'est pas synonyme d'absence de données, cependant. Le problème auquel Facebook est confronté aujourd'hui est qu'avec le temps et des développements comme iOS 14.5 qui rendent les utilisateurs plus conscients de la façon dont leurs données sont utilisées pour les manipuler, ils pourraient ne plus vouloir renoncer du tout à ces données.

« Au cours des cinq à dix prochaines années, les gens vont commencer à apprendre l'importance de la vie privée et de la conservation de leurs données », explique Moore. « Le modèle économique de Facebook repose sur le pistage ce n'est pas une société de réseaux sociaux, c'est une société de publicité et si elle peut vous suivre, elle peut gagner plus d'argent. Apple n'a pas à s'inquiéter, mais Facebook pourrait avoir disparu dans dix ans ».

Et vous ?

Pensez-vous qu'avec des initiatives comme celles d'Apple, Facebook pourrait avoir disparu dans dix ans ?

Quel est votre avis sur la mise à jour d'Apple pour le suivi utilisateur ?

Quels commentaires faites-vous de l'attitude de Facebook face à cette mise à jour ?

« Facebook et Instagram menaceraient de faire payer l'accès sur iOS 14.5 », serez-vous prêt à payer pour Facebook ?

Voir aussi :

Facebook et Instagram menacent de faire payer l'accès sur iOS 14.5 si vous ne leur communiquez pas vos données, et espère contraindre Apple à alléger les règles de confidentialité ajoutées à l'iOS 14

iOS 14 : Facebook incite les utilisateurs à ne pas refuser le pistage publicitaire, assurant que le pistage permet d'aider les entreprises qui reposent sur la publicité

Apple pourrait commencer à appliquer les nouvelles règles de notification de confidentialité des applications, dans les semaines à venir, malgré les démarches de Facebook contre la mesure

WWDC 2020 : découvrez les principales annonces d'Apple durant l'édition 2020 de sa conférence dédiée aux développeurs sur iOS, iPadOS, et bien d'autres

L'iOS 14, le nouveau système d'exploitation mobile d'Apple, rend le suivi des personnes plus difficile pour Facebook, qui déclare que cela va décimer une partie de ses revenus publicitaires

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Nancy Rey
Chroniqueuse Actualités https://www.developpez.com
Le 15/07/2021 à 11:58
Facebook et ses annonceurs paniquent alors que la majorité des utilisateurs d'iPhone choisissent de ne pas être suivis,
seuls 25 % des utilisateurs acceptent le suivi

Depuis la sortie de la version 14.5 d'iOS au début de l'année, les utilisateurs d'iPhone et d'iPad ont la possibilité de refuser facilement le suivi et le ciblage inter-sites et inter-applications. Les nouvelles données de la société d'analyse Branch indiquent que seuls 25 % des utilisateurs acceptent le suivi, ce qui sème la panique dans le secteur de la publicité. Cela inquiète les annonceurs de Facebook qui perdent l'accès à certaines de leurs données de ciblage les plus précieuses et ont déjà constaté une diminution de l'efficacité de leurs publicités.


Le nouveau message d'Apple. qui est arrivé dans une mise à jour du logiciel iOS sur les iPhones au début du mois de juin, demande explicitement aux utilisateurs de chaque application s'ils acceptent d'être suivis dans leur activité sur Internet. La plupart disent non, selon Branch, qui analyse la croissance des applications mobiles. Selon Branch, les utilisateurs autorisent les applications à suivre leur comportement dans seulement 25 % des cas, ce qui met fin à un flux de données qui a alimenté le secteur de la publicité ciblée pendant des années. « Cela a été assez dévastateur pour la majorité des annonceurs. La grande question est la suivante : sommes-nous en présence d'une volatilité à court terme, où nous pouvons nous attendre à un retour à la moyenne, ou s'agit-il d'une nouvelle normalité ? », a déclaré Eric Seufert, un analyste mobile qui rédige le blog professionnel Mobile Dev Memo.

Les annonceurs Facebook, en particulier, ont remarqué un impact au cours du mois dernier. Les acheteurs de médias qui gèrent des campagnes publicitaires sur Facebook pour le compte de leurs clients ont déclaré que Facebook n'est plus en mesure de voir de manière fiable combien de ventes ses clients réalisent, il est donc plus difficile de déterminer quelles publicités Facebook fonctionnent. La perte de ces données a également un impact sur la capacité de Facebook à présenter les produits d'une entreprise à de nouveaux clients potentiels. Il est également plus difficile de "recibler" les gens avec des publicités qui montrent aux utilisateurs des articles qu'ils ont regardés en ligne, mais qu'ils n'ont peut-être pas achetés.

Un porte-parole de Facebook a refusé de préciser le pourcentage d'utilisateurs qui ont accepté le système de suivi de l'entreprise, mais environ 75 % des utilisateurs d'iPhone dans le monde ont téléchargé le tout dernier système d'exploitation, selon Branch. Seufert estime qu'au cours du premier trimestre complet où les utilisateurs voient l'invite, les modifications apportées à iOS pourraient réduire les revenus de Facebook de 7 % si environ 20 % des utilisateurs acceptent d'être suivis. Si seulement 10 % des utilisateurs autorisent Facebook à les suivre, la baisse des revenus pourrait atteindre 13,6 %, selon ses modèles. Le premier trimestre complet avec le suivi est le troisième trimestre. Facebook publie ses résultats du deuxième trimestre à la fin du mois de juillet.

La plupart des sites de vente au détail intègrent un logiciel Facebook qui renvoie des données détaillées sur les clients au réseau social, notamment lorsqu'un utilisateur de Facebook effectue un achat. Facebook peut alors utiliser ces données pour mieux comprendre à quoi ressemble le client cible d'un détaillant et montrer les publicités de ce détaillant à d'autres personnes sur Facebook qui correspondent à ce profil, ce que l'on appelle une audience "similaire".

Mais comme les gens ont demandé à Facebook et à d'autres applications de ne pas suivre leur comportement, le réseau social a commencé à perdre l'accès à ces données. Gil David, acheteur média chez Run DMG, qui dépense environ un million de dollars par mois en publicités Facebook pour ses clients, a déclaré que l'entreprise connaissait auparavant la grande majorité des ventes de ses clients. Aujourd'hui, ces données sont incohérentes. Pour un gros client, Facebook n'a capté que 64 % des ventes. Avec un client plus petit, seulement 42%.

Zach Stuck, un autre acheteur média qui dirige Homestead Studio et dépense des millions en publicités Facebook par mois, a constaté les mêmes changements. Facebook capturait auparavant environ 95 % des données de vente de ses clients. Dans un cas, il y a maintenant un écart de 57 % entre les ventes qu'il peut voir sur Shopify et ce que Facebook rapporte, a-t-il dit.

Étant donné que Facebook dispose d'un échantillon de données plus petit, un annonceur peut payer pour atteindre une personne qui ne correspond pas tout à fait à son public cible, ce qui rend les publicités moins efficaces pour le montant que les annonceurs dépensent. « Ce que Facebook savait faire, c'était de voir qui achetait et de trouver le comportement d'achat de cet utilisateur - quels autres sites web visitent-ils, quelles autres choses font-ils ? Lorsqu'il ne peut pas voir ces données, Facebook ne peut pas trouver avec précision d'autres personnes susceptibles d'acheter un produit similaire », a déclaré Stuck.

En l'absence de ces données sur les ventes, il est également plus difficile pour Facebook de mesurer correctement l'impact de ses publicités, car les acheteurs de médias ne savent pas combien de ventes sont générées par leurs campagnes de marketing. Facebook avait l'habitude d'indiquer aux annonceurs le nombre de ventes réalisées dans certaines cohortes démographiques. La société a cessé de partager ce niveau de détail, disent les annonceurs. « Il n'y a plus du tout de source de vérité. Chaque plateforme vous donne des chiffres différents », a déclaré Dave Herrmann, qui dirige sa propre agence appelée Herrmann Digital et gère plus de 2,5 millions de dollars en dépenses publicitaires mensuelles sur Facebook.

Un porte-parole de Facebook a déclaré que les performances publicitaires pour le ciblage "lookalike" connaîtront quelques fluctuations avec les changements d'iOS, mais ne devraient pas être sensiblement affectées à long terme.


Un autre élément clé de la publicité Facebook est le "reciblage", qui consiste à montrer à une personne une publicité pour un produit qu'elle a peut-être regardé en ligne ou mis dans un panier d'achat numérique, mais qu'elle n'a jamais acheté. Lorsque les utilisateurs demandent à Facebook de ne plus suivre leur comportement, cette forme de reciblage n'est plus possible.

La perte de la possibilité de recibler des produits après qu'ils les ont vus en ligne mais n'ont pas acheté nuit aux entreprises qui essaient de vendre des produits plus chers, disent les publicitaires, car il est plus rare qu'une personne fasse un achat impulsif sur un produit coûteux. Les clients sont plus susceptibles de faire un achat important lorsque cet article coûteux apparaît dans leur fil d'actualité Facebook plusieurs semaines après qu'ils l'ont regardé.

Apple a fait de la protection de la vie privée l'un des fondements de son dernier effort de marketing autour de l'iPhone, en prenant le contre-pied de l'industrie de la publicité numérique qui a collecté d'immenses quantités de données sur les utilisateurs pendant des années, d'une manière que peu de gens comprenaient. Le slogan de la nouvelle publicité télévisée de la société pour l'iPhone est « Choisissez qui suit vos informations... et qui ne le fait pas ». Les changements en matière de confidentialité s'appliquent à tous les développeurs d'applications sur l'iPhone et pas seulement à Facebook.

Mais c'est le réseau social qui a protesté le plus bruyamment, arguant depuis des mois que les nouvelles fonctionnalités de confidentialité d'Apple nuiraient aux petites entreprises qui dépendent de la publicité ciblée et qui constituent l'essentiel du chiffre d'affaires de l'entreprise. Selon Facebook, ces entreprises s'appuient sur un ciblage précis pour trouver des clients et n'ont pas forcément le budget publicitaire nécessaire pour une campagne marketing plus large. « Les annonceurs qui partent de zéro pour entrer sur le marché auront beaucoup plus de mal qu'une entreprise financée par des capitaux à risque ou que quelqu'un de plus établi », a déclaré Maurice Rahmey, cofondateur d'une société de marketing à la performance appelée Disruptive Digital.

Un porte-parole de Facebook a déclaré que l'entreprise fait un certain nombre de choses pour essayer de compenser ces changements, notamment en travaillant sur de nouvelles fonctionnalités publicitaires qui nécessitent moins de données pour mesurer le succès d'une publicité. La société étudie également une technologie qui permettrait à Facebook de diffuser des publicités personnalisées en fonction des données de ciblage stockées sur l'appareil de l'utilisateur, ce qui signifie que Facebook n'aurait pas besoin d'y accéder. « La politique d'Apple nuit à la capacité des entreprises à utiliser leurs budgets publicitaires de manière efficace et efficiente, et les limitations créées sont motivées par les restrictions d'Apple pour leur propre bénéfice. Nous pensons que les publicités personnalisées et la vie privée des utilisateurs peuvent coexister », a ajouté le porte-parole, notant que Facebook a essayé de préparer les annonceurs avec des avis, des blogs et des webinaires.

Alors que la majorité des utilisateurs de smartphones dans le monde possèdent des appareils fonctionnant avec le système d'exploitation Android de Google, les iPhones d'Apple sont populaires sur certains des marchés publicitaires les plus importants au monde, y compris aux États-Unis. Facebook a même créé sa propre fenêtre contextuelle pour qu'elle apparaisse avant celle exigée par Apple, dans l'espoir d'encourager davantage de personnes à lui accorder la permission de suivre leur comportement. Lors d'une interview audio en direct sur l'application Clubhouse en mars, le directeur général Mark Zuckerberg a déclaré que Facebook « pourrait même être dans une position plus forte » après les changements apportés à iOS si cela signifie que davantage d'entreprises commencent à faire des ventes directement dans les applications Facebook au lieu d'envoyer les utilisateurs vers une adresse web.

Malgré les difficultés, les annonceurs ne semblent pas encore prêts à abandonner Facebook. Mais les acheteurs de médias ont déclaré que leurs petits clients commencent déjà à avoir des difficultés. Certains ne réalisent pas assez de ventes pour exploiter efficacement les fonctions de ciblage "lookalike" de Facebook. Dave Herrmann a déclaré qu'il avait ralenti certaines de ses dépenses sur Facebook jusqu'à ce que l'impact des changements de suivi soit plus clair. Il a également commencé à orienter certains de ses petits clients vers d'autres types de publicité, par exemple en payant des influenceurs pour commercialiser leurs produits. « Je ne pense pas que quiconque comprenne vraiment combien d'entreprises dans le monde dépendent à 100 % de Facebook. Lorsque vous enlevez soudainement cela et que les publicités Facebook sont 40 % moins efficaces, et qu'elles continueront à l'être au fil du temps, cela crée une sorte de panique », a déclaré Herrmann. D'autres, comme Gil David, remettent entièrement en question la poussée d'Apple en matière de confidentialité. « Les petites entreprises sont une victime. Je ne suis pas vraiment sûr qu'Apple ait pleinement réfléchi à cela, ou qu'ils étaient conscients de cela », a-t-il ajouté.

Source : Branch

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ? Facebook défenseur des petites entreprises ou défenseur de ses propres intérêts sous couvert des petites entreprises ?
Que pensez-vous de la décision d'Apple d'exiger que les applications demandent au préalable aux utilisateurs la possibilité de les suivre ?
Êtes-vous pour ou contre l'approche d'Apple ?

Voir aussi :

96 % des utilisateurs d'iPhone ont refusé le suivi des applications depuis le lancement d'iOS 14.5, ce qui montre que la grande majorité des gens veulent préserver leur vie privée

Facebook suivrait « secrètement » les utilisateurs d'iPhone, même après le refus de ces utilisateurs

Comment Apple a réussi à se jouer de Facebook ? La mise à jour iOS 14.5 d'Apple aurait déclenché un effondrement imparable de la capacité de Facebook à collecter les données
10  0 
Avatar de walfrat
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 15/07/2021 à 12:24
Les nouvelles données de la société d'analyse Branch indiquent que seuls 25 % des utilisateurs acceptent le suivi
Voir aussi :

96 % des utilisateurs d'iPhone ont refusé le suivi des applications depuis le lancement d'iOS 14.5, ce qui montre que la grande majorité des gens veulent préserver leur vie privée


Personnellement, je ne suis pas sur Facebook, et je ne clique pour ainsi dire jamais sur une publicité volontairement, donc le concept d'entreprise dont les ventes dépendent de publicité Facebook me laisse perplexe.
4  0 
Avatar de ormond94470
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 22/05/2021 à 10:56
C'est tout bénef pour Apple, s'ils font payer Facebook et instagram, Apple va récupérer 30% de commissions...
3  0 
Avatar de stardeath
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 24/05/2021 à 2:29
Avec iOS 14.5 et la vague croissante de défense de la vie privée
je ne dirai pas la vague croissante de défense de la vie privée, les gens n'ont aucune conscience de ce qu'ils envoient sur internet, mais plutôt la volonté d'apple de garder ces données qui valent des milliards pour lui tout seul (et accessoirement faire payer ceux qui voudraient y avoir accès).
de là à ce qu'apple fasse un concurrent de facebook, je pense qu'on s'en rapproche ...
3  1 
Avatar de Arya Nawel
Membre averti https://www.developpez.com
Le 15/07/2021 à 12:41
Je pleure une rivière pour ces sangsues qui brisent la vie privée.
2  0 
Avatar de Pierre Louis Chevalier
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 16/07/2021 à 18:44
Le tarif des pubs est variable, plus la pub est ciblée plus elle rapporte.
Donc le passage de la pub ciblée à des pubs non ciblées pour une majorité des utilisateurs entrainerais je cite : "Des baisses de revenus de 15 à 20 %".
2  0 
Avatar de smarties
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 22/05/2021 à 10:40
Pensez-vous qu'avec des initiatives comme celles d'Apple, Facebook pourrait avoir disparu dans dix ans ?
Il y a toujours le navigateur donc bon.
Tant qu'il n'y a pas de réelle alternative (on peut garder contact, raconter sa vie, vendre, suivre des groupes, participer à des évènements, ...) et que personne ne change de plateforme, ça va être compliqué

Quel est votre avis sur la mise à jour d'Apple pour le suivi utilisateur ?
Je suis utilisateur Android, mais je trouve cette mise à jour très bien et qui fera prendre conscience aux utilisateurs la valeur de leurs données.

Quels commentaires faites-vous de l'attitude de Facebook face à cette mise à jour ?
Ils cherchent à protéger leur gagne pain mais je ne pense pas qu'ils vont adopter un modèle économique plus sain. Quand on voit aussi la pression sur les gouvernements qu'ils peuvent exercer...

« Facebook et Instagram menaceraient de faire payer l'accès sur iOS 14.5 », serez-vous prêt à payer pour Facebook ?
Non, cela poussera peut être les gens à passer moins de temps sur les réseaux sociaux (ex : y aller une fois par jour le soir sur un ordinateur)
1  0 
Avatar de emilie77
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 24/05/2021 à 10:55
Meme la memorisation d'une donnée pour le RGPD c'est un traitement
1  0 
Avatar de Pierre Louis Chevalier
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 16/07/2021 à 17:37
Sans ton consentement désormais Apple bloque la publicité ciblée, celle qui te suit de site en site, par exemple tu as voulu acheter un tournevis sur un site et puis pendant 2 semaines tu ne va voir que des pubs pour les tournevis, et ce y compris sur plusieurs sites, ce qui est assez gavant il faut le dire, en France par exemple c'est Critéo qui fait ça.

Les développeurs sont impactés à cause de ceux qui proposent des freewares financés par la pub, du coup leurs revenus baissent aussi.

Si les gens décident que le modèle économique gratuit basé sur la pub ne leur plait plus, alors il faut qu'ils s'attendent à la fin de la gratuité sur internet et le passage au payant, donc ça veux dire par exemple :
- Site d'information gratuit -> sites payants (Médiapart etc)
- Logiciels frewares -> logiciels payants.
- réseaux sociaux gratuits (Facebook etc) -> réseaux sociaux payants (exemple onvasortir qui est devenu payant, twiter qui va sortir des options payantes), ...
1  0 
Avatar de archqt
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 16/07/2021 à 21:13
Citation Envoyé par Pierre Louis Chevalier Voir le message
Le tarif des pubs est variable, plus la pub est ciblée plus elle rapporte.
Donc le passage de la pub ciblée à des pubs non ciblées pour une majorité des utilisateurs entrainerais je cite : "Des baisses de revenus de 15 à 20 %".
Ah voilà la bonne explication, maintenant c'est clair
Merci
1  0